Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Usa : et si Trump avait été assassiné ?

Trump Assassinat

Usa : et si Trump avait été assassiné ?

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Bonnevey, journaliste ♦

Un jeune britannique voulait le tuer à Las Vegas, il espère recommencer

La démocratie aurait-elle été en danger, comme après l’assassinat de l’élue travailliste pro- immigration en Grande-Bretagne, si le candidat Trump aux Usa avait été tué ?

On nous permettra d’en douter. Et pourtant le futur candidat républicain a bien été l objet d’une tentative d’assassinat qui sera, on en fait le pari, passé quasiment sous silence, contrairement au meurtre de Jo Cox. On sait comment raisonnent les médias. Dans le cas de Cox, c’est le discours de haine qui pousse au meurtre, son discours à elle n’y est bien sûr pour rien.

Dans le cas de Trump, c’est son discours qui provoque la violence, le candidat tueur ayant donc d’énormes excuses.

L’un sera jugé motivé politiquement et l’autre sans doute seulement déséquilibré…. Tournez manège.

On reviendra donc sur cette tentative indiscutable d’assassinat qui n‘aurait pas relancé le débat sur les armes…. Michael Sandford l’a trouvé sur place.
Il était déterminé à abattre le candidat à la présidentielle américaine. Michael Sandford est en ce moment détenu sans possibilité de libération sous caution car il est considéré comme dangereux et présentant un risque d’évasion, a indiqué, à l’Agence France-Presse, Nathalie Collins, porte-parole du bureau du procureur.

La prochaine audience dans cette affaire aura lieu le 5 juillet. Si Michael Sandford est reconnu coupable d' »acte de violence sur un terrain privé » il risque plus de dix ans de prison et 250 000 dollars d’amende.

« Sandford a révélé qu’il avait fait des plans pour venir à Las Vegas afin de tuer Donald Trump », précise la plainte du gouvernement américain, qui cite  un agent du Secret Service, le service de protection du président américain et d’autres personnalités, y compris les candidats à l’élection présidentielle.

Le jeune homme a confié aux enquêteurs après son interpellation qu’il s’était rendu dans un stand de tir à Las Vegas pour apprendre à tirer avec une arme à feu, car il n’en avait jamais utilisé. L’accusé a reconnu qu’il n’aurait probablement pas pu tirer plus d’une ou deux balles et s’est dit convaincu qu’il aurait été tué par les forces de l’ordre pendant sa tentative, précise la plainte.

Michael Sandford a également confié aux enquêteurs qu’il avait acheté un billet pour un autre rassemblement à Phoenix, en Arizona (sud-ouest), avec l’intention « d’essayer à nouveau de tuer (Donald) Trump » si son plan échouait à Las Vegas. Le jeune homme, qui vit aux États-Unis depuis un an et demi, a vécu dans le New Jersey (est) avant de venir en Californie (ouest). Il a affirmé aux enquêteurs que « s’il était remis dans la rue demain, il essaierait à nouveau ». Le jeune homme a précisé qu’il planifiait de tuer Trump « depuis un an ». Michael Sandford s’est approché d’un agent du Secret Service, Ameel Jacob, affirmant vouloir « demander un autographe à Trump », puis a « tenté de saisir son arme ». Le jeune homme a expliqué avoir choisi cet agent parce qu’il avait une arme en position déverrouillée.

Pour quelqu’un qui ne connait rien aux armes, pas mal.

Suivez dans les médias la couverture de cet événement entre silence et présentation biaisée et vous serez conforté de notre conviction : les médias désinforment pour formater l’opinion selon leur idéologie.

  1. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard21 juin 2016

    Attention à ne pas s’emballer trop vite ! Un tueur juvénile et longiligne… n’importe quel médecin aimerait pouvoir l’interroger pour détecter une éventuelle schizophrénie à forme paranoïde
    Dans ce bon article, l’auteur a évité d’envisager un complot… et il a probablement bien fait !

  2. Robert41
    Robert4122 juin 2016

    Effectivement cette tentative d’assassinat a bien été censurée. Un ami m’a informé que BFM-TV, avait passé cette information en bande continue quelque instant, pour ensuite la supprimer subito sans explication. D’ailleurs, il a pensé que cette annonce était peut être une lamentable erreur comme cela arrive fréquemment sur cette chaîne à grosse caisse … La finalité, c’est que cet événement important a fait l’objet d’un interdit pitoyable. Qui a censuré cette information sur cette chaîne permanente et ailleurs ? – Comme le dit très bien Monsieur Jean, il y a eu une sacrée différence de traitement médiatique avec la députée travailliste, Jo, Cox. – Manifestement nous sommes dans un énième constat, d’un deux poids, deux mesures. Un déni d’information parmi nos médias qui occulte la légitimité et l’équité de l’événement. La seule réponse c’est de censurer personnellement l’écoute de ces succursales corrompues.

Répondre