Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le réalisme de la soumission…

Nouvelle Calédonie

Le réalisme de la soumission…

Télécharger en PDF et imprimer

L’ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard a qualifié de « bizarrerie » l’éventuelle accession à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie où aura lieu un référendum d’autodétermination au plus tard en 2018, dans une interview donné aux Nouvelles-Calédoniennes. «C’est une espèce de bizarrerie. Plus personne n’est indépendant nulle part», a déclaré Michel Rocard, estimant que depuis la création de l’euro, comme monnaie commune, « l’indépendance a changé de sens ».

 «L’indépendance, c’est une référence à la liberté de décision, à la liberté d’analyse de celui qui décide», a-t-il également indiqué. Pour la Nouvelle-Calédonie, Michel Rocard, 85 ans, a souhaité « qu’une solution commune » puisse être trouvée entre la droite non-indépendantiste et les indépendantistes. «Personne ne peut avoir dans la tête le souhait que la question qui va être posée à ce référendum soit choisie de manière à diviser les Calédoniens en deux paquets égaux. Parce que là, on est sûr qu’ils recommenceront à se taper dessus», a-t-il déclaré par ailleurs au journal local.

Interrogé sur la déstabilisation du Moyen-Orient, Michel Rocard a observé « qu’à la base il y a une erreur américaine monstrueuse, qui a consisté à aller casser les reins de Saddam Hussein » puis il a déploré « la disparition de l’Europe de la grande scène du Moyen-Orient ». «L’Europe a disparu parce qu’elle refuse, depuis une trentaine d’années, de s’occuper de politique étrangère et de défense», a asséné celui qui est depuis mars 2009 ambassadeur de France pour les pôles arctique et antarctique, poste très lucratif où son Excellence parle géopolitique aux manchots et aux pingouins. Cela vaut mieux. ML.

Répondre