Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le masochisme serait-il devenu une « valeur occidentale » ?

Grece Antique Parthenon

Le masochisme serait-il devenu une « valeur occidentale » ?

Télécharger en PDF et imprimer

Dr Bernard Plouvier, auteur, essayiste ♦

Le pape François, la luthérienne Angela Merkel et, depuis peu, les dirigeants du mouvement Amnesty International  reprochent, et fort durement, aux Européens de ne pas être assez généreux dans l’accueil des « réfugiés », d’être d’immondes égoïstes, voire d’authentiques « criminels par abstention » puisque chaque jour meurent des êtres humains qui tentent désespérément de gagner notre (supposé) Eden.

Curieusement, on ne reproche que très discrètement, voire pas du tout, leur manque de générosité, leur égoïsme, leur potentiel criminel au gouvernement et aux citoyens des USA… pourtant réellement responsables des malheurs des authentiques réfugiés, issus des pays ravagés par les guerres civiles, ethniques et religieuses, certes ancestrales, mais qui ont proliféré, explosé depuis les règnes de George Bush junior et de ses néo-conservateurs, puis celui, plus désastreux encore d’Obama, fils de musulman et titulaire du Prix Nobel de la Paix pour l’année 2009.

Que le leader catholique et la chancelière teutonne courent eux aussi après un Nobel de la Paix, ceci ne concerne qu’eux, l’association Amnesty international  en ayant déjà été dotée. Leurs larmes de crocodile, leurs gémissements bizarres ne devraient nullement émouvoir les Européens, du moins la fraction la moins sotte des populations européennes et pour plusieurs raisons.

D’abord, l’Europe est victime d’un chômage d’ampleur considérable et le simple bon sens commande de ne pas importer des travailleurs exotiques quand il n’y a pas assez de travail pour les autochtones… on rappelle aux néo-socialistes actuels que c’était le dogme de leurs ancêtres du Front populaire.

Ensuite, des centaines de milliers d’Africains, noirs et maghrébins, continuent de se ruer à l’assaut de l’Europe, même lorsque leur pays d’origine n’est pas victime de guerre civile ou étrangère : ceux-là ne sont nullement des « réfugiés », mais des candidats à l’immigration économique et l’on en revient au paragraphe précédent. Les Français n’ont nul remords de conscience à éprouver : dans un pays où le chômage touche (en chiffres honnêtes, non trafiqués) entre 5 et 5,5 millions d’individus, nous avons accueilli 10 à 11 millions d’Extra-Européens… dont 25% des sujets en état et en âge de travailler sont des chômeurs !

Pour les authentiques réfugiés (Afghans, Syriens, Irakiens et Kurdes, Libyens, Yéménites, et on en oublie), il ne faudrait pas oublier d’où vient le crime initial, qui sont les fauteurs de guerre civile ou étrangère, à forte connotation de haines raciales et religieuses : les roitelets de la péninsule arabique, les gouvernements successifs des USA depuis une trentaine d’années, l’actuel gouvernement islamique de Turquie, enfin les gouvernants de l’État d’Israël.

Certes, des gouvernants réputés « Français » sont très inopportunément intervenus en Irak (après l’invasion du Koweït), en Afghanistan, en Libye et de nos jours en Syrie, mais la Nation n’a jamais été consultée par référendum sur l’intérêt de ces guerres, exotiques autant que coûteuses… si le sieur Chirac a refusé de s’associer à la 2e guerre d’Irak, qui s’est terminée par la pendaison de son dictateur et le chaos local, rapidement étendu au pays voisin, ce ne fut nullement par réflexe gaulliste d’indépendance vis-à-vis des USA et de l’OTAN (ce n’était que la noble raison invoquée), mais parce que Chirac, premier ministre de Giscard, avait entretenu des relations intimes avec Saddam Hussein lorsqu’il servait de super-négociant en armes de fabrication française ; le dictateur irakien tenait Chirac, devenu Président de la République, par ,disons,  le portefeuille.

Alors les belles oraisons, les cris d’indignation sur commande, les injures à peine voilées d’un pape démagogue, de la luthérienne devenue subitement démente, ou d’une officine cosmopolite, devraient laisser froide l’opinion publique française. Après tout, le masochisme, la haine de soi, le reniement de notre civilisation et de notre histoire ne sont que des jeux d’esthètes riches et repus, de gauchistes déboussolés ou d’ambitieux atteints de la fièvre nobélienne.

Le véritable humanisme est de forcer les Africains à maîtriser leur démographie de primitifs et de les contraindre à mettre en valeur leur énorme continent, au sol et au sous-sol fabuleusement riches : c’est à eux, si fiers de leur négritude, de travailler pour faire passer l’Afrique de l’état de boulet économique pour les autres continents au statut d’autosuffisance alimentaire. Le véritable humanisme, c’est d’anéantir le djihadisme, grotesque anachronisme médiéval au XXIe siècle et de laisser les peuples du Proche et du Moyen Orients s’auto-administrer.

Car si une repentance doit se faire jour, c’est non pas du côté des Nations occidentales qui furent des exportatrices de civilisation, mais chez les maîtres du jeu actuel : les tout-puissants patrons de l’économie et du côté de leurs marionnettes du demi-monde de la politique et des médias.

Plutôt que d’un masochisme généralisé, l’Occident a besoin d’une repentance bien ciblée.

Illustration : symbole de la Grèce antique : le parthénon
  1. Robert41
    Robert411 mars 2016

    Un peuple qui se laisse diriger par de mauvaises lois, à le devoir de se révolter. Il en est de même avec une politique de l’arbitraire où la légitimité électorale est devenue une illégitimité. L’équité vient d’une saine représentation démocratique et non d’une coterie de nantis. On est étonné d’ailleurs que cette politique cruellement désastreuse, puisse encore donner un sens à une République française, malade de ses idéaux à sens unique. Nous assistons journellement à une mise en scène de la politique, elle se fait avant-tout devant la caméra et le micro où un harcèlement de paroles et encore de paroles, anime une communication de l’instant. Ils ont réponse à tout et enchaîne à brûle pour point, les faits comme au café du commerce. Ce n’est plus de la politique mais une mascarade de marché où il faut beaucoup de mémoire pour se rappeler de leurs mensonges et trahisons. N’ayant pas peur de le dire, les droits de l’homme et autres politiques progressives vont mourir d’un universalisme explosif. Il n’y aura jamais assez de payants pour assister des millions d’assistés. Qu’on le veuille ou pas l’homme sera contraint d’embrasser le mal de la guerre pour sauver son espèce et son territoire. Il faudra se rappeler aussi qui a ordonné ce changement de peuple et favorisé cette nomadisation …

Répondre