Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Faut-il s’appesantir sur la politique spatiale des Nord-Coréens ?

Kim Jong Une Coree Nord

Faut-il s’appesantir sur la politique spatiale des Nord-Coréens ?

Télécharger en PDF et imprimer

 Bernard Plouvier ♦

Pour Jean Bonnevey, dans un précédent article,  la Corée du nord, pays dirigé par un tyran absolument imprévisible, est une menace pour la Corée du Sud et le Japon. Pour Bernard Plouvier, la Corée du Nord n’est qu’un pion minuscule dans la guerre d’influence qui se joue pour la domination du Pacifique-Nord. Nous laissons nos lecteurs juges.

2016 est à l’évidence un grand cru en matière d’islam conquérant, mais faut-il à toute force l’envisager sous l’angle d’une nouvelle guerre du Pacifique ? Cela paraît peu probable pour plusieurs raisons.

Il est évident que le régime nord-coréen est à la fois un dinosaure, étant l’unique survivant des dictatures militaro-communistes de la planète, et un pion (mineur) dans la guerre d’influence qui se joue à trois pour la domination du Pacifique-Nord. Certes, ce pion minuscule a la prétention, depuis un quart de siècle – soit la fin de l’URSS -, de jouer en solitaire. Encore faut-il analyser sa capacité de nuisance, qui paraît sans commune mesure avec celles des USA et du nouvel élan islamiste.

C’est une puissance nucléaire depuis 2006, ne maîtrisant le lancement des fusées de haute altitude que depuis 2012 et qui n’en est encore qu’à l’étude de la rentrée dans l’atmosphère sans désintégration des capsules lancées… autrement dit, et contrairement à ce que l’on hurle à l’ONU, ses « missiles balistiques stratégiques » ne sont nullement opérationnels. Leur portée ascensionnelle peut leur permettre de mettre un satellite en orbite, mais leur efficacité et leur portée terrestre demeurent toutes deux théoriques, même si de nombreux sites du Net – espace rêvé de désinformation – veulent faire croire que l’Alaska, la Sibérie, l’Inde et l’Indonésie sont menacés, autant que la Chine, la Corée du Sud et le Japon voisins (qui, eux, sont réellement menacés par de petits missiles tactiques).

Relativisons un peu ce « géant » de la nuisance internationale : un peu moins de 30 millions d’habitants, serrés dans un pays fort petit, donc « atomisable » très facilement, et un PIB estimé à un peu moins de 15 milliards $… ce qui met la production du « colosse » nord-coréen à 600 $/habitant !

Le crypto-islamiste de la Maison Blanche n’utilise-t-il pas l’explosion atomique de janvier et le tir de fusée de février comme deux nouvelles occasions de détourner, vers « le Pays du matin calme », l’attention des opinions publiques des seuls dangers qui soient en cours de réalisation : l’invasion islamique de l’Europe occidentale et danubienne, et le terrorisme djihadiste en Afrique et dans tout le Moyen-Orient, accessoirement en quelques pays d’Europe trop laxistes ?

Un petit État aux ressources très limitées, dépendant pour sa technologie du colossal voisin chinois comme il dépendait jusqu’en 1990 de l’URSS, sert de Satan de secours à une administration US qui, elle, a participé directement à la contamination de l’Asie du Sud-Ouest, de l’Afrique et de l’Europe par le djihadisme.

L’armée nord-coréenne serait riche d’1,1 million d’hommes, mais la plantureuse armée chinoise s’est couverte de ridicule en 1979 au Nord de la République du Viêt-Nam et, durant les années 1980 sq., la très grosse armée iranienne n’a guère brillé face à l’armée irakienne surarmée par les USA. Avec son médiocre PIB, l’armée nord-coréenne doit en être restée aux armes fournies par l’URSS durant les années 1980 et qui sont obsolètes. De nos jours, le dieu de la guerre n’est plus forcément du côté des gros bataillons !

Les opinions publiques européennes, désinformées en permanence, sont très facilement orientables vers des leurres. La minuscule Corée septentrionale en est l’un des plus facilement exploitables, puisque ses dictateurs successifs poursuivent inlassablement une fuite en avant, simplement pour assurer quelques années de survie à une caste dirigeante sans projet réel.

Qu’importent aux Européens les (réelles) misères d’un peuple exploité qui rejoue en solo et à vide le scénario marxiste, quand sur notre continent débute une invasion ultra-violente, programmée par de très puissants apprentis-sorciers.

  1. Rémy Valat
    Rémy Valat15 février 2016

    Bernard Plouvier a entièrement raison. Ces lancements servent surtout la politique intérieure du pays : plus d’armes et plus de missiles égal plus de réactions surdimensionnées des médias des pays voisins qui donnent ainsi raison au gros timonier. La Corée du Nord ne peut faire une guerre qu’elle perdrait et surtout personne ne veut de la réunification. Cela permet aussi au Japon de légitimer sa marche vers la normalisation (révision de la Constitution) : et c’est très bien!!! Rien que les forces américaines dans le Pacifique (la 7e flotte) suffiraient à balayer la Corée….Pendant ce temps-là la population crève de faim et n’a pas besoin de lire 1984, ils sont dans le livre.

Répondre