Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Cannes : le festival se la joue « nuit debout »

Affiche Du 69e Festival De Cannes

Cannes : le festival se la joue « nuit debout »

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Ansar, journaliste ♦

Les importants ridicules ont encore frappé.

Inutile de revenir sur le palmarès du festival de Cannes. Ce n’est pas la qualité des films qui sont pris en compte mais le discours.

Ce discours, comme tous les ans, doit être en adéquation avec l’idéologie dominante et ses tendances de l’année. Le créateur de Mad Max… ça s’est du social, a donc présidé un jury qui a voulu envoyer un message politique dans l’air du temps. On a donc eu droit à de la diversité maghrébine un peu hystérique, puis iranienne dignement voilée, et à des récompenses très « nuit debout ».
Sans oublier le discours de Ken Loach, palme d or inquiet de la montée de l’extrême-droite qui aurait dû en rester à l’inspiration des guerres civiles irlandaises. Car sur « Daniel Blake » ca ne souffle pas fort et le vent ne se lève pas. Quand à Xavier Dolan au bord de la crise de nerf et des pleurs permanents, il a mal joué son émotion , qu’elle soit sincère ou non.

Ce festival aurait pu faire coup double en récompensant un film allemand et une actrice française. Les critiques ont été prises a contre pied. Le jury n’a pas été sensible à l’Allemand Toni Erdmann, pourtant porté aux nues pour son originalité et sa loufoquerie scénaristique (on y aura vu, par exemple, une femme d’affaires pète-sec transformer son brunch d’anniversaire en soirée naturiste). Et tant pis, également, pour le sulfureux Elle de Paul Verhoeven, que beaucoup considèrent comme la meilleure proposition de cette édition et qui aurait pu valoir à Isabelle Huppert un prix d’interprétation féminine mérité.

Mais les critiques croient encore que Cannes prime des films. Mais non, ils priment des engagements et leur snobisme ridicule.
Car les Nuits debout de Cannes se font avec champagne et partouzes comme depuis toujours. Le social lui n’est présent que le soir du palmarès, quand on se montre en robes de prix avec parures de bijoux. Nuit debout certes, mais pour ceux qui pètent dans la soie et montent les marches en se prenant pour des importants devant des badauds ou des fans
.
Mais gare aux faux pas… Le très militant Sean Penn l’a appris a ses dépends. Il a dérapé sur l’Afrique et les bons sentiments. Il a été cloué au pilori. « I stand by the film » disait Sean quelques heures après la projection. « Je reste (seul?) Avec mon film ». C’est lui qui s’est mis en danger, qui a son nom collé au générique, qui a pris tous les risques (du don de soi comme du ridicule, de l’argent comme de l’indigence) pour une cause qu’il défend depuis des années, avec une foi (aussi maladroite soit-elle) qu’on ne peut pas remettre en cause… » I stand by the film » plus vraiment seul car Besson est là. Il a tweeté, en anglais bien sûr :

« Press killed Sean Penn’s movie in #Cannes.
Sooo easy! Sean has courage that they will never have.
The film is a master piece.
I loved it!!”

Mais finalement, heureusement, on ira voir les films que l’on veut et sans doute assez peu de films primés à Cannes qui sont souvent des films prétentieux, toujours donneurs de leçons et très ennuyeux.

Que de frères Cohen ou de Darden pour un Apocalypse Now.

C’est cela le drame de Cannes. La mode idéologique ce n’est pas toujours, c’est même rarement, du talent. Les Nuits debout de Cannes restent couchés devant le politiquement correct.

  1. John wayne
    John wayne25 mai 2016

    Pourriez-vous argumenter sur le film  » Ma loute  » ? !! Merci

Répondre