Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Mensonges, arnaque et balise folle : le « réchauffement climatique »

Climat

Mensonges, arnaque et balise folle : le « réchauffement climatique »

Télécharger en PDF et imprimer

Bernard Plouvier ♦

Pour fêter le passage du cru 2015 à celui de 2016, de facétieux « savants » d’un institut météorologique canadien ont lancé un cri d’alarme, immédiatement répercuté par des journalistes : le 30 décembre, soit près du solstice d’hiver, « il faisait entre 0° et +2° Celsius au pôle Nord ».

Immédiatement, le bon peuple est saisi de frayeur : les glaces vont fondre, le niveau des eaux de l’Atlantique va monter, inondant les basses terres côtières, puisque l’on sait qu’en-dessous de -2° à -4°, selon le degré de salinité, la glace fond.

À dire vrai, il est très prématuré de paniquer. D’abord la température citée avait été recueillie sur une seule balise sise à 300 km au sud-ouest du pôle… en outre, on ne sait trop si elle ne « déraillait » pas totalement. En effet, le même jour, la température en Sibérie du Nord variait entre -45° et -50°. Le 5 janvier 2016, la T° de la région du pôle Nord est de -28° (après avoir atteint un nadir à -40° Celsius la nuit précédente).

À la même époque, en Terre Adélie, soit en plein été, la T° la plus chaude de la journée du 4 janvier a été de -5°, contre une T° habituelle de saison de 0° (et un maximum record de +10° le 30 décembre 2001). En outre, chacun sait (ou devrait savoir) que si la calotte polaire du Nord se fragmente, ce qui provoque une balade d’icebergs en Atlantique-Nord depuis une quinzaine d’années avec de gros retentissements sur le Gulf Stream, la calotte polaire du Sud est en phase d’accrétion. En clair, ça diminue d’épaisseur au Nord et ça augmente au Sud ; d’où une très faible élévation du niveau des océans. Pas de quoi paniquer, derechef !

L’explication du phénomène paraît un peu plus compliquée que ce que nous radotent les journalistes et les politiciens, à propos d’une « pollution thermique industrielle et animale» : l’axe géomagnétique bouge beaucoup depuis l’An 2000. Le pôle magnétique Nord s’est déplacé d’Ouest (Canada) en Est (Sibérie) d’environ 4 degrés de latitude et 22 degrés de longitude entre 2001 et 2010, et ce mouvement se poursuit à la vitesse moyenne de 40 km/an. En conséquence, le climat se radoucit au nord du Canada et refroidit au nord de la Sibérie.

Les historiens connaissent bien un véritable et très important réchauffement climatique : celui qui eut lieu dans l’hémisphère Nord entre le VIIe et le Xe siècles de notre ère. L’Afrique du Nord devint en partie désertique et le Groenland devint une « Terre verte », tandis que de la vigne sauvage poussait sur les rives du Saint-Laurent. En Europe, ce fut une période faste d’augmentation des rendements agricoles… du moins tant que les guerriers ne détruisaient pas les récoltes par joie de nuire ou dans le cadre de la « terre brûlée » chez l’ennemi. Une énorme poussée démographique s’en suivit, fort bienvenue après les ravages occasionnés par les invasions barbares et les guerres incessantes. Au fait, aux VII-Xe siècles, il n’y avait guère de « pollution industrielle », pas même de « pollution démographique » ; pourtant, l’on constata un réchauffement infiniment plus puissant que la hausse des températures moyennes enregistrées ces vingt dernières années.

En conclusion, il serait bon de déterminer un peu mieux les facteurs étiologiques des modifications du climat, d’étudier les précédents historiques, d’éviter de paniquer les populations avec des informations « bizarres »… et surtout de ne pas transformer en fausse croisade humanitaire une guerre économique, opposant les USA (et ses valets) aux pays d’économie émergente en Asie ou en état de réémergence après la fin des stupidités marxistes (comme c’est le cas des économies russe et chinoise). Les Yankees, avec leur cynisme et leur hypocrisie, nous ont déjà fait le coup à plusieurs reprises. Qu’au moins la frange la moins idiote des opinions européennes ne donne pas dans le panneau !

Car l’arnaque se dessine. L’on va prendre l’argent des contribuables des « pays riches » pour « lutter contre le réchauffement climatique aux conséquences désastreuses pour les pays pauvres ». En réalité, les multinationales vont pouvoir satisfaire les exigences financières des roitelets et potentats exotiques très corrompus, non plus avec leurs ressources privées, mais avec l’argent public. Double bénéfice pour les maîtres de l’économie globalo-mondialiste et développement accéléré, non pas des « pays pauvres, mais des comptes secrets de leurs potentats… l’argent passera des caisses publiques aux banques privées ! Après tout, comme disait mon papa : « L’argent c’est fait pour circuler ».

  1. BRSJES
    BRSJES31 janvier 2016

    A -5 °C, il me faut du chauffage pour survivre ; à 35 °C, je n’ai pas besoin de clim ! Le réchauffement est préférable à la glaciation. Les inconvénients du réchauffement, je les ai listés et étudiés, je les accepte donc. Quand je parlais du réchauffement en 1985, j’étais moqué !

  2. David Cohen
    David Cohen31 janvier 2016

    Si Bernard Plouvier dit: « puisque l’on sait qu’EN-DESSOUS de -2° à -4°, selon le degré de salinité, la glace fond. » alors il ne sait pas grand chose…
    L’existence de la géo-ingénierie ne peut plus être nié car même les merdias ont commencé à en parler (avec 60 ans de retard).
    On ne peut plus accuser de théoriciens du complots ceux qui le dénonce…
    En ce moment il y a guerre climatique et économique entre la Chine et les É-U. Des usines explosent mystérieusement en Chine et le lendemain la même chose se produit aux É-U, Température glaciales et accumulation de neige extrêmement anormales simultanément dans ces 2 pays (le hasard ?)
    Ce n’est pas le réchauffement de la planète qui doit nous inquiéter en priorité. C’est la pollution extrême qui va causer une extinction massive de la vie qu’elle abrite.

    • Bernard Plouvier
      Bernard Plouvier1 février 2016

      Même un commentaire court peut être bien argumenté, sans pour autant être injurieux
      1 – Oui la glace océanique fond au-dessous de -4°, et ceci n’a rien à voir avec le comportement des gels hydro-salins sur le sol glacé, qui font les délices des ingénieurs inventifs en laboratoire (et un casse-tête pour dégeler les routes et chemins en Sibérie septentrionale)… dans les océans, des animaux marins en plus de la convection thermique liée au mouvement des masses d’eau de T° différentes donnent des résultats tous différents.
      2 – La guerre climatique est réellement une lubie de romanciers… dont le coût, si elle était appliquée, dépasserait bien trop les bénéfices escomptés. En revanche, les lobbies US auraient voulu que Chine, Inde etc. aillent moins vite dans leur industrialisation et l’on invente le « réchauffement catastrophique » à titre de diabolisation : le CO² et le méthane (les gaz à effet de serre)… ceux-là mêmes qui ont été produits en quantité astronomique durant les années 1938-1970 en Occident, lorsque les usines métallurgiques travaillaient à des cadences infernales pour les armements… et les hivers 1939-1955 ont été les plus longs et les plus froids du XXe siècle !!!
      Alors, il faut trouver autre chose que le CO² et le méthane… on a déjà connu le « drame des pluies acides » (liées au SO²) qui allaient tuer tous les insuffisants respiratoires et cardiaques (j’ai connu la chose durant les années 1980-1995). Maintenant, c’est au tour de l’Ebola, après avoir été celui des HIV 1 et 2 ou du virus de Marburg, qui va « tuer tout le monde ».
      41 années de médecine m’ont blindé contre ces « périls mortels imminents ».
      En revanche la tornade financière et l’immigration-invasion sont, pour moi, des dangers imminents infiniment plus graves pour l’Europe que les « gaz à effet de serre »et autres substituts sataniques en une période de déréliction. Docteur Bernard plouvier.

      • David Cohen
        David Cohen2 février 2016

        -Aucune injure dans mon commentaire, revoyez la définition du mot injure. L’orgueil froissé sûrement injurié non. Ne soyez pas malhonnête(Dire à quelqu’un qu’il est malhonnête n’est pas une injure non plus)
        -En-dessous de -2 à -4 ça veut dire quoi ? … -20 ?
        -Vous parlez de lubie de romanciers ? Disiez-vous la même chose à propos de la géo-ingénierie avant qu’elle soit admise ? …
        -Les effets CO² et le méthane ne se voient pas instantanément bien évidemment, cela peut prendre 10 à 20 ans après.

        • Bernard Plouvier
          Bernard Plouvier3 février 2016

          moi aussi, je me suis mal exprimé : pour des températures supérieures à -4° Celsius (vers le zéro Celsius, donc), la glace polaire fond, à la différence des gels hydro-salins sur sol auxquels vous faites référence avec la géo-ingénierie, dont personne n’a médit.
          Les essais de perturbations sur le climat par action humaine se sont avérés extraordinairement coûteux, de résultats aléatoires et toujours très limités. Voilà pourquoi je parle de lubie de romanciers à propos d’une « guerre climatique ».
          La seule guerre opposant USA et Chine-Inde à propos du climat est liée à la propagande : on reproche aux nouveaux venus les émissions de CO², méthane et la pollution par les métaux lourds et l’usage d’amiante, soit ce que font tous les pays au début de leur industrialisation.
          Je le répète : en Occident CO² et méthane n’ont jamais atteint de taux aussi élevés que durant les années 1938-1975 et les hivers 1939-1955 n’ont jamais été plus froids… or l’effet de serre est instantané sur la T°
          Ceci posé, j’apporte des arguments, sans avoir la prétention de convertir qui que ce soit à mes idées. Je trouve injurieux que l’on porte un jugement hâtif sur les connaissances d’un individu dont on ne sait rien et sur deux pages de texte, certes oui;

      • Jean
        Jean12 février 2016

        Juste ! très juste Dr , c’est bien vu.
        Mais la masse est aveugle et croit ce que les médias disent.
        Il y a peut d’espoir que cela change.
        Salutations
        jean

  3. chria
    chria1 février 2016

    Vous confondez/amalgamez la réaction au phénomène, et sa cause.
    Ce qui entraîne directement l’émergence de cette bonne veille théorie du complot qui fait du moindre quidam celui qui a tout compris et qui connait la vérité.
    Et puis j’adore le coup du « le réchauffement d’avant, c’était un vrai, et celui-de maintenant, une manipulation… » Le tout soutenu par l’argument climato-sceptique le plus débile et celui le plus dézingué (un enfant de 10 ans comprend l’entourloupe) : il y a déjà eu des réchauffements avant sans les GES, donc le réchauffement actuel ne peut pas être lié aux GES…
    Et puis juste derrière vous enchainez sur du multifactoriel…

    • David Cohen
      David Cohen1 février 2016

      Non les GES ne sont pas les seuls facteurs de réchauffement, mais faut pas non plus nier leur impact. On néglige même de prendre en compte l’impact des milliards de tonnes de kérosène brûlé en haute atmosphère depuis si longtemps. Ces particules, qui produisent l’obscurcissement planétaire(par conséquence son refroidissement), mettent de années pour retomber au sol et les conséquence à long terme seront sûrement catastrophique.

      Faudrait être très naïf pour penser qu’en rasant autant de forêts et en bétonnant/goudronnant autant de routes/toitures l’homme n’ait pas d’impact sur le climat. Regarder la planète de jour et de nuit avec Google earth et vous allez comprendre que l’homme est un très dangereux parasite pour la faune et la flore.

      Au Québec aujourd’hui 1er Février il fait 7°C et il y a à peine 20 centimètres de neige au sol, du jamais vu depuis la courte période que l’homme répertorie les températures/précipitations.
      Les soi-disant réchauffements du passé n’ont même pas été répertorié car les mesures (Fahrenheit/Celsius) n’existaient même pas à cette époque.
      Les scientifiques sont bailloner et le peuple manipulé.

      • Bernard Plouvier
        Bernard Plouvier2 février 2016

        Monsieur Cohen : les « soi-disant réchauffements climatiques du passé » ! Cette phrase ne peut qu’étonner. Comment expliquez-vous, autrement que par une fonte ULTRA-MASSIVE des glaces du nord de l’Europe la création de la Manche, désunissant l’Europe continentale de son vrai Finis-terre préhistorique : la Grande-Bretagne.
        Idem pour la création de l’Océan Arctique alors qu’il y a 40-20 000 ans, la Sibérie, l’Alaska et le Canada étaient jointifs, ce qui autorisa le peuplement des Amériques à la fois par des Blancs (Aïnos et Sibériens) et des Asiates (Lapons et Mongols).
        La Terre a connu énormément de perturbations climatiques, toutes dues à d’énormes bouleversements cosmiques où l’activité solaire, l’impact de très grosses météorites et les modifications de l’axe géomagnétique ont joué un rôle infiniment plus dévastateur que tout ce que l’homme peut infliger à Dame Nature… ce qui ne veut pas dire que nous ne devons pas apprendre à gérer notre potentiel terrestre.
        Enfin, le problème est à prendre dans sa globalité : radoucissement des hivers au Canada (ce qui n’empêche pas des tombées de neige très abondantes dans le Nord-Est des USA du fait des perturbations du Gulf Stream en Atlantique Nord par la balade d’icebergs) et accroissement de sévérité en Sibérie ; dislocation des glaces de la calotte nord et accrétion au Sud ; excès d’orages et de tornades en zones équatoriales, par refoulement vers le sud du gulf stream et augmentation des températures en ces zones (dommage qu’elles soient si mal cultivées : le climat chaud et humide est favorable à l’obtention de plusieurs récoltes annuelles).
        Bref, problème ultra-complexe. Pas nécessaire de s’injurier. Mais utilité de comprendre les soubassements politico-financiers de l’exploitation, associée à la non-gestion, du problème

  4. David Cohen
    David Cohen3 février 2016

    Je me suis mal exprimé, je ne nie pas qu’il y ait eu de véritable et très important réchauffement climatique dans le passé. Mais les causes nous sont inconnues car les températures ne sont répertorié que depuis peu de temps, donc nous ne pouvons savoir/prétendre que ce sont des cycles naturels ou un contrebalancement si des refroidissements furent causés par des impacts d’énormes astéroïdes, éruptions volcanique, cycle solaire/galactique ou etc…
    L’homme joue avec le climat volontairement ou non et il pense savoir ce qu’il fait. (Un peu comme pour la vaccination…)
    Ce dont je suis certain c’est que l’empreinte écologique de l’homme a un impact sur le climat de cette petite planète.
    Je ne vois toujours pas ou il y a injure. Ce n’est pas comme si je disait que ceux qui pensent pouvoir gérer ce problème sans en comprendre toutes les dimensions sont des imbéciles.

  5. costaz guy
    costaz guy19 février 2016

    J’ apprécie beaucoup les explications qui sont rationnelles , sans exaspérations personnelles!
    Merci à vous Dr Plouvier !

  6. JP Bardinet
    JP Bardinet23 février 2016

    Dr Plouvier, allez faire un saut sur le site lecolocritique du Dr Thierry Levent, et allez sur l’onglet « cercle des sceptiques ». Vous y trouverez moult documents de difficultés variables sur le climat et l’énergie. Bonne lecture!

  7. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier23 février 2016

    Merci, M Bardinet : je ne connaissais pas ce site, que je viens de consulter avec beaucoup d’intérêt
    Effectivement : à recommander chaudement (c’est le cas de le dire !)

  8. Régis CHOLLEY
    Régis CHOLLEY4 avril 2016

    L’Homme et son Nombril ! Notre Terre, Notre Univers et maintenant Notre Réchauffement Climatique …… Nos Sociétés Modernes vont disparaitre, car plutôt que d’essayer de trouver des solutions pour s’adapter a un changement climatique, « Elites » et Politiques dépensent leurs énergies a trouver des soit disant Responsables…. ou pire encore, comment gagner encore plus d’argent sur la Misère ………Seul L’Homme ne change pas !

  9. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier4 avril 2016

    Le but de cet article, Mr Cholley, était justement de faire comprendre que l’on a mis la charrue loin devant l'(attelage ! On beugle au réchauffement, parce que l’on constate des tornades en milieu équatorial et une dislocation d’une partie de la calotte arctique… sans trop parler de l’antarctique.

    Avant de trouver quelque solution que ce soit, il faut définir le véritable problème.
    Le but de cet article était d’évoquer les modifications du géomagnétisme que les grands communicateurs n’abordent jamais… reste à savoir s’ils en ont connaissance.
    Les articles sur les Gaz à Effet de Serre abondent, ceux sur la croissance démographique pullulent, mais peu de choses sont dites sur les modifications de l’axe magnétique terrestre… d’où cet article.
    Avant de faire dépenser aux contribuables des milliards de $ ou d’euros, il faudrait peut-être leur expliquer où gisent les problèmes.

  10. Olivier MONTULET
    Olivier MONTULET23 avril 2016

    Bon article sauf la ridicule assertion « après la fin des stupidités marxistes » qui déforce totalement l’article car démontre une inculture totale concernant Marx et donc laisse planer un doute sur le fondement analytique du reste de l’article. Pour rappelle: le marxise c’est la somme des inepties qui ont été dites et écrites sur Marx et son œuvre. Le stalinisme n’a ni rien à voir avec le communisme et encore moins avec la pensée de Marx.Prétendre le contraire reviens à affirmer que le régime de Pinochet c’est le libéralisme.

  11. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier25 avril 2016

    Bof ! Vous admettrez peut-être la contradiction :
    1 – À vous lire entre les lignes, il semble que vous estimiez que ni la NEP du bon  »Lénine », ni le Stalinisme, le Maoïsme, le Castrisme ou les variantes africaines et asiatiques (du style  »Pol Poth », de son vrai patronyme : Sar Saloth) ne furent la pure application du marxisme… et vous avez pleinement raison
    2 – En revanche : les ignominies endurées par les peuples de l’ex-Empire tsariste, de 1918 au printemps de 1921 où le NEP d’Oulianov fut une courageuse autocritique et une saine réaction aux crétineries marxistes, furent l’application intégrale des absurdités de Das Kapital.
    3 – Proudhon, après la lecture du Manifeste du Parti communiste de 1848, avait très justement prophétisé que le marxisme serait un échec catastrophique.
    Le communisme de production et de distribution, vieux comme l’Antiquité, n’a jamais fonctionné au-delà de quelques années… et encore, dans des sociétés d’adolescents demeurés, avant qu’ils ne prennent conscience de leurs responsabilités de pères de famille
    4 – Quand bien même le communisme de 1918-20 aurait marché (ce qui n’a été nullement le cas), on ne pourrait reprendre cette expérience : le marxisme, dans tous ses avatars, a coûté – en estimation basse – 100 à 120 millions de vies humaines et en a gâché 1,5 milliard d’autres. Alors, on peut faire mieux et à moindre coût.
    Aussi bien, tout ceci n’est d’aucune importance pour le sujet traité ici.

Répondre