Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Déchéance de la nationalité : le Ps ne s’en sort pas

Decheance De Nationalite

Déchéance de la nationalité : le Ps ne s’en sort pas

Télécharger en PDF et imprimer

Courage fuyons… le ni ni du bureau national.

Le bureau national du PS qui s’est tenu lundi soir n’a permis aucune avancée sur la déchéance de nationalité.
Il suffit d’écouter Jean-Christophe Cambadélis, le patron du PS, pour comprendre que la déchéance de nationalité est une sacrée épine dans le pied pour les socialistes, divisés entre le besoin de soutenir l’exécutif et celui de ne pas froisser l’électorat de gauche.

Aujourd’hui le Parisien dresse un tableau divertissant des donneurs de leçons piégés.

La direction du PS s’est bien gardée de proposer un texte clé en main. « On nous a proposé un exercice assez virtuel », commente un membre du Bureau National.  Á défaut, l’aile gauche emmenée par le député Christian Paul tente d’obtenir un vote contre la déchéance. En vain. Hostile lui aussi au projet, Jean-Marc Ayrault appelle à ne pas faire de concession sur le fond, pour ne pas fracturer la cohésion nationale, mais penche pour la déchéance de… citoyenneté.

Martine Aubry embraye : « On veut opposer nationaux et binationaux, c’est une erreur. On s’est enferré, il faut en sortir, trouver une formule. Notre responsabilité est de faire évoluer le débat. » Benoît Hamon remet sur le tapis la proposition de substituer l’indignité nationale à la déchéance de nationalité. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, écoute : pour l’instant, il n’a rien à proposer. Pour ne pas repartir bredouilles après trois heures de débat, les socialistes décident… de lui donner mandat pour rencontrer Hollande vendredi à l’Elysée.

L’exécutif cherche à s’assurer la majorité des trois cinquièmes nécessaire pour modifier la Constitution afin de donner un « fondement incontestable » à l’état d’urgence et « déchoir de la nationalité française les individus condamnés définitivement pour crime terroriste ». La date est d’ores et déjà cochée sur le calendrier de tous les députés français. En effet, ils examineront à partir du 5 février le projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation, qui prévoit notamment la déchéance pour les binationaux nés français condamnés pour terrorisme. Un vote risqué pour François Hollande et le gouvernement car la gauche apparaît plus partagée que jamais sur le sujet. Le chef de l’Etat va donc consulter afin de tenter de trouver un compromis.

Opposés au projet de déchéance de nationalité, la maire de Paris, Anne Hidalgo – très virulente contre le gouvernement sur ce point -, et l’avocat Jean-Pierre Mignard ont, eux, proposé de rétablir une peine d’indignité nationale .

14 députés socialistes ont apporté leur soutien au président de la République dans une tribune intitulé « Osons la Nation au-delà des clivages ». Parmi eux, plusieurs membres du Bureau National comme Luc Carvounas ou Carlos Da Silva, qui dénoncent des « postures sur jouées ou surannées » parmi leurs collègues et qui appellent à « soutenir le président et défendre les principes de la patrie des droits de l’Homme ». Ils rappellent également que le principe de la déchéance de nationalité « existe dans la loi depuis longtemps ».

Cela confirme l’impossibilité de la gauche d’adapter son idéologie à la réalité d’aujourd’hui. C’est vrai pour l’économie, la politique, le terrorisme, la justice et la protection des Français. Ils sont prisonniers de faux principes et d’illusoires bons sentiments, ils se sont piégés eux même.

Qu’ils s’en sortent s’ils le peuvent sans se couper une jambe.

Raoul Fougax

  1. kralgral
    kralgral21 janvier 2016

    C’est l’exemple même du débat droidelomiste totalement inutile, et parfaitement coupé des réalités.

    Dans le meilleur des cas on pourrait penser qu’il s’agit d’une tentative de rassembler les forces supplétives de l’opposition pour sauver le soldat socialiste en cette veille d’élection. On est, de toute façon, bien loin du soucis hypnotiquement invoqué de protéger les Français.!

    Il est des mesures, bien plus simples et efficaces, pour prévenir le terrorisme, mais qui ne seront pas prises, tant le carcan idéologique enserre le cerveau de ceux que nous avons élus………………

  2. Dubois
    Dubois23 janvier 2016

    Est – il aussi prévu de déchoir de leur nationalité française les politiciens qui débutent leur carrière en molestant les compagnies républicaines de sécurité à grand coups de pavés parisiens ?

    Dommage que la politique ne s’ apprenne pas dans les exploitations agricoles .
    Certains élus sauraient que la récolte est toujours intrinsèquement liée à la nature du semi .

Répondre