Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Comment les Nordiques nommaient leurs enfants, le sacre du Ausa Vatni et Nafnfesti

Enfants Presentation

Comment les Nordiques nommaient leurs enfants, le sacre du Ausa Vatni et Nafnfesti

Télécharger en PDF et imprimer

Racines et Traditions ♦

Quand un enfant naissait, il y avait une grande cérémonie conduite par les Scandinaves qui devaient reconnaître et nommer l’enfant.

Avant la christianisation des Scandinaves, la religion* traditionnelle du peuple scandinaves était fermement en place. La religion nordique était non seulement une forme de culte, elle  faisait partie de leur culture et leur mode de vie. Un système de croyance qui était si profondément ancrée que les peuples scandinaves ont trouvé que le concept de péché originel et d’autres croyances chrétiennes étaient tout simplement trop difficile à comprendre – ou à croire !!

En fait, les Scandinaves pré-chrétiens n’avait pas de mot pour la religion dans notre sens moderne. La contrepartie la plus proche est le mot sidrº, ce qui signifie la coutume. Cela signifiait que le christianisme, au cours de la période de conversion, a été désigné comme sidr NYR (la nouvelle coutume), tandis que le paganisme a été appelé sidr forn (ancienne coutume).

En raison de noyau dur des croyances nordiques, la conversion des Nordiques était une tâche qui a pris à la chrétienté un temps relativement long. En ce qui concerne les Scandinaves, leurs Dieux* leur avaient apporté le succès dans la bataille et ils n’avaient absolument aucune raison d’embrasser le dieu chrétien.

Cela a conduit les chrétiens à rechercher la conversion des Nordiques partout et tous les moyens possibles, y compris le transfert des croyances existantes nordiques et leurs pratiques et les croyances culturelles dans l’idéologie chrétienne. Cela a été souvent pratiqué afin d’introduire les croyances chrétiennes de telle manière que les Scandinaves pourrait se rapporter à une comparaison avec les dieux qu’ils connaissaient déjà bien.

Donc, pour aider à convertir les Scandinaves aux façons chrétiennes, de nombreuses pratiques et coutumes scandinaves préexistantes ont été converties en pratiques chrétiennes, comme le baptême d’un enfant par exemple. Les missionnaires ont adopté la cérémonie de nomination pratiqué par les païens* scandinaves et adoptés dans leur propre cérémonie religieuse † connue de nos jours comme étant le baptême.

Quand un enfant venait de naître, il y avait une grande cérémonie conduite par les Scandinaves. Par exemple, le nouveau-né était placé sur le sol, puis il restait là jusqu’à ce que son père (ou plus proche parent en son absence) le reprenne et le place dans les plis de son manteau (s’il était debout) ou le pose sur son genou . Cet acte de ramasser cérémonieusement l’enfant par le père était la reconnaissance de la légitimité et l’acceptation par le père comme sa progéniture.

Le père examinait ensuite l’enfant pour déceler toutes les anomalies et juger si oui ou non il avait un avenir. Ce processus décidait du sort de l’enfant à savoir si il devait vivre ou être laissé exposé dans le désert pour mourir. C’était une coutume communément pratiquée par les Spartiates grecs [lesquels, comme Doriens, descendaient des « Peuples de la Mer du Nord »].

Si l’enfant était exempt de défauts et réputé apte à vivre, un rite* religieux sacré* appelé Ausa Vatni était préformé. Cette cérémonie était réalisée soit par aspersion, soit en versant de l’eau sur l’enfant, puis on donnait un nom à l’enfant.
Cette cérémonie était un ancien rite* sacré* de la vieille religion* nordique qui a précédé le baptême chrétien. Exposer un enfant après cette cérémonie était considéré comme un assassinat. Le rite de Ausa Vatni était également pratiqué par certaines tribus franques du Nord. Certaines formes de baptême chrétien se fondent sur ce rite et ont seulement vu leur nom changé par les missionnaires chrétiens qui en ont fait une partie de la pratique chrétienne.

enfants_the-vikingCe rite* sacré* a été enregistré dans les Sagas nordiques. Un exemple en est la naissance de Sigurd, qui était le fils de Ragnar Lothbrok. La femme de Ragnar, Kraka (également connu sous le nom Aslaug) portait un fils de Ragnar et ils ont porté l’enfant à Ragnar pour qu’il le voit. Ragnar a pris le garçon et l’a placé dans son manteau et lui a donné le nom de Sigurd. En outre, il était de coutume de donner un cadeau à l’enfant au cours de la cérémonie de « baptême ». Dans la Saga de Ragnar Lothbrok, il est dit qu’il a pris un anneau d’or et l’a donné à son fils lors de la «fête de nomination (vieux norrois ‘nafnfesti’). »

Le cadeau donné à un enfant au cours du rite* nafnfesti (fixation du nom) variait : c’était des anneaux, ou des armes, et d’autres dons, même des choses comme le droit à des fermes, ou des terres.

En plus du rite Ausa Vatni et de la cérémonie Nafnfesti de « don » tout en nommant l’enfant, il y avait également la pratique habituelle de donner un cadeau à un enfant quand il perdait sa première dent. Cette pratique a évolué plus tard dans la pratique moderne de la «fée des dents» [en France: la dent sous l’oreiller est emportée par une souris (Elfe ou ≈ gnome)].

Source: Kane, Njord. “Christianization of the Norse.” The Vikings : The Story of a People. 2nd ed. Yukon: Spangenhelm, 2015.

Les noms avec * sont des titres d’articles visibles sur le site racines.traditions.free.fr.

Traduction de Racines et traditions

Répondre