Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Manifs de Bruxelles : les médias dans les choux

Patriotes Bruxelles Le 27 Mars 2016

Manifs de Bruxelles : les médias dans les choux

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Ansar ♦

Les immigrés sont tous belges, pas les hooligans !

Ceux qui ont suivi BFMTV ce dimanche de pâques ont eu la preuve que toutes les cloches n’étaient pas à Rome. On eut la démonstration de l’incohérence de médias déboussolés.

Ils ne s’attendaient pas à l’irruption sur la place des lamentations de la bourse, d’une manifestation virile antiterroriste, anti-immigrés et anticompassion.

La journaliste sur place, comme les commentateurs sur le plateau étaient perdus. Pourtant cette réaction populaire est de plus en plus fréquente en Europe, de la corse à l’Allemagne. Ils devraient s’y habituer et faire avec.

Ils ont donc condamnés les « méchants hooligans » mis en opposition avec les « belges » sur la Place de la bourse. Le problème, c’est que tous les hooligans ou militants d’extrême droite ou nationalistes – ils ne savaient pas trop – étaient incontestablement belges. C’était moins évident pour les sympathiques manifestants de la Place de la bourse. Une foule, la manifestation contre la peur ayant été annulée par peur des terroristes(mais oui),  était très réduite et très diverse.

La preuve : au slogan des méchants – « nous sommes chez nous » – les gentils répondaient- « une, deux, trois générations- nous sommes tous des immigrés »- suivi du plus politique « le fascisme ne passera pas ». En effet, en fait de Belges, il y avait beaucoup d’immigrés et de gauchistes. Les premiers Belges peut-être aussi, mais très attachés à leur pays d’origine comme le prouvaient les drapeaux algériens, tunisiens, marocains et turcs déployés par solidarité avec les victimes qui n’en demandaient probablement  pas tant. Bien entendu les forces de l’ordre, pour une fois efficaces, ont repoussé les manifestants de la « haine » pour laisser la place libre aux Belges du vivre ensemble. Les premiers se sont repliés, cependant dans un ordre assez impressionnant et ont été éloignés mais pas dispersés.

On a eu ensuite droit sur BFMTV , caricature en continue du bégaiement du discours médiatique, à des explications sur cette extrême-droite menaçant la démocratie autant et même plus que les islamistes. Les journalistes, posant des questions toujours orientées ver la réponse qu’ils souhaitaient entendre, ont été désappointés d’entendre que ce n’était certes pas la même chose et qu’il ne fallait pas se tromper de danger prioritaire.

Mais pour les militants journalistes, le danger prioritaire c’est bien l’identitaire européen et pas l’immigré, serait-il salafiste.
Ainsi, ils sont fascinés au quotidien par les terroristes et leur trouvent sinon des excuses au moins des justifications.. Pour les hooligans au contraire que de la condamnation tranchée, sans nuance et sans aucune analyse.

Ceux qui veulent rester ce qu’ils sont, selon la belle devise du Luxembourg, révulsent les médias qui n’ont que de la compréhension pour ceux qui veulent implanter chez nous leur « chez eux », quitte pour certains d’entre-eux à nous détruire en passant.

La couverture médiatique de la fête (quelle fête ?) parait-il gâchée de Bruxelles en a été une parfaite illustration.

Illustration : manifestation patriote de Bruxelles, le 27 mars 2016
  1. Robert41
    Robert4129 mars 2016

    Bien vu votre billet d’humeur. Nous avons assisté avec cette manif compassionnelle, à la persistance d’un vivre ensemble pathologique. Tout comme le toxicomane ou le dépressif, ces manifestants non aucun sens d’une réalité qui va les détruire. Ils sont déjà enfermés dans un monde concentrationnaire, celui d’une pensée déclarée universelle, à sens unique, qui joue de leur crédulité et de leur naïveté. C’est pourquoi cette exhibition pavlovienne s’est confrontée brutalement à une réalité virile et ordonnée; celle qui refuse l’hameçonnage idéologique. Ces manifestants d’esprit mondialisé ont-ils conscience qu’une micro-société omni-présente, surveille leurs faits et gestes comme des matons ? Le danger, c’est pas ceux qui refusent de gober cette transformation cabaliste, mais ceux qui animent ces algorithmes comportementaux et qu’ils veulent nous vendre un produit politique périmé.

Répondre