Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Kippa or not Kippa : l’échec de leur république

Kippa

Kippa or not Kippa : l’échec de leur république

Télécharger en PDF et imprimer

Se cacher d’être juif en France… incroyable mais vrai. Décidément, « même pas peur » est un slogan virtuel. Les résistants de Facebook sont des tigres de réseaux sociaux. Mais dans la vraie vie, dans la rue, la peur progresse et les terroristes islamistes ne cessent de marquer des points.

Les valeurs de la république sont largement fondées sur la lutte contre l’antisémitisme et sur le culte des souffrances juives. Or, dans cette république assimilée par Manuel Valls et le pouvoir à une France qui, sans les juifs, ne serait pas la France, à Marseille on range la kippa. Pour certains juifs la république n’est plus capable d’assurer leur sécurité et il faut faire profil bas en « attendant des temps meilleurs ».

C’est un échec terrible pour la démocratie de la lutte contre les discriminations et  la laïcité de la diversité.

On sait bien ce qui menace les juifs français, c’est une haine issue de la communauté musulmane, liée aux conflits du Proche-Orient et justifiée par certains par une sur protection (inefficace) des juifs de France.

Ce ne sont pas quelques néo-nazis avinés ou quelques révisionnistes  de salon qui représentent un danger physique pour la communauté juive. L’antisémitisme d’aujourd’hui n’est pas issu  de la seconde guerre mondiale, vers laquelle on nous ramène sans arrêt par aveuglement idéologique, mais du conflit israélo-palestinien et des guerres arabo,-musulmanes  des Usa et de leurs alliés européens.

Quand on demande aux juifs, minoritaires d’ailleurs, qui portent la kippa de la recouvrir d’une casquette, c’est tout de même pitoyable. Pourquoi pas d’un béret basque ?

Il peut y avoir des tenues religieuses provocatrices, habit des juifs religieux, voile intégral de musulmanes ou barbus en costume oriental du moyen âge, mais la Kippa certainement pas ? Sinon demain on verra des femmes avec un simple  foulard sur la tête agressée par des islamophobes de rues. Les mosquées demanderaient-elles de camoufler le voile sous un  bibi parisien ? Certainement pas.

Cette affaire de la kippa montre bien que des extrémistes veulent nous entraîner dans la psychose de l’insécurité religieuse. Ils sont en train d’y arriver. Et les mouvements de menton entre deux commémorations du pouvoir n’y changent rien.

La recommandation de Marseille est certes condamnée par d’autres associations représentatives, mais elle est révélatrice d’une inquiétude qui n’est pas fantasmée mais qui est le reflet d’une réalité.

Les juifs français savent bien où est le danger. Ils le savent mieux que certains dirigeants qui, pour avoir une influence dans la république laïque, se servent du passé et ont du mal à nommer le présent pour préparer le futur de leur communauté.

Jean Ansar

  1. Robert41
    Robert4117 janvier 2016

    On nous a encore harcelé d’une énième moraline vis à vis d’un citoyen français agressé parce qu’il portait une kippa. Urgent flash, c’est un acte antisémite balance t-on sur les médias ! Descente sur les lieux du ministre de l’intérieur et communication réitérée d’un anti-sémitisme persistant dans l’hexagone. – Le même jour en France, d’autres français, ont été victimes eux-aussi d’agressions physiques avec armes ou pas, ayant entraîné des blessures. Mais-là personne n’en parle ! Ils ne portaient pas de kippa ! Il y a semble-t-il une surenchère des victimes avec ce gouvernement d’enfumeurs ! – Une église à Fontainebleau brûle, des marseillais se font descendre régulièrement, des monstruosités vis à vis d’enfants, un fils de ministre indélicat, son père chahuté d’impartialité, tout cela est devenu chose banale pour notre gouvernement … Par contre, un français de confession juive est agressé, une synagogue est endommagée, une mosquée est taguée ou endommagée et-là le traitement de l’affaire n’est plus le même. Il est à craindre que ce gouvernement ne soit plus crédible dans ses allusions de division, il force et envenime des situations anormales certes, mais résultant comme le dit l’analyste de ce billet, d’une conséquence à une cause. On peut ne pas aimer la politique de Netanyahou est ne pas être forcément un anti-sioniste et un agresseur d’innocent ! Tout est fait par ce gouvernement pour gonfler une fausse réalité pour s’asseoir sur une politique de l’anathème vis à vis de ses opposants et œuvrer d’une incision sécuritaire inquiétante, partiale et tyrannique dans sa morale harcelante. En espérant que les français comprennent du désastre civilisationnel que nous vivons avec les socialistes. Ils trahissent tout ce qu’ils touchent.

    • Claude Berger
      Claude Berger22 janvier 2016

      D’accord sur la gauche actuelle mais la bonne droite vaut-elle mieux ? Elle fait partie intégrante du char de l’Etat, un véhicule raccommodé de toutes pièces, bon pour la casse. Au lieu de cette nécessaire de mise au rebut, on change le conducteur et fouette cocher !

  2. Claude Berger
    Claude Berger22 janvier 2016

    D’accord pour le commentaire sur la gauche, mais la droite vaut-elle mieux ?

  3. Dono
    Dono22 janvier 2016

    Le jour nos dirigeants politiques joueront réellement l’apaisement en Palestine, alors ils sauront crédibles…Ce n’est ni Hollande, ni Sarkosy et consorts qui peuvent apaiser ces tensions importées du Moyen-Orient…Alors le reste!!!
    La paix entre individus qui se croient appartenir à des communautés religieuses viendra par une politique étrangère en faveur de la paix sûrement pas en suivant éternellement la pax americana si destructrice…

  4. Robert41
    Robert4126 janvier 2016

    Sommes-nous au pays de la défaite permanente ? – Notre République qui s’enorgueillie de symboles de liberté de fraternité et d’égalité, de démocratie, souffre d’une réalité persistante : La France s’est mise en congés avec elle-même. Un albatros qui ne sait plus voler dans l’altitude … Le sentiment désagréable d’être devenu et sans tenir compte du moindre avis électoral, un assemblage régional de länder discordants et d’une collection humaine mondialisée en surreprésentation pour notre espace et notre viatique. Le constat est évident, en France, on respect mieux la diversité animale des terroirs que l’être humain rendu universel. Une malveillance persistante d’un marché pyramidal outre-atlantique pousse à remplacer la riche diversité humaine, par une servilité de l’individu, le métisser à un consumérisme identitaire et à une dictature de la pensée unique. En quelque sorte, ce que le nazisme et le communisme, n’ont pu faire, à raison d’une déviance criminelle raciale et de classe ; une escroquerie déclarée démocratique, le fait par le chantage des droits de l’homme, l’ostracisme économique de rétorsion et le droit d’ingérence au nom d’idéaux dévastateurs. Tout cela est parfaitement visible. Nous l’avons vécu en Europe avec l’Ukraine, les Mistral, les voitures Peugeot, les écoutes contre-nature et bien d’autres amendes étasuniennes perfides d’encadrement. Une minorité financière Wall Street and co veille et agit sur les dirigeants des États, qu’ils soient démocratiques ou pas du moment qu’ils se soumettent à des fins d’enrichissement des donneurs d’ordres. Ce qui est insupportable c’est que ce monde faiseur de malheurs, n’est jamais atteint de poursuites judiciaires, et pourquoi pas comme le terrorisme de sang, d’une élimination salutaire. Faire mourir les gens avec des armes létales ou les faire mourir par le désespoir, c’est la même finalité. En attendant des jours meilleurs, nos élites censées protéger le genre humain des griffes de ce monde satanique, se vautrent dans une collaboration d’intérêts personnels et de coteries directives. A quoi bon des promesses politiques pour trahir après le chant du coq de ses engagements initiaux ? On le ressent parfaitement, la France politique est caporalisée à la pensée d’un clan inique. Ce qui faisait la grandeur de la France, par sa fronde d’indépendance, permettait d’éclairer d’autres peuples voulant rester indépendants d’un système pervers. Nous avons perdu notre respectabilité, notre liberté d’expression et notre culture, par soumission politique, à un monde de cow-boys toujours en guerre et de maîtres-chanteurs toujours exigeants. Le dernier quinquennat et celui en cours, sont une catastrophe pour la sécurité du territoire et le sens même de notre démocratie. D’ailleurs, qui peut croire que nous sommes encore dans un pays démocratique ?

Répondre