Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Quand la revue « Éléments » décrypte l’actualité

Élements 157

Quand la revue « Éléments » décrypte l’actualité

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Ansar ♦

Un numéro de ce magazine des idées, en plein dedans

La revue « Éléments » a récemment changé de formule. Elle est plus dense et plus aérée, plus moderne et plus en prise avec l’actualité.  En tout cas, ce numéro 159, lui, est en plein dedans.

Éléments- crée par la Nouvelle droite, reste un laboratoire d’idées dont le grand patron est Alain de Benoist. C’est toujours intéressant, c’est toujours intelligent. Certains, dont l’auteur de ces lignes, reproche souvent à la revue un côté par trop intellectuel et volontairement distancé de l’actualité brûlante, dans une recherche parfois irritante de l’originalité pour l’originalité. Cette critique est loin d’être partagée notamment au sein de Métamag. En tout cas, pour la dernière parution , elle n’a pas lieu d’être.

Ce numéro est en contradiction également avec le sentiment d’une inflexion de la ligne pour une recherche (inutile) de respectabilité et donc de reconnaissance de l’idéologie dominante. Mais cette idéologie dominante n’est plus ce qu’elle a été car les fissures sont devenues des brèches. Elle est donc étrillée et combattue avec vigueur par « Éléments », une vigueur rendue possible et utile en raison de l’affaiblissement des censeurs totalitaires de la pensée unique.

Tout est à citer dans cet « Éléments »

Élements_157 - CopieLe dossier bien sûr. Il porte sur les origines de l’homme. Et il prouve de façon incontestable – même si c’est parfois compliqué- que le dogme du berceau unique est progressivement abandonné par les chercheurs. Or, l’Ève africaine continue à être, par antiracisme, l’horizon indépassable de la paléontologie à direction du grand public. Cette occultation médiatiques des recherches les plus récentes montre le totalitarisme du scientifiquement correct. On veut absolument que nous soyons tous des africains comme, du temps des nazi,s on voulait que la lumière vienne forcément du nord. On notera que les chantres de la diversité ont une répulsion paradoxale vis-à-vis des origines plurielles de l’humanité. Ce dossier met à terre un conformisme médiatique et brise un tabou du politiquement correct.

De la même manière, les articles sur les migrants dénoncent l’angélisme face au réel. Là aussi on propose une monde virtuel au nom de l’antiracisme et on met en danger notre civilisation européenne.

Les idées fausses en prennent pour leur grade sur 95 pages. On y décortique le fantasme de l’éternel retour des années 30, on y découvre la richesse d’autres visions russes de 1917 écrasées un temps par le bolchevisme. Sans oublier un remarquable entretien avec Jacques Julliard qui fait une étude critique impitoyable d’une gauche qui perd ses raisons d’être et ses repaires. C’est la fin, devant les réalités, de l’idéal de la rencontre du progrès et de la justice sociale. Le grand péché de la gauche : avoir perdu le peuple et avoir tout misé sur les immigrés pour en faire un prolétariat de rechange.

De la marche des espèces à celle des migrants en passant par l’immigration- dans cet « Éléments » la plus longue mémoire rejoint l’ analyse percutante de l’actualité. La revue confirme sa raison d être des origines avec, dans l’éditorial  d’Alain de Benoist, l’essentiel qui explique notre crise mortelle de civilisation par le déni de réalité. Cachez cette réalité que nous ne saurions voir.

Le numéro 159 d’Éléments est en vente en kiosque au prix de 6.90€ . Achat par correspondance ou abonnement sur le site de la revue.
  1. Robert41
    Robert4129 mars 2016

     » Un seul Élément me manque et tout est dépeuplé  » aurait pu dire Martine, … Oui, Jean, Ansar, cette Revue est remarquable, tout comme son créateur, Alain de Benoist, certainement l’un des meilleurs philosophes européens de notre époque. Tout est bon dans cette revue, il n’y a rien à jeter comme aurait dit Brassens. D’autant que cette revue a pris du poids dernièrement, ce qui ne veut pas dire du gras mais bel et bien du muscle, cet organe qui nous permet l’action …

Répondre