Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Petites manœuvres pré-électorales pour un désastre annoncé

Election2017

Petites manœuvres pré-électorales pour un désastre annoncé

Télécharger en PDF et imprimer

Bernard Plouvier, auteur, essayste ♦

En ce glacial et tempétueux mois de février, les crocodiles, les usagés et les moins connus, s’ébrouent dans le marigot politicard.

Et l’on comprend la raison de cette agitation : aux présidentielles de l’année prochaine, l’un des deux sauriens – celui de la droite mondialo-globaliste ou celui de la pseudo-gauche globalo-mondialiste – emportera pour cinq années le jackpot des sinécures dorées de la Ripoublique, qu’il pourra distribuer aux plus puissants de ses partisans.

Car, dès à présent, tout est joué, sauf imprévisible séisme international, bien sûr. Au premier tour, 60 à 65% des inscrits iront voter avec un reste d’enthousiasme. Le ou la candidat(e) des populistes arrivera en tête avec peu ou prou 35% des suffrages. Le candidat de la droite molle- centres divers & marécageux et le candidat des pseudo-gauches, mâtinées d’écologistes de diverses obédiences, en plus des minorités sexuelles, des dinosaures marxistes, syndicalistes et maçonniques, et des groupuscules d’immigrés ayant le droit de vote, remporteront chacun entre 25 et 30% des voix.

Au second tour, et après 15 jours de propagande démagogique sur fond de scénario « républicain-apocalyptique », 55 à 60% des Français iront voter et sera élu Président soit le candidat estampillé droite molle, soit le candidat certifié pseudo-gauches, tous deux étant inféodés aux évergètes de la finance cosmopolite et/ou de l’islamo-pétrodollar ( car, chez ces gens-là, l’on mange à tous les râteliers)… soit une resucée de la 2ème élection de Chirac , avec un score moins insultant pour la Nation française, puisqu’en une douzaine d’années de gabegie et de descente aux enfers, les Français sont devenus un peu moins niais.

Qu’importe à la Nation que le nouveau locataire de l’Élysée se nomme Hollande ou Sarkozy (Juppé étant moins probable, en dépit d’un fort soutien d’émirs du pétrole), la France continuera de s’aveulir, de s’éteindre. Le chômage continuera de s’aggraver, par désindustrialisation accélérée et mort à petit feu de l’agriculture et de la pèche françaises, la Dette connaîtra une croissance exponentielle, pour alimenter une immigration-invasion en augmentation continue, avec les menus inconvénients du péril djihadiste (déjà connus, mais qui n’ont pas suffi à réveiller les Français autochtones), et, non plus la probabilité, mais cette fois-ci la certitude de la substitution de population dominante en France pour la seconde moitié du XXIe siècle.

L’électorat français – composé comme partout ailleurs de 75% de sous- et de moyennement-doués – n’aura que ce qu’il mérite. Quant aux autres Français autochtones, les productifs, les inventifs, les honnêtes travailleurs, ils auront un choix : émigrer – ce qui est à la portée du premier couard venu, mais qui, en principe, assure la survie, au prix d’un déracinement – ou s’insurger. Parce qu’après tout, mourir pour défendre la terre des ancêtres, cela ne manque ni de panache ni d’intérêt. L’histoire abonde en sursauts salvateurs. Alors, pourquoi pas en France, avant qu’elle ne soit devenue terre de Charî’a.

  1. J-P BELMAS
    J-P BELMAS16 février 2016

    Entièrement d’accord avec cet article,sauf pour Ali Juppé,qui est pour moi le plus probable.La seule action d’éclat que pourrait faire la fille Le Pen serait de ne pas se présenter et faire voter stratégiquement pour un Bayrou,qui déjà en 2012 était le seul qui aurait battu les deux clowns finalistes.

  2. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier16 février 2016

    Merci, Mr Belmas de votre commentaire
    1 – Bayrou est un 3e couteau, avec de bonnes idées dans sa partie – l’instruction publique -, mais situé au centre et ouvert à toutes les compromissions, donc sans plus d’intérêt qu’un zigotto droite molle ou pseudo-gauche. C’est un guignol à l’accent qui fleure le cassoulet ou le vin de Cahors et c’est tout !
    2 – Le FN ne voudra jamais ne pas présenter de candidat puisque ce sont les résultats des deux tours des présidentielles qui vont alimenter la gamelle des subventions d’État durant 5 années… la stratégie du FN n’est pas vraiment de sauver la Nation, mais de durer en tant que Parti un peu original
    3 – Pour une nation aveulie comme la nôtre, je ne vois que l’électrochoc d’une guerre étrangère ou civile (guerre de races et de religions) pour créer l’élan salvateur… à moins qu’une aide extérieure vienne nous rappeler à la raison et au sens de l’honneur.

    • ROUQUET Claude-Paul
      ROUQUET Claude-Paul17 février 2016

      Comme M Belmas, j’apprécie votre article, je le crois pertinent. Comme lui, je pense que le plus vieux des bébés Chirac, M Juppé, est le plus probable futur élu face à MLP. M Chirac fut la pire calamité qui ait frappé la France depuis la peste de 1720. M Juppé finira le travail. Votre point de vue sur le Front national est discutable. Personne ne peut dire jusqu’où irait ce parti s’il parvenait au pouvoir. À mon avis, à l’opposé du vôtre, très loin. Il y serait contraint par les manifestations, les grèves, les émeutes, toutes les oppositions qui surviendraient infailliblement.

  3. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier17 février 2016

    Merci Mr Rouquet de votre commentaire… mais QUI au FN serait capable de « super-poigne » ? Car il en faudrait – en cas de très improbable victoire, même en admettant que des législatives également gagnées confortent un(e) président(e) FN -, pour contrer les dinosaures démagogues des syndicats et les ligues de vertu antiraciste, de propagande tiers-mondiste, et bien sûr les deux mille insurrections simultanées des cités de non-droit.
    OK, c’est ce qu’il FAUDRAIT réaliser, mais qui va passer du conditionnel au présent ? Une femme remarquable, mais aux nerfs fragiles – qui a on ne peut plus mal géré, il y a qq. mois, un différend familial, devenu affaire politico-people – et un entourage de… bizarres (je ne précise pas ma pensée, pour ne pas effaroucher notre vigilant rédacteur-en-chef, d’autant que les poursuites judiciaires volent bas pour « homophobie » – une appellation curieuse, car comment un homme pourrai-il être stricto sensu homophobe, sauf à être crétinisé par le dogme du Gender Theory ?
    Bref, QUI ???

Répondre