Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La réalité dépasse de loin la fiction en 2015

La réalité dépasse de loin la fiction en 2015

La réalité dépasse de loin la fiction en 2015

Télécharger en PDF et imprimer

Les méchants du cinéma ne sont plus ce qu’ils étaient. Le spectre de James Bond est aussi décevant que le piètre successeur de Dark Vador dans Star Wars. Heureusement, il y a l’actualité avec un vrai visage du mal, celui du terrorisme islamique. Il étend son ombre sur l’univers comme Sauron dans le seigneur des anneaux. C’est lui l’homme de l’année 2015.

Certains désigneront Merkel, d’autres Poutine, certains seront soulagés que ce ne soit pas Marine Le Pen…Mais tout découle du terrorisme.

La ruée des migrants, le retour de la Russie, le climat en France, c’est le terrorisme, la guerre en Syrie et Irak, la mère de toutes les batailles de 2015 comme aurait pu le dire Saddam Hussein dont la chute puis l’assassinat judiciaire ont débouché sur le grand chaos là où certains attendaient un  grand moyen-orient démocratique… c’est lui le terrorisme islamique.

Le terrorisme de Janvier à Novembre et de Charlie Hebdo au Bataclan  est entré dans l’histoire de France et non pas le sommet climatique ou les régionales.

Notre mode de vie est menacé alors que l’Europe doit faire face à une islamisation par la migration, cette nouvelle appellation de l’immigration.

Le camp des saints de Jean Raspail avait tout prévu sauf que la masse des  migrants serait accompagnée par les soldats fanatiques du terrorisme…que le pacifisme et l’humanitarisme seraient accompagnés par un  cavalier de l’apocalypse brandissant le cimeterre pour couper les têtes des mécréants au nom de dieu le miséricordieux.

Et 2016 ? Et bien quand on voit comment le carnage de Paris a été oublié ou mis sur le même plan que la poussée du Front National, quand on voit l’état d urgence employé avec une prudence extrême et les amis de Taubira  contraindre François Hollande à revenir sur la déchéance de nationalité…On voit bien que les indécrottables restent maître du jeu une fois passé l’émotion et que leur France n’est pas en mesure politiquement de prendre les mesures de guerre qui s’imposent contre le terrorisme et ses alliés objectifs.

2015 l’homme de l’année : le terrorisme est bien parti déjà pour entrer également comme l’homme de l’année 2016.

La rédaction de Métamag

Répondre