Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Sarkozy : le bon credo mais qui le croira ?

Sarkozy Lille

Sarkozy : le bon credo mais qui le croira ?

Télécharger en PDF et imprimer

Raoul Fougax, journaliste ♦

Identité, autorité, souveraineté…Nicolas fait du Marion !

Si le discours de Lille est le discours des fondamentaux du futur candidat, il va vite se retrouver à la droite de Marine Le Pen et à l’extrême-droite de Florian Philippot. C’est peu de dire que Buisson est de retour. Voilà un président chrétien contre les minorités, pour la France éternelle et  aujourd’hui mortelle.

Pour l’ex-chef de l’État, il s’agit de « nommer les choses sans détour. Nommer le réel. Dire que la France est un pays d’empreinte et de tradition chrétiennes (…) L’immigration massive et le communautarisme ont créé une prise de conscience du fait qu’il y avait quelque chose qui ne tournait plus rond en France et si cela ne gêne pas nos prétendus progressistes, cela gêne le peuple», a-t-il affirmé.

Selon lui, «la nouvelle idéologie dominante, avec la tyrannie des minorités qui fait reculer chaque jour la République, a imprégné bien au-delà des rangs politiques de la gauche. Nombreux furent touchés y compris à droite. Elle a frappé subrepticement en chantant la douce mélodie des accommodements raisonnables», a-t-il dénoncé.

Et là, il reprend une expression d’Alain Juppé pour mieux le tacler. L’immigration, l’islam, c’est le talon d’Achille du modéré Juppé. A propos de l’islam, le maire de Bordeaux a demandé il y a quelques jours qu’on ne «tombe pas dans les extrémismes et la stigmatisation systématique. Il existe des accommodements raisonnables».

Les accommodements raisonnables, c’est sans doute la manière pour le maire de Bordeaux de présenter une dhimmitude acceptable, une soumission douce.

Sarkozy est sur la ligne «  nous voulons rester ce que nous sommes » celle partagée par une majorité du peuple français. Il est entre De Villiers et Marion. Il fait du Marion comme Mr Jourdain faisait de la prose. Il y aura beaucoup de monde sur le créneau « retour de la nation ». Nicolas Sarkozy n’est pas le plus crédible. Il a déjà là-dessus largement trompé son monde.

Il n’empêche que cela fait peur, notamment à Libération : « Présenté comme « fondateur », le discours s’est caractérisé par sa tonalité populiste et identitaire, se distinguant fort peu de certaines allocutions de Marine Le Pen. Le peuple sarkozien a deux adversaires, comprenait-on au fil de la soirée : de néfastes « élites », frappées de la « maladie du renoncement » et qui pourtant « disent comment penser » et de grouillantes « minorités » : syndicalistes en colère, lycéens bloqueurs ou islamistes radicaux. Ni les uns, ni les autres ne sont le « peuple », qu’il faut tout de même définir. Les choses se font alors plus vagues, Nicolas Sarkozy voguant entre deux registres : l’un d’inspiration buissonienne, convoquant « les landes de granit breton », le « culte des mort »» et « les racines chrétiennes de la Franc »,  l’autre républicain, promouvant l’adhésion à un projet commun, la « tolérance » et la « fabrique des citoyens »».

Alors que sa double casquette irrite ses rivaux, qui lui reprochent d’utiliser les moyens du parti Les Républicains pour sa candidature encore non déclarée à la primaire de la droite, le président de LR Nicolas Sarkozy a expliqué ce jeudi matin qu’il parlait « en tant que président »  de parti et qu’il ne comptait pas changer ni de « méthode » ni de « calendrier « .

Nicolas Sarkozy a d’ores et déjà expliqué qu’il ferait connaître « autour de l’été » 2016 ses intentions. S’il devait être candidat, il devra démissionner de son poste de président des Républicains au plus tard quinze jours avant la date limite de dépôt des candidatures fixée au 9 septembre. Soit avant le 25 août.

L’été sera chaud chez les républicains !

  1. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard9 juin 2016

    Sarkozy adopte une stratégie conseillée par tous les « politologues » US : occuper en permanence le devant de la scène, remuer les media, faire parler de soi.
    Seulement ce conseil est fait pour les candidats à quelque chose, pas pour les : « je ne sais pas encore si je vais faire don de ma personne à mon bon peuple »
    Se lancer très tôt dans l’agitation médiatique n’est une bonne chose que si l’on est assuré de ne pas s’essouffler et d’avoir une grosse provision d’idées ou de promesses

    En outre, Sarkozy part avec un énorme handicap : durant ses 5 années de présidence, il eut souvent de bonnes idées, mais renonça à toutes dès la moindre opposition.
    Jouant les durs et les grandes gueules, il n’a réussi qu’à démonter sa couardise
    Infiniment plus doué que le couple Hollande-Valls (ça n’est guère difficile, on le reconnaît volontiers), il n’a strictement rien fait, ni tenu aucune de ses promesses… il est encore des Français pour s’en souvenir.

  2. choufi
    choufi9 juin 2016

    Sarkozy est prêt à tout dire et son contraire pour berner les naïfs.

  3. grafi
    grafi9 juin 2016

    On se croirait revenu à ses déclamations de Villepinte, écrites par un autre.

  4. Singuillaume
    Singuillaume9 juin 2016

    Voilà le Sarkösy de droite ( la vraie ) qui revient au triple galop . Pour combien de temps ?
    Foucades?
    On le saura plus tard.
    Il n’en reste pas moins que c’est le seul homme politique ( avec deux femmes et même trois en comptant Nadine) qui au moins par les mots dénonce le  » politiquement correct ».
    Même Philippot( surtout Philippot) n’ose pas parler ainsi
    Mais ce sont les mots qui comptent dans cette lutte où les tenants du  » politiquement correct » imposent leurs idées en empêchant leurs adversaires d’utiliser certains mots, certains concepts ou en changeant le sens des mots ( diversité pour dire immigration de remplacement, ou faire croire qu’ils sont pour les différences alors qu’ils prônent le mélange pour aboutir à l’unicité et l’indifférenciation universelle ).
    Ne jetons pas tout dans le sarko. Ces paroles fracturent le consensus de la pensée unique et prononcées devant des publics peu atteint par la réinfosphère peuvent aider à ébranler le monopole idéologique de la gauche post soixante- huitarde toujours bien solide et bien ancrée dans les médias et la classe politique. C’est peut-être pour ça que la presse main stream tire à vue sur Nicolas. .

  5. gratis
    gratis10 juin 2016

    Sarközy-le-réchauffé : c’est simple, sur tous les points, il pense la même chose que vous.

  6. john wayne
    john wayne10 juin 2016

    C vrai que SARKO est l’un des meilleurs hommes politiques Français du 20 éme et 21 ème siècle , ce discernement et profondeur d’analyse …. LE PEN en contraste est terne , passable et peut  » mieux faire  » : 0/20 en régions , 2/20 en députés , ne sait pas travailler en équipe …..etc …! Le problème , c’est les Français qui parfois sont pas bons !!( élection de Hollande et Mitterrand) ! Ils semblent comprendre , peut-être …. Ils préfèrent avoir tort avec Sartre que raison avec Aron , souvent … Le lundi et mardi , on est optimiste , le mercredi et jeudi pessimiste …..On a le droit d’être idiot ! L’idiot cherche un village ….!

  7. Julien
    Julien10 juin 2016

    Blabla, on connait la suite: barre à gauche toute!!!

  8. Jean-Luc
    Jean-Luc10 juin 2016

    Les Lepen ne veulent pas plus que Sarkozy la souveraineté de la france,
    à preuve la trahison ayant méprisé le souhait populaire d’indépendance en nous mettant d’autorité sous l’autorité de l’otan.
    Le Front non plus, ils n’ont jamais évoqué la seule façon de sortir de l’UE, l’article 50.
    Leurs fréquents déplacements dans les hautes sphères étatsuniennes sont clairs !
    Que je sache, le seul décidé à le faire est François Asselineau, de l’UPR.

  9. Robert41
    Robert4111 juin 2016

    Plutôt voter blanc que pour le parti Républicain qui s’identifie comme le recto d’une même pièce. Sarkozy ! mais pour quoi cet individu a-t-il tant d’attention journalistique ? Il est responsable du crime d’agression vis à vis de son créancier Mouammar, Kadhafi, sur les conseils d’un nomade passe-murailles et l’aval onusien des américains avec les conséquences migratoires désastreuses pour l’Europe. En quelque sorte une double opération, on élimine un créancier et on crée un chaos en Libye pour déstabiliser une Europe surbookée. La Présidentielle n’a plus de valeur représentative depuis Sarkozy et Hollande. Ils ont trahi la cariatide comme dirait un certain Henri, car à tromper les maux par des mots et à s’abaisser devant un petit nombre, la duperie a était consommée. Ils ont tué l’espoir dans leur salut politique. Nous avons besoin de sang neuf, de souveraineté, de justice, de responsable, de patron, de chef, de grandeur, et surtout remettre dans sa boîte de Pandore toutes ces inquisitions sociales traîtres, toutes ces escroqueries mémorielles, tout cet ostracisme sur la liberté de penser, toute cette idéologie partiale qui dénature le genre humain de son être. Osons nous rebeller par le vote sanction !

  10. tyzerne
    tyzerne14 juin 2016

    Ce Pinocchio, comédien usé, est vomi par trop de gens pour faire longtemps illusion, désormais.

Répondre