Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

USA : l’hyperpuissance sait maintenant qu’elle est aussi mortelle …

Superpower

USA : l’hyperpuissance sait maintenant qu’elle est aussi mortelle …

Télécharger en PDF et imprimer

L’ouvrage de Ian Bremmer, président et fondateur du think tank Eurasia Group, intervient dans une période charnière pour la politique étrangère américaine à l’approche des élections présidentielles de 2016 .

L’auteur y souligne que, depuis 25 ans, la politique étrangère des États-Unis est en grande partie incompréhensible car manquant d’une stratégie directrice. Selon lui,  l’hyperpuissance américaine a affronté les événements sans réel plan d’ensemble, s’engouffrant successivement dans deux guerres, drainant autant de forces productives que de capitaux qui auraient pu être utilisés différemment, coûtant autant de prestige international que de stabilité interne.

Nous ne sommes pas si certains de cet amateurisme. Nonobstant, Ian Bremmer nous présente les trois alternatives stratégiques qui se présenteraient aujourd’hui à une Amérique affaiblie :

– une Amérique indépendante de ses alliés qui se concentre sur ses problèmes internes pour bâtir une base réellement solide, tant au niveau de l’infrastructure que du système éducatif à partir de laquelle faire de nouveau rayonner sa puissance  avant tout culturelle et civilisationnelle.
– une Amérique se comportant comme toute autre puissance moyenne c’est-à-dire prenant en compte ses forces et ses faiblesses, saisissant toutes les opportunités et défendant ses intérêts, clairement définis, lorsque cela est nécessaire mais sans volonté hégémonique ou suprématiste.
– enfin, une Amérique qui se lancerait à corps perdu dans un rôle de gendarme du monde, assurant sa stabilité et exportant par tous les moyens possibles, y compris la guerre d’intervention, les valeurs américaines.

Le livre est typiquement américain et se veut très didactique, une sorte de manuel digest pour étudiants californiens des campus. Il s’adresse donc en premier lieu aux jeunes américains mais justement, en soulignant assez largement les forces et les faiblesses des États-Unis, il nous étonne et nous paraît symptomatique de l’état actuel de la réflexion américaine autour de son rôle.

Les États-Unis croient-ils encore en eux-mêmes ? Si le thème du déclin de la superpuissance a souvent été abordé dans la littérature géopolitique contemporaine, cet ouvrage pose des questions franches sur les priorités et notamment « Comment les États-Unis se percevront eux-mêmes dans le futur ? » et « Comment seront-ils perçus à l’international ? ». Il entérine donc le déclin américain comme un fait or c’est un ouvrage grand public. La question « Comment en sortiront les États-Unis mais surtout le monde » se pose donc dorénavant pour chaque choix de politique étrangère américaine, cela donnera lieu, n’en doutons pas, à d’autres types d’Ambassadeurs US ! ML.(7.3.2016)

Ian Bremmer, Superpower, publié par Portfolio (Penguin Group), Mai 2015.

Répondre