Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Christiane Taubira, la  »frondeuse de l’intérieur » en embuscade aux primaires de gauche

Christiane Taubira

Christiane Taubira, la  »frondeuse de l’intérieur » en embuscade aux primaires de gauche

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, politologue ♦

Si c’était elle, finalement, Christiane Taubira, la candidate hors parti, la candidate outsider, l’Obama française qui risquait de renverser le magasin de porcelaines du Parti Socialiste et de la Gauche plurielle.

Supposons qu’elle se présente, elle disposerait d’emblée de l’électorat gay, des votes progressistes et cultureux, d’une grande partie des voix de l’Outre-mer. Les bobos se pavanent pour elle et sans atermoiement, elle réunirait les banlieues musulmanes et métissées autour de son nom et de sa figure. C’est e plus une excellente oratrice.

Á l’Elysée, durant tout le voyage actuel de François Hollande, l’ombre de Taubira plane car on n’a pas réussi, à cause en grande partie de Manuel Valls, à « neutraliser politiquement » la rebelle en la gardant, le plus longtemps possible, à la Chancellerie. Or, l’égérie de la gauche de la gauche peut très bien devenir la figure de proue des partisans de la primaire à gauche. Taubira est devenue une grenade dégoupillée et très curieusement, dans ce voyage à Wallis et en Polynésie française, on en parle beaucoup en coulisses. Sa candidature serait le coup fatal pour le Parti Socialiste, un coup dur pour Hollande.

Or, la ministre, incontrôlable, n’a pas choisi le grand air mais le temps de la réflexion avec sans doute une idée derrière la tête : une potentielle candidature à l’élection présidentielle de 2017, une candidature autonome, une candidature hors-parti.

Manuel Valls semble victorieux mais derrière la photo officielle du dernier remaniement, il y avait la guerre larvée que menait Valls depuis des semaines contre « celle qui a fait perdre la gauche » en 2002 et fait éliminer Lionel Jospin. Il y avait tous les mauvais souvenirs de la gauche de gouvernement. Dans l’état déplorable dans lequel se trouve la classe politique française (un Sarkozy englué dans les affaires judiciaires et la repentance, un Juppé de soixante dix ans, une gauche sans valeurs), Christiane Taubira peut réellement rassembler le peuple français dans un combat fratricide contre l’extrême droite de Marine Le Pen. Or verrait-on alors un Alain Juppé brandir encore le réflexe républicain – il en est capable ! – sans être désavoué au second tour dans les urnes en cas de duel Taubira, Le Pen.

Les élections de 2017 sont très largement ouvertes. La démission de Christiane Taubira sonnait clairement le signal de départ de la bataille des candidatures à gauche pour 2017. Christiane Taubira en fera-t-elle partie mais le voyage de François Hollande dans le Pacifique ne s’est-il pas aussi transformé en un premier barrage contre la candidate guyanaise ?

Répondre