Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Présidentielles en Autriche : bien sûr qu’ils ont triché

Autriche SPO Vienne

Présidentielles en Autriche : bien sûr qu’ils ont triché

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Bonnevey, journaliste ♦

Les « démocrates » fraudent eux, à l’insu de leur plein gré.

Pendant la soirée électorale du second tour de l’élection présidentielle autrichienne, le vote par correspondance était devenu pour les commentateurs télés «  l’ultime espoir et l’ultime pensée ».

Le candidat de l’opposition nationale au système européïste classé à l’extrême droite ne pouvait être battu sur le fil, par celui soutenu par les écolos bobos et les frileux des partis traditionnels étrillés au premier tour, que grâce aux 900.000 votes par correspondance. Entendez les Autrichiens de l’étranger, plus jeunes, ouverts et diplômés qui allaient barrer la route à l’Autriche en culotte de peau, rance et xénophobe. Déjà une présentation d’un vote supérieur à un autre, qu’on retrouve pour la Grande Bretagne.

Et bien il n’y eut au final que 30.000 suffrages d’écarts.

Il est évident qu’il y a eu des tripatouillages pour faire gagner Alexander Van der Bellen. La Cour constitutionnelle autrichienne a, fort justement, invalidé, ce vendredi 1er juillet, les résultats du second tour de la présidentielle du 22 mai. L’écologiste Van der Bellen, 72 ans, l’avait emporté sur le fil (30 863 voix d’avance, sur 4,3 millions de votants) devant le candidat d’extrême droite, Norbert Hofer, 45 ans.

Il y a donc eu des …. Irrégularités. Si le scénario contraire s’était produit, on aurait bien entendu parlé de fraudes. Mais ceux qui s’opposent au camp identitaire ne peuvent tricher, ils commettent sans le vouloir des irrégularités, ils fraudent mais « à l’insu de leur plein gré. » C’est beau tout de même, l’analyse politique objective des médias idéologiques.

Le président sortant, Heinz Fischer relativise à sa manière : «Au moins, maintenant, c’est clair. Ce sont des choses qui arrivent.» Normalement pas en démocratie, cher président.

Ces «choses qui arrivent» en Autriche, ce sont ces irrégularités constatées dans quatorze circonscriptions. Dans la région de Graz, les enveloppes des votes par correspondance ont été «pré-ouvertes» la veille du décompte. A Villach, en Carinthie, le dépouillement avait commencé avant l’heure légale de 9 heures. Dans de nombreux cas, les assesseurs n’étaient pas présents, ce qui ne les avait pas empêchés de signer les procès-verbaux…

On est consterné par le manque de sérieux, le désordre électoral, mais on n’évoque pas ce qui est évident, une manipulation du suffrage pour aboutir au résultat souhaité par le système.

Le mouvement national autrichien va pouvoir récupérer une victoire qui de toute évidence lui a été volée. Ce déni démocratique donne un argument de poids au FPÖ ( Parti de la Liberté d’Autriche), qu’il ne manquera d’utiliser dans son argumentaire. Victimes d’un «système» politico-médiatique corrompu, les «Bleus» sont les seuls à dénoncer certaines pratiques . L’argument a déjà été utilisé en 1970 et en 1985, lorsque certaines circonscriptions avaient dû revoter pour des législatives, après des plaintes du FPÖ. Leur chef, Heinz-Christian Strache, en a ainsi profité vendredi pour enfoncer le clou. «La Cour n’a pas constaté une absence de manipulation, constate-t-il. Elle n’a tout simplement pas recherché de manipulation

Les Autrichiens le savent bien et ne sont pas dupe des irrégularités sémantiques médiatiques qui sont des fraudes pour dissimuler la vérité. Certains notamment aux commandes sont prêts à tout pour fausser le vote du peuple, quand celui selon eux vote mal.

Après la Grande Bretagne et l’Autriche, qui peut croire encore que les démocrates autoproclamés le soient vraiment ? Moins en tout cas que l’ancien président iranien Ahmadinejad, qui lui s’est présenté devant les électeurs et a accepté sa défaite. On notera tout de même que seuls les «mondialistes» remettent régulièrement en question le vote quand ils n’ont pas réussi à le manipuler suffisamment pour qu’il leur donne satisfaction.

Ils devraient un un peu nous lâcher la grappe avec les valeurs universelles qui s’arrêtent de plus en plus au résultat du scrutin.

  1. JEAN PN
    JEAN PN5 juillet 2016

    C’est la preuve que ceux qui veulent l’Europe à tout prix sont des tricheurs ! Nous devons nous séparer de ce monde et redevenir libres !!!

Répondre