Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Alerte Zika : de sérieuses complications…

Zika

Alerte Zika : de sérieuses complications…

Télécharger en PDF et imprimer

Le bureau de veille sanitaire de la direction de la santé de Polynésie française vient de publier un communiqué de presse révélant des cas graves de malformations cérébrales congénitales sur des bébés atteints in utero par le virus du Zika.

Sur 18 enfants ou fœtus atteints de malformations du système nerveux central identifiés entre mars 2014 et mai 2015, les conséquences ont parfois été dramatiques. Il y a eu deux décès, dix interruptions médicales de grossesse et six enfants sont vivants avec des anomalies neurologiques de niveau variable. Pour 15 cas, les débuts de grossesse et jusqu’au sixième mois se sont déroulés durant l’épidémie de Zika, entre septembre 2013 et mars 2014. L’hypothèse d’un rôle sur ces malformations congénitales d’une infection des mères par le virus Zika durant leur début de grossesse est aujourd’hui à l’étude, d’autant plus qu’un phénomène semblable est rapporté au Brésil où sévit actuellement une épidémie de Zika. Aucun événement de cette nature n’avait jamais été décrit auparavant avec ce virus.

Les investigations auprès des familles concernées en Polynésie vont se poursuivre, à la recherche d’autres mécanismes explicatifs. De même, suite à l’épidémie de chikungunya de l’année dernière, de nombreuses pathologies persistent et sont non clarifiées. En fait, on reste assez ignorant de ces virus qui pourraient pourtant affecter le sud de la France et d’autres départements d’outre-mer. Ce que ne dit pas aussi le communiqué de presse officiel de la direction de la santé locale, c’est que les autorités sanitaires de Polynésie française ont notifié le 24 novembre dernier auprès de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) que leurs services avaient identifié cette augmentation inhabituelle du nombre de malformation du système nerveux central chez des nouveaux nés et les foetus, entre 2014 et jusqu’en mai 2015.

Une information scientifique qui n’avait pas été divulguée auprès du grand public local, mais en revanche partagée avec les services de veille sanitaire mondiaux en raison d’une recrudescence observée au Brésil de microcéphalies du nourrisson depuis la fin du mois d’octobre dernier. Le continent sud-américain est à présent largement touché par une épidémie de zika . ML. [20.4.2016]

Répondre