Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

François le catholique et Finis Europae

Cathédrales

François le catholique et Finis Europae

Télécharger en PDF et imprimer

Dr Bernard Plouvier, auteur, essayiste ♦

Une question se pose à qui a un peu fréquenté l’histoire des événements et des idées : pourquoi s’en prendre à ce pape d’un genre nouveau ? Après tout, François Ier (et peut-être dernier), venu des Amériques, fait ce pourquoi on l’a élu : il casse la domination européenne sur le catholicisme. Ce faisant, il suit une logique qui nous ramène au proto-christianisme.

L’étymologie et la théologie ne peuvent que donner raison à ce pape – démagogue, roublard et subversif, si on le juge du point de vue d’un Européen -, à ce jésuite fin connaisseur de l’histoire et de la théologie, si on le juge de façon objective… ce qui est certainement plus facile à l’athée européen qu’au catholique d’Europe.

Katholichos signifie : pour tous [les humains]. Quant à la théologie morale, elle est fondée sur l’Agapè : l’amour (supposé) de la divinité pour ses créatures, avec son corollaire, l’amour en retour des créatures pour le créateur et pour tous les frères et sœurs en Jésus-Christ qu’il a plu à la divinité de leur octroyer (débiles mentaux, pervers, islamo-terroristes compris… et on en passe).

Du IIe au IVe siècles, les Pères de l’Église (style Justin, au IIe siècle) ou ceux dont l’Église a moins honoré le souvenir (du type Lactance, à cheval sur les IIIe et IVe siècles) n’ont eu de cesse de combattre l’État et la notion de Patrie. « Les chrétiens voient un frère en chaque être humain… Toute patrie terrestre est Terra incognita pour le chrétien » (Justin, né en l’actuelle Naplouse et mis à mort sous le principat du bon Marc Aurèle, piètre Imperator, mais qui savait différentier l’ami de l’ennemi) ;

« L’attachement à la patrie est, par essence, un sentiment hostile et malfaisant » (Lactance)… et l’on pourrait multiplier les exemples, jusqu’à ce que les invasions barbares fassent trembler le bon Ambroise de Milan (IVe siècle) et que la prise de Rome par les Goths d’Alaric (en 410) fasse pleurer quelques évêques.

Lorsque le démagogue jésuite venu d’Argentine prône l’invasion de l’Europe par des Africains et des Proches-Orientaux, il démontre la persistance de cette prodigieuse faculté de nuisance d’une foi naïve glorifiant la charité (soit : la bonté sans espoir de réciprocité), ce culte de la douceur dans un monde de brutes, cette ouverture absolue à tous, y compris les destructeurs, les pillards et les incendiaires, les violeurs et les égorgeurs.

Il paraît que divers philosophes, moralistes et autres délicats penseurs auraient dit, écrit et peut-être pensé (c’est déjà moins sûr) que la douceur triomphe de tout, y compris de la haine et des armes… parlez-en aux mânes des merveilleux Oulianov-‘’Lénine’’, Bronstein-‘’Trotski’’, Dougashvili-‘’Staline’’, Sar Saloth-‘’Pol-Poth’’ ou de Mao Tsé-toung, interrogez le survivant Fidel Castro et vous entendrez l’immense éclat de rire tartare, judéo-bolchevique ou de quelque autre exotisme. Ceux-là et leurs émules islamiques savent que la Force crée le Droit.

Qu’au pays de La Fontaine, il faille répéter que « La raison du plus fort est toujours la meilleure » témoigne, certes, de la faillite de l’instruction publique, mais aussi du caractère hautement pernicieux de la propagande émolliente déversée à pleins tubes cathodiques (et sur le Net) depuis les années 1980-1990, soit les débuts de l’ère globalo-mondialiste, où des requins d’affaires se sont associés aux piranhas islamiques pour détruire l’Europe.

Le pape actuel joue sa partition catholique et le fait admirablement

Son solo de flûte (ou de « pipeau ») fait de lui l’avatar du joueur d’Hameln (Hamelin pour les oreilles françaises)… mais dans le droit fil du scénario chrétien original : opposé aux notions de races, de patries, de légitime défense & vantant les charmes du métissage universel, de la douceur, voire du martyre qui permet d’accéder plus vite et de façon quasi-automatique à la féérie de la vie surnaturelle.

C’est plus tard, que l’Église a changé son enseignement, vantant les charmes (autrefois vénéneux) de la guerre juste voire sainte… puis vint le Concile Vatican II, où des pères (en grande partie jésuites), fins connaisseurs de l’histoire et des thèses du proto-christianisme, ont joué la carte du retour à la « pureté des origines », soit l’Utopie jointe à l’Uchronie.

Que le pape jésuite suive cette voie, c’est logique et même légitime dans son délire religieux. Ouvrons les yeux : ce n’est pas le musicien qu’il faut combattre mais la partition originale !

Un Français devrait se souvenir de l’un de ses plus grands auteurs, Denis Diderot, qui fut emprisonné au Fort l’Évêque pour avoir écrit entre autres Pensées philosophiques : « Avec la femme et le prêtre on ne discute pas : il y a les maisons de correction ». Il n’existe plus, en notre beau pays, de maisons de ce type.

Il faut donc que les Français de souche – et d’une manière générale, tous les Européens autochtones – tirent les conclusions qui s’imposent du Monde tel qu’il est devenu.

Illustration : le moyen-âge, temps des batisseurs des cathédrales . Ces chantiers duraient des dizaines d’années (parfois plus de 100 ans !), et demandaient beaucoup de main-d’œuvre (beaucoup d’ouvriers et d’artisans).
  1. Firmin Bellovaque
    Firmin Bellovaque26 avril 2016

    Ha! Ha! Mon bon « docteur », vous m’en direz tant ! Vous maniez l’ironie comme d’autres jouent à la roulette russe! Faut-il vous lire au 1er degré ou au 6ème?
    Quand cette magnifique cathédrale d’Amiens ( en photo ) sera transformée en mosquée ou en « simple » musée ( comme l’étaient les églises non détruites dans l’ex-URSS du temps du socialisme athée triomphant ) en serez vous plus heureux?
    Vos citations et vos références douteuses d’un prétendu « proto-christianisme » tombent comme un cheveu sur la soupe! Je vous en prie, s’il vous plait, ne reprenez pas cette vieille rengaine tant entendue; François s’en fout comme de sa première soutane! Il est pape mais n’a vraiment pas grand chose de catholique, aussi surprenant que ça paraisse pour un pape, un comble, je vous l’accorde. L’Eglise a plus de 2000 ans d’existence et ce n’est pas ce pape, malgré tous ses efforts, qui parviendra à la détruire! Dommage penserez vous peut-etre, heureusement, dirai je, pour tous y compris les Européens.
    « La Nature a horreur du vide »; vous feriez bien d’y réfléchir avant de contribuer à cette destruction menée par celui que vous critiquez à juste titre par ailleurs…

    Un catholique européen « fils » des Saints Benoit de Nurcie, Bernard de Clervaux, Thomas d’Aquin, ou encore Grégoire le Grand, Pie V, Pie X, et aussi Godefroy de Bouillon, Louis IX roi de France, et Saintes Geneviève, Clotilde, Jehanne d’Arc, etc, etc, etc….
    « Chritus vincit ! Christus regnat ! Christus imperat ! », n’en déplaise au pape Bergoglio ou au docteur Plouvier..

    • Plouvier Bernard
      Plouvier Bernard26 avril 2016

      J’ai déjà entendu votre superbe chanson : la transcendance de Notre Seigneur Jésus-Christ vaincra l’islam !
      OK, je préfère parier sur l’armée de Poutine.

      Quant à mes « références douteuses » : saint Justin Père de votre Église et Lactance, c’est du théologien de 1er choix, idem pour l’Ambroise maître d’Augustin d’Hippone…
      au fait, vous pourriez consulter le bijou d’Henri-Irénée Marrou : l’Église de l’Antiquité tardive

      L’enseignement dogmatique de ce proto-christianisme, qui vous semble inexistant, ressemble à s’y méprendre à ce que l’on entendit à Vatican II (du moins dans les coulisses, à ce qu’a rapporté le cardinal Liénard de Lille) : les idées des de Lubac, Daniélou et autres jésuites, qui détruisirent totalement l’Église fondée sur la philosophie thomiste, appuyée par Bellarmin et Pie XII.

      François est un catholique primitif, comme l’avait été le Poverello d’Assise, qui n’avait effectivement rien à voir avec les théologiens auxquels vous vous référez (et que Benoît XVI révérait… on l’a sommé de démissionner)… quant à votre liste de personnages politico-historiques, elle est jolie, mais totalement obsolète
      Il faudra autre chose pour sauver l’Europe et lutter contre l’islam que de gueuler : « Au secours Jeanne » ; c’est à la mode, mais ça a peu de chances d’être efficace.

      • Firmin Bellovaque
        Firmin Bellovaque27 avril 2016

        Le débat ne se situe pas entre « proto-christianisme » primitif, et rejet de tout christianisme, mais entre « modernisme progressiste » et Tradition catholique.
        D’autre part, « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu »;
        Compter uniquement sur l’Eglise, dont la mission est strictement d’ordre spirituel et les « secours » d’ordre surnaturel, pour résoudre des problèmes temporels et politiques, c’est inverser la nature et l’ordre des choses. C’est pourtant ce à quoi le pape François réduit sa mission et ainsi la trahit doublement puisqu’en plus ses interventions vont contre la sauvegarde de la « Chrétienté » en général, et européenne ( ou plutot ce qu’il en reste…) en particulier.
        Je pense qu’au contraire la mission de Jehanne est toujours d’actualité; « les hommes d’armes batailleront, et Dieu donnera la victoire », « travaillez, Dieu travaillera »; ce qui peut etre aussi traduit par le dicton populaire « aides toi, le Ciel t’aidera ». Mais ne pas oublier: « Messire Dieu premier servi ».
        Quant à Poutine, c’est un autre débat…
        Tout ceci dit en toute franchise et courtoisie.

  2. Firmin Bellovaque
    Firmin Bellovaque27 avril 2016

    @Bernard Plouvier
    Juste pour conclure, voici la solution « pour sauver l’Europe et lutter contre l’islam », elle nous est donné par l’exemple de ces chrétiens « primitifs » d’Orient, quoiqu’en pense et quoiqu’en dise François :
    http://www.medias-presse.info/ces-chretiens-dorient-qui-montrent-lexemple/53511

  3. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard27 avril 2016

    Un athée qui se bat pour la terre de ses pères et pour sa race fait aussi bien qu’un croyant.
    L’exemple des guerres des deux derniers siècles le prouve abondamment.
    Votre solution pour sauver l’Europe et repousser l’islam n’est pas mauvaise pour les croyants et nullement incompatible avec celle des athées : mêmes objectifs et moyens, à défaut d’avoir la même organisation cérébrale.
    Les deux visions de la chose sont complémentaires : Croisade pour vous, Reconquista ethnique et territoriale pour l’athée.
    Et vous avez raison : restons courtois !

    • Firmin Bellovaque
      Firmin Bellovaque28 avril 2016

      Merci docteur de votre compréhension, malgré nos divergences ; la défense de la Patrie et du Sang de nos aieux nous concernent tous ( meme si un catholique n’en fait pas un absolu et place sa Foi comme prioritaire…)! Que Dieu soit avec nous!
      Cordialement.

Répondre