Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Remaniement : François Hollande n’osera pas changer Manuel Valls

Remaniement 2016

Remaniement : François Hollande n’osera pas changer Manuel Valls

Télécharger en PDF et imprimer

Raoul Fougax ♦

Fabius restera le ministre de l’incohérence diplomatique française. Assad est toujours président, Fabius n’est plus ministre.

Il n’aura donc pas eu la peau du dirigeant syrien, pas plus qu’il n’aura empêché le retour de l’Iran dans le jeu international. Il s’est retrouvé, par conviction sans doute, sur une ligne finalement très israélienne mais ce qui est bon pour Tel Aviv ne l’est pas forcément, bien au contraire le plus souvent, pour Paris. Pour Israël le principal ennemi n’est pas encore Daech, mais cela va venir. Pour la France il n’y a pas de doute.

On ne sait pas qui remplacera Laurent Fabius, mais il n’y aurait qu’un seul et bon choix dans le camp de la gauche celui d Hubert Védrine. Un diplomate compétent, de métier et qui n’hésite pas à bousculer les utopies de la diplomatie des valeurs virtuelles pour celle des principes du réel. Il ne sera donc certainement pas nommé.

Fabius va donc pantoufler au conseil constitutionnel à la place de Jean-Louis Debré qui en a bien profité. A dire vrai, il n’est de véritable remaniement gouvernemental qu’en cas de changement de premier ministre. Ce ne sera pas le cas non plus, quoique le PS ait fait un sacré forcing pour se débarrasser du très sécuritaire et autoritaire Emmanuel. Moins à gauche tu meurs où tu te retrouves Macron.

Le gouvernement Hollande est devenu un objet politique non vraiment identifié entre social libéral, social démocrate et social sécuritaire. Sur le chemin des réalités ont été abandonnée par une armée idéologique en déroute les troupes et les cantines. Manuel Valls est un catalan de l’armée en déroute qui se traînait sanglant sur le bord de la route… Certains, plutôt que de lui donner à boire, l’auraient bien achevé pour changer de direction.

Cela ne parait pas possible. Valls, lui, aurait bien aimé voir partir Macron, l’autre chouchou du grand capital. Les deux petits crocodiles vont devoir rester dans le même étang semble-t-il. On ne peut pas tout avoir.

François Hollande a donc de sérieux problèmes à résoudre pour et surtout au-delà se son remaniement. Il prépare parait-il une surprise forte. Si c’est au niveau de Myriam El-Khomri, il a tout intérêt à s’en passer. La meilleure surprise serait le départ de l’Attila en jupon de l’orthographe et de l’éducation anciennement nationale njaaatvalobelcacem la bien orthographiée.

Mais ne rêvons pas, parité et diversité sont les deux mamelles flasques d’une république qui, faute d’avoir une politique de gauche, en conserve le masque caricatural… Avec eux c’est tout le temps carnaval.

Illustration : Laurent Fabius, Manuel Valls et François Hollande à la Cop 21, le 20 novembre 2015.

Répondre