Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Les États-Unis sous-traitent les guerres

DynCorp Yemen

Les États-Unis sous-traitent les guerres

Télécharger en PDF et imprimer

Le premier groupe de mercenaires de la compagnie militaire privée américaine DynCorp est arrivé dans le sud du Yémen pour prêter main-forte à l’offensive menée par l’Arabie saoudite.

Comme l’a rapporté  l’agence de presse yéménite Khabaragency, des soldats ont été expédiés au Yémen au titre d’un contrat de 3 milliards de dollars signé entre les Émirats arabes unis (EAU) et la société DynCorp. Un fonctionnaire du ministère de la Défense du Yémen, cité par Khabaragency, a expliqué que la mission des mercenaires américains consistait à appuyer l’armée des EAU, un des principaux alliés du régime saoudien dans cette guerre qui l’oppose à l’armée yéménite et au mouvement populaire Ansarolá.

Selon cette même source d’information, ce nouveau contingent, qui inclut des forces spéciales navales, est entré dans le port de Ras Omran, au sud-ouest d’Aden. Et d’ajouter que désormais, les membres de DynCorp allaient remplacer ceux de Academi, une autre société militaire américaine, plus connue sous son ancien nom de Blackwater. Academi a décidé de se retirer du Yémen après avoir subi de lourdes pertes lors d’affrontements contre les forces yéménites.

Le 8 février dernier, l’agence de presse yéménite Saba News avait fait part de la mort de sept mercenaires étrangers qui travaillaient pour Academi, au cours d’échanges de feu avec l’armée yéménite dans la province de Taïz, au sud-ouest du pays.

Depuis le 26 mars 2015, le Yémen est la cible d’une offensive saoudienne qui a déjà, selon les données diffusées par les Nations unies, provoqué la mort de 32 000 personnes, pour la plupart civiles. ML [13.3.2016]

Source : Hispantv, le 8 mars 2016, traduction : Christophe pour  ilFattoQuotidiano.fr
  1. Bernard Plouvier
    Bernard Plouvier13 mars 2016

    Les sunnites islamo-pétroliers ont les moyens de se payer de puissants mercenaires made in USA dans leur guerre politico-religieuse les opposant aux chiites.
    La cible, c’est bien sûr, le contrôle du sud du canal de Suez, via la Mer Rouge, et de la corne de l’Afrique.
    Nul doute que l’on sache très vite quelle exploitation de richesses (en matières premières ou en hommes) cache cette nouvelle « Croisade pour la démocratie » !

Répondre