Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La discrimination positive aux États-Unis !

Discrimination Positive

La discrimination positive aux États-Unis !

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Piérinot ♦

Le débat lancinant sur les mérites et inconvénients de la discrimination positive à l’université s’était enflammé aux États-Unis le 9 décembre 2015. Une étudiante, blanche, avait été recalée à l’entrée de l’université du Texas, à Austin, en 2008.

Cette étudiante, Abigail Fisher avait considéré qu’elle avait été pénalisée par ce programme d’« affirmative action ». Jugeant qu’il contrevenait au principe d’égalité ancré dans la Constitution, elle avait saisi la justice.

Durant l’audience du 9 décembre Le juge libéral Stephen Breyer avait fait part de « l’inquiétude » qui se développe dans les universités à l’idée que la Cour « tue » la discrimination positive. Le conservateur Antonin Scalia, opposant notoire à ses principes, s’est efforcé au contraire de développer les arguments de la « théorie du décalage » défendue notamment par des anciens de Princeton et de Harvard, Stuart Taylor et Richard Sander. Ces derniers estiment que l’« affirmative action » produit des effets contraires à ceux escomptés en plaçant des représentants des minorités dans des environnements auxquels ils ne sont pas préparés.

Pour le juge Scalia, l’argument a été résumé brutalement. « La plupart des scientifiques noirs dans ce pays ne sont pas issus d’écoles comme l’université du Texas. Ils viennent d’établissements inférieurs où ils ne se sentent pas propulsés dans des classes qui vont trop vite pour eux ». Une conviction vivement contestée par l’avocat de l’université du Texas présent à l’audience, et plus tard par la National Association for the Advancement of Colored People.

La Cour suprême, qui devait rendre son arrêt dans le courant du mois de juin, était profondément divisée. Elle a donc rendu ce jeudi 23 juin une décision favorable à la discrimination positive à l’entrée à l’université, en offrant un coup de pouce aux étudiants issus de minorités ethniques.

La haute cour a rendu cette décision à la majorité de quatre juges contre trois. La discrimination positive est dénoncée par ses opposants comme une perversion de l’égalité des chances.

  1. Robert41
    Robert4128 juin 2016

    La discrimination positive en France, est avant-tout un acte politique qui repose sur une inversion racialiste. Son but est de stigmatiser un électorat communautaire et par son jeu de provoquer la légitime logique de la sélection. Cette discrimination positive existe aussi sous d’autres formes. Par exemple, pourquoi y-a-t-il une minorité de joueurs blancs dans l’équipe de France de football ? – Pourquoi la création de zones d’éducation prioritaire permet la procédure d’admission aux grandes écoles ? User d’une politique discriminatoire positive c’est de l’incivilité républicaine, plus grave c’est saboter le sens de notre République. Il est évident que nous sommes escroqués depuis plusieurs décennies, par une politique représentative unique bicéphale qui abuse chacunes d’héritages et de prérogatives qui leurs permettent chacunes de s’estimer : Juge et Partie morale dans leur fonction étatique temporaire. Cette escroquerie politique a trahi la sélection, la souveraineté, le patriotisme pour un empire globalisé, une religion franc-maçonne où l’homme a remplacé Dieu, où le patriote est devenu un citoyen du monde et où le commerce est écrasé par l’uniformité. Tout cela s’appelle du fascisme ! Ils pratiquent ce qu’ils dénoncent !

  2. smeyers henri
    smeyers henri29 juin 2016

    La religion franc maçonne ? préciser ?
    1/3 entrent par opportunisme.
    1/3 par recherche d’une réponse introuvable dans la société civile « standard »
    1/3 sont aspirés par un beau père, un cousin, une connaissance et pensent trouver un monde qui ressemble à leur « parrain ».
    Une obédience n’est pas l’autre. Le G.O. en France et en Belgique s’écarte de sa vocation primordiale et est devenu le champ d’entrainement au verbe pour le premier tiers mentionné ci avant.
    Attention, un connard amène plusieurs autres et la teinte de l’Atelier s’en trouve vite défigurée. On se retrouve vite à « penser en rond » et c’est ce qui fait les manques d’assiduité et les défections. C’est dommage, j’ai vu plusieurs excellents Frères quitter discrètement et les « clairons » ont évité de mettre a question à l’ordre du jour.

    • Robert41
      Robert411 juillet 2016

      Depuis les premiers temps de l’humanité, l’homme a été confronté à son milieu et ne pouvant interpréter le pourquoi du comment ; il en concluait qu’un dieu se manifestait dans toute chose, qu’il ne pouvait comprendre. C’est ainsi qu’est né le polythéisme chez les peuples premiers et chez nos grands anciens grecs et romains. – Alors est apparu le monothéisme qui a été le fondement de trois religions, dont la première désignée : Dieu comme le créateur d’un peuple exclusif. En quelque sorte, un dieu identitaire et forcément racialiste. Les autres peuples étaient déclarés de gentils, de philistins, etc que l’on considérait plus proche de l’animalité et donc insignifiants. Il en a été de même avec l’Islam qui appelle mécréant, tout ceux qui ne se travestissent pas à une conversion. Pour eux, l’ennemi c’est l’autre. Le paradoxe, c’est que même converti, le « roumi » sera toujours considéré comme impur biologiquement. Il a fallu que le christianisme prenne corps humain avec le Christ pour que la religion soit ouverte au pardon et à la rémission des péchés tout en s’offrant à un universalisme compassionnel où la race, l’origine et l’héritage exclusif n’existent pas. C’est un peu le principe des droits de l’homme sans les devoirs et obligations.Tout cela, traduit une invention du monothéisme, source de conflits incessants car enfermée dans une bulle existentielle, qu’elles soient : Exclusive, régressive ou ouverte au sacrifice de la gifle … Par certains à-côté, la franc-maçonnerie traduit par ses rites, ses pratiques et sa cooptation une exclusivité partisane de ses frères. Elle concentre le politique, le banquier, le journaliste, la hiérarchie de fonction (justice, police armée) et le talent industriel ou sportif qui sont tous des vecteurs favorisant l’accès au Pouvoir. Au point qu’on se demande aujourd’hui pour réussir dans sa vie, s’il ne faut pas opter pour une loge régionale permettant un agenda de connaissances ? Serait-ce une forme de discrimination positive ? Pour terminer j’ajouterai que croire dans un dieu ou dans l’homme c’est croire à l’impossible, tout est faussé dans les deux cas. Il faut être conscient que nous sommes de simples passagers du temps, héritiers de fortune pour certains, de misère pour d’autres et d’indifférence pour la majorité.

Répondre