Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Calais : la compassion immigrationiste dans toute sa splendeur

Jungle De Calais

Calais : la compassion immigrationiste dans toute sa splendeur

Télécharger en PDF et imprimer

Raoul Fougax ♦

Ce régime est incapable de défendre les Français

On allait voir ce que l’on allait voir. Une partie des clandestins vivant dans la « jungle » de Calais dans des conditions déplorables allaient être expulsés.

Bien sûr, c’est une expulsion humanitaire qui a été présentée. Pour leur bien, leur santé et leur sécurité. Qui oserait encore affirmer que des personnes n’ayant pas le droit d’être en France devaient, d’ une manière ou d’ une autre, quitter notre territoire par le droit et la force.

Une fois la perspective d’évacuation évoquée, immédiatement le cœur des pleureuses immigrationistes s’est mis en branle. Elle l’a fait comme d’habitude en mobilisant les associations et des journalistes complaisant ou militant.

On eut droit a des reportages triés sur ces « pauvres gens » si accueillants, si sympathiques, la daube manichéenne médiatique habituelle à la quelle ne croient plus que des benêts au grand cœur. Et comme on a eu peur que cela ne suffirait pas,  on a impliqué la justice en médiatisant la visite au camp par une juge que l’on a tenté de rendre otage des images et de l’idéologie ambiante.

Résultat :  l’évacuation annoncée est pour le moins retardée.

Cela prouve une chose face au problème de l’immigration illégale, le pouvoir est incapable de défendre les » indigènes ». Toute décision politique est impossible à tenir face à la subversion des associations, à une presse complice et une justice souvent instrumentalisée. L’opinion publique, elle, juge sévèrement ce laxisme et en tirera peut être des conséquences électorales.

L’impuissance française est devenue un problème pour toute l’Europe. Elle est moquée par les Anglais, mais plus seulement. Même les Belges s’y mettent pour faire oublier le fiasco migratoire de leur pays et leur responsabilité dans la préparation du terrorisme. Le ministère de l’Intérieur belge a annoncé mardi le rétablissement temporaire des contrôles à sa frontière avec la France. Depuis plusieurs semaines, les autorités du pays craignent notamment un afflux de migrants aux abords du grand port de Zeebruges, d’où partent des ferrys pour la Grande-Bretagne. «Nous assistons d’ores et déjà à un déplacement de migrants de Calais vers notre pays» a déclaré le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, lors d’une conférence de presse à Bruxelles. «Lorsque les camps de France seront évacués, nous pourrions faire face à un afflux de plusieurs milliers de personnes. On veut éviter à tout pris des camps de tentes à la Calais en Belgique. C’est une question de maintien de l’ordre», a argué Jan Jambon.

L’évacuation n’aura peut être pas lieu mais ce qui est sûr c’est que Calais est jugé par tous les européens comme un exemple de chaos à éviter impérativement chez eux.

Jan Jambon a déclaré avoir «informé la Commission européenne» que la Belgique allait «temporairement déroger à Schengen». On compte désormais sept pays membres de l’espace de libre-circulation à avoir rétabli des contrôles temporaires à leurs frontières (Belgique, Danemark, Norvège, Suède, Autriche, Allemagne, France) comme ils y sont autorisés dans des situations exceptionnelles.

Le problème, c’est que la situation exceptionnelle est devenue la norme.

Leur Europe de la libre circulation étrangère est sans doute en train de mourir à Calais…. La faiblesse du pouvoir politique français y aura largement contribué.

Toutefois, on ne leur dira pas merci… car le mal est fait.

  1. kralgral
    kralgral24 février 2016

    Nos dirigeants restent tétanisés et impuissants face à ce problème qu’ils ont pourtant suscité , année après année , en invoquant inconditionnellement le devoir d’accueil de cette richesse pour la France.
    En Allemagne, Merkel ne fait pas mieux en voulant imposer aux autres pays ses choix d’accueil catastrophiques.Le problème est que même au cas ou ils prendraient conscience de leurs erreurs,ils ne peuvent plus revenir en arrière tant le pouvoir des médias et associations de soutien qu’ils ont institué est grand. Tous les médias sont mobilisés pour promouvoir l’accueil de nouveaux migrants, et disqualifier et ridiculiser tous ceux qui feraient mine de s’y opposer.
    Plus grave est la campagne policière qui se met en place, officiellement, ou par l’intermédiaire de barbouzes,pour dénoncer, poursuivre, et faire taire les opposants…..
    A suivre….

Répondre