Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Pour lutter contre les clandestins, Eurotunnel inonde ses terres

Eurotunnel Inonde Terres

Pour lutter contre les clandestins, Eurotunnel inonde ses terres

Télécharger en PDF et imprimer

Des lacs artificiels ont été créés afin de servir d’obstacles aux migrants qui cherchent à pénétrer les grilles de l’entreprise Eurotunnel afin de gagner le Royaume-Uni.

En juillet dernier, Bernard Cazeneuve, le Ministre de l’intérieur, blâmait Eurotunnel qu’il accusait de ne pas déployer les efforts nécessaires face à la crise migratoire. Aujourd’hui, c’est chose faite et tous les moyens semblent bons pour l’entreprise afin de sécuriser les voies ferrées menant à Londres.

Pour tenter de dissuader les migrants de s’introduire dans ces zones interdites, l’entreprise inonde, en effet, tout simplement certaines de ses terres. Est notamment concerné le lieu dit de la Belle-Hélène, à Coquelles, près de Calais, où de nombreuses intrusions de migrants se sont produites. On y observe maintenant deux lacs artificiels qui font office de douves comme au bon vieux temps des châteaux médiévaux. Le terminal de Calais est  situé « sur une zone marécageuse », par rapport à laquelle il est surélevé. Ce qui permet de l’entourer d’eau. Ce n’est pas la première adaptation naturelle déployée par la société pour tenter de rendre toujours plus difficile l’accès à ses voies.

En 2015, une centaine d’hectares de végétation et de bois avait été coupée, laissant des terrains nus. Ceci pour empêcher la dissimulation de personnes près des voies, qui, une fois la nuit venue, découpaient les barrières à l’aide de pinces. Mais aussi pour faciliter l’intervention des forces de l’ordre. Là où, avant, la forêt dissimulait les voies, il ne restait qu’un terrain vague fermé par des grillages. Ces barrières elles-mêmes avaient également été adaptées ces derniers mois. Sur une quarantaine de kilomètres, leur hauteur avait été portée à quatre mètres.

Au total plus de 4000 migrants se trouvent dans la région de Calais pour tenter de gagner le Royaume-Uni en passant par le port de Calais ou le tunnel sous la Manche. Le trafic des trains est régulièrement perturbé dans le tunnel par les intrusions, qui avaient atteint le nombre de 2200 une nuit de juillet 2015. Depuis juin 2015, 18 migrants sont morts en tentant de passer au Royaume-Uni. ML.

  1. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier24 février 2016

    Une excellente question serait : « Pourquoi ne pas les laisser libres d’aller où ils veulent ? »… surtout si c’est vers la Perfide Albion.
    Pourquoi empêcher des indésirables – et qui ne veulent pas rester en France (on les embrasserait presque ) – de quitter notre territoire national ???

    • Alain
      Alain28 février 2016

      Tout simplement parce que l’on a stupidement signé un accord avec la grande Bretagne mettant à charge de la France le sale boulot. Cet accord stipule que le contrôle de la frontière se fait sur les côtes françaises et non britanniques. Et on cherche en vain une compensation qui justifierait cette stupidité

      • Christophe
        Christophe1 mars 2016

        En même temps, c’est le problème de la France de les avoir laissé entrer sur son territoire. La GB n’a jamais dit qu’elle voulait les accueillir, au contraire. Donc leur point de vue me paraît légitime: ces immigrants clandestins viennent de France, la GB n’en veut pas, à la France de se débrouiller avec.

        Soit ils restent en France, et ils respectent les lois et coutumes du pays (à Rome, on fait comme les romains, etc…), soient ils partent, ils prennent une autre route, ils remettent en question leur plan de départ, bref, on n’a rien sans efforts. La vie est dure, c’est la vie.

Répondre