Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

François Hollande en Argentine : un tango avant le Salon de l’Agriculture

Voyage Francois Hollande G Et Son Homologue Argentin Mauricio Macri D Le 24 Fevrier 2

François Hollande en Argentine : un tango avant le Salon de l’Agriculture

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, politologue, et notre correspondant à Buenos Aires, Juan Carlos Miranda

Le Président français François Hollande est arrivé en retard sur l’horaire prévu à Buenos Aires en raison d’une panne de l’Airbus A330 présidentiel, cloué au sol à Lima. Le chef de l’État a finalement voyagé du Pérou vers l’Argentine à bord d’un Falcon gouvernemental français.

Avion présidentiel immobilisé à Lima

Avion présidentiel immobilisé à Lima

Un incident avait déjà été constaté au départ de Paris et un Falcon était aussi tombé en panne quelques heures à Wallis. L’avion présidentiel, c’est le fameux Airbus A330-200, un véritable jet de luxe, surnommé par la presse « Sarko One » depuis sa commande par le président Sarkozy en 2010, en référence à l »Air Force One », le Boeing du président américain.

Pour l’Argentine, le président français est accompagné du footballeur franco-argentin David Trezeguet et de 30 chefs d’entreprise. L’Argentine est la deuxième étape de la tournée sud-américaine de François Hollande qui avait débuté mardi avec le Pérou et qui se terminera jeudi en Uruguay. Hollande est le premier chef d’Etat de premier plan à rendre visite à Mauricio Macri, ancien maire de Buenos Aires, ex-président de Boca Juniors et qui n’est à la tête du pays que depuis deux mois. On espère d’ailleurs que François Hollande ira y chercher quelques leçons économiques  même si pour les troglodytes socialisants de Paris, Macri sonne comme Macron.

François Hollande et Mauricio Macri

François Hollande et Mauricio Macri

L’Argentine est la troisième économie d’Amérique latine, c’est un pays riche en ressources naturelles, en particulier agricoles (viande, soja). François Hollande va tenter de profiter de cette première alternance démocratique pour répondre à la volonté d’ouverture économique du pays aux investissements extérieurs et ainsi donner un coup de pouce aux entreprises françaises déjà présentes en nombre dans le pays.

Environ 230 entreprises françaises (Total, Danone, Renault, PSA) opèrent en Argentine où la France affiche un excédent commercial d’un milliard d’euros. Macri, apprécié des marchés et des banquiers, c’est une chance pour la France .

En Argentine, le contrôle des changes vient d’être supprimé et les sociétés étrangères peuvent désormais rapatrier leurs dividendes ce qui n’était pas le cas autrefois avec Kirchner. Pour attirer les investisseurs étrangers, le nouveau président Macri, fils d’un Italien ayant fait fortune à Buenos Aires, a levé les restrictions sur les importations, assoupli l’imposition pour les industriels, les agriculteurs et les groupes miniers. Buenos Aires redevient ainsi une capitale internationale à la mode.

La semaine dernière, le chef du gouvernement italien Mateo Renzi avait devancé François Hollande mais ce n’était pas une visite d’Etat officielle et le déplacement est pratiquement passé inaperçu. Mais comme nous le disions hier avec notre correspondance du Pérou, le président américain Barack Obama sera à Buenos Aires dans un mois, une manière pour Washington de marquer son retour fracassant en Amérique du sud (Cuba, Brésil), un sous-continent qui lui a presque tourné le dos une décennie durant avec l’aventure du chavisme et du néo-péronisme.

François Hollande et Ollanta Humala à Lima le 23 février

François Hollande et Ollanta Humala à Lima le 23 février

La délégation présidentielle des dirigeants d’Arianespace et de Thalès présente au Pérou pour la finalisation de la livraison en mai du satellite péruvien accompagne aussi  le Président jusqu’à Buenos Aires car l’Argentine est entrée récemment dans le club fermé des puissances spatiales en devenant, il y a un an et demi, le premier pays à fabriquer son propre satellite de communication qui fut d’ailleurs lancé de Kourou. Or, Macri envisage de poursuivre cette politique spatiale et de lancer des petits satellites. A noter aussi que deux nouveaux ministres sont arrivés de Paris pour l’étape argentine du Président : le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, l’Argentine n’étant pas un « petit pays » latino et la ministre de la Culture Audrey Azoulay, car l’Argentine est très friande de culture française et abrite le plus grand réseau au monde d’Alliances françaises au monde, plus de 70.

Buenos Aires n’est-il pas, pour beaucoup de latinos, le petit Paris du sous-continent ? ? Dans son entretien à l’AFP, Mauricio Macri a dit, en tout cas, vouloir « dynamiser une relation historique » avec la France. « Entre nos pays, il y a toujours eu un lienimportant, dit-il. Comme maire de Buenos Aires, j’ai développé avec la ville de Paris un tandem culturel, avec le gouvernement, j’ai cherché à maintenir ce lien, alors que le gouvernement (de Cristina Kirchner) prenait ses distances avec laFrance ». La fille du président argentin a d’ailleurs débuté cette semaine sa scolarité en petite section de maternelle au lycée franco-argentin Jean Mermoz, assurant de fait la qualité de l’Agence pour l’Enseignement du français à l’étranger (l’AEFE).

Enfin, dans un pays fou de football et dont le président a dirigé pendant 12 ans le club de Boca Juniors, l’Elysée a actionné le ressort de la diplomatie sportive en invitant aussi les anciens footballeurs franco-argentins David Trezeguet et Omar Da Fonseca, et le rugbyman Omar Hasan, reconverti dans le chant lyrique.

Á l’invitation du président argentin, le président français se rendra jeudi avec David Trezeguet dans la mythique Bombonera, le stade du Boca où Maradona, jadis, et aujourd’hui le maestro Carlos Tevez font trembler les filets. Hollande se rendra ensuite en fin de journée à Montevideo et il devrait regagner Paris jeudi soir après un dîner avec le président uruguayen Tabaré Vazquez.

Il arrivera vendredi après-midi à Paris où il inaugurera tôt le lendemain matin, sous très haute sécurité , le Salon de l’Agriculture car les vaches normandes et les porcs bretons auront sans doute moins de charmes que le parfum du Tiare Apetahi !

Illustration : François Hollande et son homologue argentin Mauricio Macri lors de son voyage en Argentine

 

Répondre