Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Brexit ou pas, la Grande-Bretagne demain royaume islamique ?

Sondage Guardian Musulmans

Brexit ou pas, la Grande-Bretagne demain royaume islamique ?

Télécharger en PDF et imprimer

 Un sondage lundi dernier a fait la Une des tabloïds anglais.

Selon l’institut ICM, l’avis des musulmans anglais diffère très largement de celui du reste de la population sur les questions de l’homosexualité ou des droits des femmes. 52 % des musulmans sondés affirment ainsi que les relations homosexuelles ne devraient pas être légales, tandis que près de la moitié des gens interrogés (47 %) disent que les gays ne « devraient pas pouvoir devenir professeurs », selon le Guardian.

Plus inquiétant : 39 % sont d’accord avec le fait que les « femmes devraient toujours obéir à leurs maris ». Enfin, sur la question de la polygamie, près d’un tiers des musulmans anglais sondés (31 %) estiment qu’il est tout à fait acceptable pour un musulman britannique d’avoir plus d’une femme. Sur le djihad et l’application de la charia, les avis sont beaucoup plus contrastés. Mais les chiffres sont là aussi plutôt préoccupants. Près d’un quart des personnes interrogées par ICM (23 %) soutiennent l’introduction de la charia dans certains lieux spécifiques d’Angleterre et 4 % disent comprendre les personnes qui prennent part à une action kamikaze.

Pourtant ces chiffres ont tout de suite été relativisés par le très large sentiment d’appartenance des musulmans à la nation anglaise (86 % des personnes interrogées). 88 % affirment ainsi que la Grande-Bretagne est un bon pays pour les musulmans et 78 % disent vouloir s’intégrer encore davantage. Il n’est pas certain d’ailleurs que sur le sentiment d’appartenance, le même sondage en France nous donnerait les mêmes résultats. Evidemment, Khalid Mahmood, député du Labour,  préfère retenir ces chiffres mais il reconnaît tout de même que la communauté s’est encore repliée sur elle-même depuis les années 80, sans réussir à mieux s’intégrer.

Le débat est donc relancé en Grande-Bretagne entre abandon du multiculturalisme ou l’adoption d’une approche plus musclée de l’intégration. En France, il n’y a même plus de débat ! ML.[25.4.2016]

Ndlr : deux semaines auparavant The Sun a dû publier un rectificatif, à la demande de l’autorité de régulation de la presse, pour avoir affirmé, sur la base d’une autre enquête d’opinion, qu' »un musulman britannique sur cinq » sympathisait avec les jihadistes.
Illustration : prière de rue en Grande-Bretagne
  1. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard25 avril 2016

    Sans indication du nombre et de la variété sociologique des individus touchés par ce sondage, celui-ci est scientifiquement inexploitable !
    Il y a en outre tellement de contradictions internes et de questions essentielles non posées qu’il vaut mieux n’en pas tenir compte
    De toute façon, l’échec de la soi-disant intégration est patent selon l’avis de tous les Français installés en Grande-Bretagne qui évitent de passer à pied dans certains quartiers et ne mettent pas leurs enfants dans les écoles fréquentées par les honorables musulmans !
    Même son de cloche à Berlin, Nuremberg ou Munich ; à Rome ou à Barcelone
    Une évidence : la nécessité, partout en Europe, de procéder à un référendum sur l’immigration musulmane

Répondre