Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La Chine est réveillée : en avant toute !

Chine Economie

La Chine est réveillée : en avant toute !

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, politologue ♦

La Chine a dévoilé son 13è plan quinquennal, nouvelle feuille de route économique et sociale du pays pour la période 2016-2020, présenté pour approbation au Parlement. Héritage de la tradition planificatrice du régime, ce document en chinois de 148 pages fixe les grands objectifs à atteindre pour parvenir d’ici 2020 à « l’édification de la société de moyenne aisance« , voulue par le Parti communiste chinois depuis son dernier congrès de 2012.

En voici les principaux points: 

1. Une croissance moyenne du pays, deuxième économie mondiale, d’au moins 6,5% par an sur la période. Le PIB devra passer de 67.700 milliards de yuan (10.400 milliards de dollars) l’an dernier à plus de 92.700 milliards de yuan en 2020. Soit plus du double du PIB de 2010.

2. Le secteur des services devra compter pour 56% du PIB en 2020, soit plus de cinq points supplémentaires par rapport à 2015 (50,5%).

3. Un plafonnement de la consommation d’énergie en-dessous des cinq milliards de tonnes d’équivalent-charbon d’ici 2020. En comparaison, le pays en a consommé 4,3 milliards de tonnes l’an dernier.

4. Des réductions de la consommation d’énergie et des émissions de dioxyde de carbone par unité de PIB, de 15% et 18% respectivement d’ici cinq ans par rapport aux niveaux de 2015.

5. Une qualité de l’air dans les villes qualifiable de « bonne » ou meilleure au moins 80% du temps, contre 76,7% l’an dernier.

6. Une augmentation de la production d’énergie nucléaire à 58 gigawatts d’ici 2020, grâce à la mise en service de nouvelles centrales d’une capacité totale de 30 gigawatts. Actuellement, la Chine dispose de 30 réacteurs en activité d’une capacité de 28,3 gigawatts et 24 sont en cours de construction.

7. Un réseau d’autoroutes de 30.000 kilomètres en 2020, contre 19.000 l’an dernier, et la construction d’au moins 50 nouveaux aéroports civils.

8. Une augmentation du revenu par tête d’au moins 6,5% chaque année. Ce chiffre était de 7,4% en 2015.

9. La création de 50 millions d’emplois dans les zones urbaines en cinq ans.

10. Une population urbaine équivalente à 60% de la population totale, soit quelque 852 millions d’urbains sur le 1,42 milliard de Chinois attendus en 2020. En 2015, ils étaient 56,1%. Les titulaires d’un permis de résidence dans les villes (« hukou ») devront représenter 45% de la population d’ici là.

Face à ce volontarisme exemplaire, l’absence de vues des candidats français à la Présidentielle n’est-il pas sidérant. Mais que peut-on faire quand depuis quarante ans, on s’est agenouillé devant les banques, les patrons, les écologistes, les pétro-monarchies et l’antiracisme.

  1. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier7 mars 2016

    Excellent en tous points.
    Deux questions doivent néanmoins être posées quant au boom économique chinois :
    1 – En quoi la Chine a-t-elle innové ? La boussole, le papier de chiffon, les pâtes alimentaires, les pages imprimées.. oui, mais c’était il y a un millénaire ! Depuis…
    2 – L’économie chinoise actuelle repose en très grande partie sur l’imitation à bas coût (et à médiocre qualité du produit fini) des innovations techniques occidentales.
    … si l’Occident n’innove plus, les suiveurs chinois vont se scléroser. Et ça fera 1,4 milliard de mécontents, s’estimant floués par les « diables étrangers »
    Le XXIe siècle serait-il mal parti ?
    Effectivement, lorsque l’on délocalise les entreprises de l’Occident inventif et innovateur vers des sites de médiocre inventivité, on ne fait que continuer à produire du déjà vu… et on ne sort pas de la crise économique, même si les financiers & les négociants continuent de s’enrichir

  2. Yves Montenay
    Yves Montenay9 mars 2016

    L’article nous informe du contenu de documents officiels chinois. L’expérience montre qu’il faut être extrêmement sceptique sur sa traduction concrète, et je ne pense pas que le mot « volontarisme » soit le bon (ce qui n’excuse en rien les carences de nos gouvernants).

    Plutôt que d’entrer dans une bataille de chiffres, je rappelle mon article d’il y a plus de deux ans, à une époque où la Chine était admirée. Les processus que j’avais signalés continuent, et les problèmes vont donc empirer. ce qui ne signifie pas que les entreprises françaises doivent se désintéresser d’un géant problème ; au contraire, il aura besoin d’elles. Ce sont les géopoliticiens qui devraient faire attention !
    http://yvesmontenay.fr/2014/01/06/quand-la-chine-seffondrera/ et mes articles qui ont suivi quand l’évolution s’est concrètisée

Répondre