Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Allemagne : les viols de la Saint-sylvestre et le silence d’Angéla et des féministes

Agressions Cologne Nouvel An

Allemagne : les viols de la Saint-sylvestre et le silence d’Angéla et des féministes

Télécharger en PDF et imprimer

Faut-il tout pardonner aux migrants et autres immigrés au nom de l’antiracisme?  Faut-il occulter des viols pour ne pas provoquer d’amalgame et excuser des crimes parce qu’ils gênent l’idéologie immigrationiste ?

Apparemment au pays de Merkel la réponse est oui. On a tout d’abord tenté d’occulter puis de minimiser les viols en bandes ethniques du nouvel an à la gare de Cologne. Et puis la vérité a éclaté… elle reste cependant relativisée. On n’est pas loin  de prendre en compte la misère sexuelle de certains migrants… Pourquoi pas dénoncer la provocation de ces blondes venues là où il ne fallait pas être. La presse s’est finalement indignée en regrettant toutefois que cela complique la tache de la chancelière pour faire accepter par les Allemands le flot des réfugiés. Mais l’émotion ne peut être contenue pas plus que l’indignation et les accusations contre un gouvernement irresponsable et coupable.

Après ces «incident », «est-ce que l’Allemagne est suffisamment ouverte sur le monde et multicolore pour vous, Madame Merkel ? » a lancé Frauke Petry, la responsable du parti populiste Alternative pour l’Allemagne, qui progresse depuis des mois dans les sondages. Les indignations  se multiplient sur internet et dans les mouvements populistes, accusant les grands médias d’avoir à dessein passé pendant plusieurs jours sous silence les événements de Cologne pour ne pas alimenter le discours anti-migrants. La police locale elle-même n’a commencé à donner des éléments que le lundi, trois jours après le nouvel an, et n’en a révélé toute l’ampleur que le mardi. Elle argue que les plaintes des femmes victimes ne sont arrivées que peu à peu, faisant état d’attouchements et de vols par des hommes agissant en bandes. Depuis, les témoignages éclairent les évènements de la nuit d’une lumière très crue. Des actes similaires, mais de bien moindre ampleur, ont aussi été signalés à Hambourg (nord) et Stuttgart (sud-ouest) lors du réveillon

Mais entend-on les mouvements féministes ?

L’antiracisme vitrifie les chiennes de garde et autres pétroleuses ordinaires. « Touche pas à la femme blanche », qui oserait encore utiliser cette formule western ? Ce n’est pas leur truc. Mais l’indignation sur les viols faites aux femmes ne devrait pas être une question d’origine de race ou de religion.

Politiquement cependant cela met la chancelière encore plus en difficulté. Sur la défensive, Angela Merkel doit maintenant affronter en Bavière les foudres de la branche locale de sa famille politique, la CSU, qui l’a invitée de longue date à sa réunion de rentrée pour lui redire à quel point elle juge le cap actuel du gouvernement, sur le dossier des réfugiés, dangereux pour le pays. « Je maintiens mon exigence d’un changement dans tous ses aspects de la politique sur les réfugiés », a souligné à son arrivée le président de la CSU, Horst Seehofer. « Si des demandeurs d’asile ou des réfugiés se livrent à de telles agressions », comme à Cologne, « cela doit conduire à la fin immédiate de leur séjour en Allemagne », avait lancé avant lui un de ses adjoints, Andreas Scheuer.

Décidément la déchéance est à l’ordre du jour… Certains ne méritent ni la nationalité, ni la générosité.

La compassion est pour les violées, pas pour les violeurs, pour les victimes, par pour les agresseurs.. Et si cela gêne Angela, qu’elle tire les conséquences de sa politique irresponsable… Raus! Le terme risque, par sa faute, de redevenir à la mode en Allemagne… car trop, pour certains Allemands de plus en plus nombreux, c’est trop!

Jean Bonnevey

Illustration : agressions en gare de Cologne lors des festivités du Nouvel an.
  1. costaz
    costaz16 janvier 2016

    Ces « faits divers  » lamentables et qui sont minimisés par les médias et surtout ceux qui les financent , sont révélateurs de la volonté délibérée d’ assujettir le peuple à la loi de la bestialité !
    C’est une véritable punition qui est infligée à tous les gens de race blanche qui doivent payer les
    séquelles de l’immonde marchandage des esclaves du XVe au XVIIIe siècle .
    Le problème , c’est que l’ Allemagne n’y a pour ainsi dire jamais participé .On doit donc abandonné cette justification de vengeance , et ne retenir qu’un racisme  » ordinaire  » envers la race blanche .

    • Claude Berger
      Claude Berger16 janvier 2016

      Question d’une bêtise incroyable : Y avait-il des viols à la chaine en Allemagne dans un autre temps pas si lointain ?

  2. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier20 janvier 2016

    L’article est excellent. Puis-je me permettre de répondre aux deux commentateurs
    1 – Documentez-vous sur la réalité des 3 voies d’exportation d’esclaves noirs (1 – vers les Amériques, où des Blancs ont pris une part active et où, comme vous le dites, il n’y avait pas d’Allemands, mais beaucoup de négociants d’une variété ethnique que je n’ose nommer pour ne pas fâcher notre dévoué rédacteur-en-chef ; 2 – vers le Maghreb ; 3 – vers l’Arabie, le Proche- et le Moyen- Orients et vers le sous-continent indien et les Indes néerlandaises). Dans ces trois voies (soit entre 25 et 30 millions d’humains de race noire, mais aussi 1 million d’Européens razziés par les pirates barbaresques jusqu’en 1830), l’on trouvait une MAJORITÉ d’esclavagistes (acheteurs auprès des « rois nègres », revendeurs et consommateurs) musulmans.
    Alors l’argument de « punition » me fait sourire (jaune)
    2 – Les islamo-pétroliers, leurs complices des USA et leurs ex-agents devenus fous de l’État Islamique ont envoyé à dessein en Europe (en finançant leur voyage) de jeunes mâles pour former l’avant-garde djihadiste, et comme la télégonie est une thèse largement répandue dans le Dâr al-Islam, le viol à but de fécondation fait partie du combat pour l’islam (n’oubliez pas que le calife Abou Bahkr II a totalement modifié la donne du Djihâd depuis son intronisation de juillet 2014)
    3 – quant au 2e commentaire, je ne sais à quel « temps » vous faites allusion, mais en Allemagne nazie, que je connais un peu, le viol était puni de séjour en camp de concentration APRÈS castration… technique insuffisante pour éviter les récidives (persistent les androgènes surrénaliens) : la seule prévention efficace est l’amputation du 5e membre dont la crapule a fait un usage ignoble
    Docteur Bernard Plouvier

Répondre