Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

WAR RAOK, la voix de la nation bretonne est parue

Warraok

WAR RAOK, la voix de la nation bretonne est parue

Télécharger en PDF et imprimer

Au sommaire de la dernière parution de la revue :

War-Raok_n-45-Éditorial
Padrig Montauzier

Breiz Atao
Les lois de la variété requise

Politique
Une autre manière de briser l’indentité d’un peuple

Tribune libre
Esprit de la race et race de l’esprit

Géopolitique
Voici venu le temps des échéances

Europe
Migrants : violence contre les femmes

Nationalisme
L’irremplaçable nationalisme breton

Musique bretonne
Musique et traditions populaires bretonnes

Littérature bretonne
Contes et légendes de Bretagne
La plus longue mémoire

Nature
Le territoire des autres

Résistons : l’éditorial de Padrig Montauzier

« J’estime que l’absence d’attaque de l’ennemi contre nous est une mauvaise chose, car elle signifie nécessairement que nous faisons cause commune avec lui. Si nous sommes attaqués par l’ennemi, c’est une bonne chose, car cela prouve que nous avons tracé une ligne de démarcation bien nette entre lui et nous. Et si celui-ci nous attaque avec violence, nous peignant sous les couleurs les plus sombres et dénigrant tout ce que nous faisons, c’est encore mieux, car cela prouve non seulement que nous avons établi une ligne de démarcation nette entre l’ennemi et nous, mais encore que nous avons remporté des succès remarquables dans notre travail ». Mao Zedong, 26 mai 1939.

Surprenant cette référence au grand Timonier dans une revue qui se veut un tantinet anti-communiste ! Mais la justesse de cette citation résume parfaitement la situation actuelle et le comportement des inquisiteurs, aux diatribes haineuses, à l’égard du mouvement nationaliste breton. Si nous ne voulons pas subir le syndrome de Cassandre, qui fut de dire la vérité sans jamais être écouté, il nous faut proposer au peuple breton des solutions réalistes aux multiples maux et malheurs qui l’accablent. La conjoncture actuelle, politique, économique et sociale, en Bretagne et en Europe l’exige. Les évènements se précipitent et ils bouleversent les repères de la plupart des observateurs. Malheureusement les Européens endormis baignent dans un multiculturalisme œcuménique béat, se gargarisent de droit de l’homme et semblent savourer ce système de démocratisme cosmopolite.

Les peuples européens, trahis, à quelques exceptions près, par les adeptes du « grand remplacement ethnique », ne doivent pas rester dans la mollesse, le laisser-aller et la tiédeur. Le comportement criminel de la chancelière allemande et de ses alliés risque d’entraîner toute l’Europe dans une véritable guerre civile. Nos élites ethno masochistes et xénophiles préparent un véritable génocide des peuples européens, en utilisant l’arme de l’élimination démographique et culturelle. Quant aux positions irresponsables des petits maîtres de la gauche, aveuglés par leur idéologie d’un autre âge, avides de prébendes et de privilèges, nous devons également les dénoncer avec la plus grande fermeté. Ils cherchent à faire taire ceux qui s’opposent à l’immigration massive en Europe. Ces commis se prétendent investis d’une mission, celle de l’humanisme mondial ou du socialisme redresseur d’injustices ! Ils traquent systématiquement les organisations qui s’inquiètent des modifications ethniques inévitables que vont subir les peuples européens. Ils nourrissent des fantasmes de vieille fille, décèlent derrière chaque rideau qui bouge l’ombre d’un fasciste… Déguisés en humanistes, ils interdisent, ils diabolisent. Ce n’est pas très démocratique, mais peu leur importe puisqu’ils sont la démocratie ! Les chiens de garde aboient ! Les petits flics de la pensée simplifient, amalgament mais surtout acceptent toutes les déviances visant à saper les fondements de nos sociétés. Totalement désorientés, ils parlent de confusionnisme pour décrire l’émergence de forces nouvelles. En fait, leur objectif est la destruction de ce qu’ils haïssent : la civilisation européenne. Ils rêvent d’une construction d’un nouveau monde, de nouvelles terres, de nouveaux pays, de nouvelles populations, de nouvelles cultures…

Faut-il baisser les bras ? Certes non ! Il faut résister et c’est la somme de résistance qui sera salvatrice. Résister à tout ce qui est contre nature, à cette débretonnisation, cette déseuropéanisation. Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la lutte et la grande rupture que nous vivons ne fait pas naître la peur dans nos esprits. Nous sommes favorables à ce que nos idées redeviennent dangereuses. Le goût du combat, du risque, de l’audace est, en effet, le propre des nationalistes bretons et nous devons être un véritable pourvoyeur d’armes lourdes pour la dissidence.
En guise de conclusion, je vous laisse méditer ces quelques lignes : « Un peuple frappé dans sa chair demeure toujours lui-même après la saignée ; la Bretagne, qui subit une occupation étrangère depuis la perte de son indépendance, n’en a pas pour autant disparu ».

War Roak, n°45, 7,25€ le numéro. Correspondance : War Raok BP 80337, 35203 Rennes, Cedex 2.  Abonnement : : www.war-raok.eu

Répondre