Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Attentats en France, du Bataclan, de Nice : notre problème arabe

Islam France

Attentats en France, du Bataclan, de Nice : notre problème arabe

Télécharger en PDF et imprimer

Gustave Sintaud, universitaire, spécialiste de l’Islam ♦

Article publié sur Métamag le 16/12/2015

En France, plus que partout ailleurs en Europe, on agite une épineux problème arabe. Celui-ci se nourrit d’une pluri-désinformation dont des idéologies apparemment contradictoires, antinomiques partagent la responsabilité. L’une, universaliste est, en même temps, prisonnière d’un masochisme judéo-chrétien où le « mea culpa, maxima culpa » explose en un grotesque sentiment de culpabilité post-colonisation, et d’un cosmopolitisme mal digéré, quand on doit prendre parti dès lors qu’il y a des juifs. L’autre, pour une pseudo-raison éthno-culturelle, s’alimente  d’énormités puisées dans une histoire européenne bien mal comprise, dans une histoire coloniale mal vécue, dans un faux sens de l’européanité, dans le non sens de l’occidentalisme.

Se rejoignent donc, pour obscurcir notre problème arabe, l’universalisme utopique et le nationalisme étriqué, tous deux imprégnés tout autant de morale biblique. Et ceci ne permet pas d’appréhender ni le véritable problème arabe, avec ce qu’il peut avoir d’intéressant géopolitiquement pour l’Europe, ni le problème musulman dans le milieu de l’immigration islamique de l’Europe.

Depuis l’installation des émirs Omeyyades en Andalousie, au VIIIe siècle, et les succès du califat de Cordoue jusqu’en 1031, avec les Croisades en Palestine et les  déboires du royaume franc de Jérusalem,et, plus tard, la chute de Byzance ouvrant sur les appétits ottomans, l’islam terrorise la chrétienté. Longtemps encore,les menées barbaresques en Méditerranée transcriront cette peur européenne.

Comme l’Arabie avait secrété cette troisième expression du monothéisme d’exclusive essence sémitique, que la langue cultuelle de cette religion concurrente en expansionnisme, était l’arabe du Coran, l’Europe, qui se voulait aveuglément chrétienne, a définitivement associé jusqu’à confondre, dans la terreur, arabe et musulman, « mahométant » comme on a pu dire, après avoir utilisé : « sarrasin » et « maure ».

Pour stigmatiser le non-Européen, le non civilisé, le non chrétien, on a pensé à l’arabe, on dit encore : « arabe », au plus grand mépris de réalités ethniques, linguistes, culturelles. L’Arabe figurant le musulman devint, pour l’Européen, le dangereux, le diabolique, le païen même. Cela est attesté en France depuis le XIIe siècle, aux laisses LXXXIII à LXXXVI de la Chanson de Roland où des bergers basques païens, rétifs à la christianisation du futur Charlemagne, seulement vassalisés au Califat de Cordoue, étaient déjà confondus à ces Arabes : « cette race étrangère », ces « sarrasins d’Espagne » à la fin de l’expédition contre Saragosse.

Le Numide, l’Andalou, plus où moins islamisés, le Maure, puis le Turc, étaient tous, et restent encore aujourd’hui dans  l’inconscient collectif français, des « Arabes » puisque musulmans. Ainsi encore, les pirates barbaresques, quoique surtout Turcs en rupture avec Istamboul et la Porte, furent des Arabes, de même que, depuis la colonisation française de l’Afrique du Nord, tous les autochtones maghrébins  sont des Arabes, dans l’indétermination de ces Numides islamisés qui, eux-mêmes, se croient des Arabes malgré leur islam plein de marabouts très africain, et des Kabyles, des Chaouïas, des Berbères, des Mozabites ….. dont la langue n’est toujours pas le sabir arabe maghrébin.

On englobe couramment dans l’appellation : « Arabes » , les Touareg du Sahara et du nord Sahel, les Iraniens chiites, les Afghans. Et ainsi, les Pakistanais, pourtant bien plus proches de leurs semblables voisins indiens …. .Selon cette absurde logique, combien fréquemment n’a- t-on nommé : « Arabes » les Européens Bosniaques où Kosovars, Albanais, pour n’être pas chrétiens mais musulmans !

Si la courte vue des Français permettait de saisir tout le monde musulman et son milliard de croyants, Ouzbeks et Malais, Indonésiens, …, seraient aussi des « Arabes ».

Les Arabes de France

Longtemps, au moins depuis 1830, pour les Français, les Arabes se réduisirent quasiment aux indigènes musulmans d’Algérie, du Maroc et de Tunisie, ex colonie et protectorats de la République Française.

C’est toujours essentiellement vrai, car, malgré des élargissements temporaires, pour le Français moyen, les Arabes sont, avant tout, les musulmans que l’on connaît le mieux du fait de la proximité physique et des aléas de l’histoire : ceux-là, on les a colonisés pour les civiliser ; ceux-là, depuis, ont conquis leur indépendance ! Désormais ceux-là affluent dans nos villes et villages et deviennent trop facilement Français, en conservant leur dialecte, leur religion, leur mœurs et beaucoup d’exigences !

Du temps de la colonisation, même la très intégrationniste et permissive République Française ne s’est résolue totalement à intégrer pleinement ces pseudo-Arabes du Maghreb : cette fille laïque de la morale chrétienne continuait de se méfier de ces musulmans qu’elle voulait pourtant assimiler. Elle intégra par contre sans grande retenue, comme Français à part entière, tous les résidents juifs de ces territoires, des séfarades qui avaient longtemps vécu en symbiose avec ces « Arabes », dont ils parlaient le dialecte. Ceux-là n’étaient pas, il est vrai musulmans… et savaient, par millénaire expérience, jouer adroitement le dominant pour sauvegarder intérêt et maximiser leurs profits.

Dès 1945, avec une amplification par la décolonisation du Maghreb, et surtout la longue ridicule guerre d’Algérie, l’ « Arabe », en France, se décline de deux manières diamétralement opposées : pour les rêveurs, les moralistes, les masochistes, c’est, en plus d’être un homme, un citoyen du monde, sans couleur, sans race, sans culture particulière, seulement un exploité historique, à jamais à charge de son odieux exploitant plein de contrition, un ayant tous les droits ; pour les occidentalistes,les nostalgiques, les xénophobes, il reste l’épouvantail, celui qui, appartenant à l’Oummah*, la communauté des croyants musulmans, représente l’ennemi absolu selon la vieille répulsion chrétienne.

 L’Oummah

Pour le roumi militant, l’Européen anti-musulman convaincu ou profond occidental chrétien, ou encore le démocrate universaliste, l’oummah reste une fixation, un thème d’agitation privilégié. Pour lui, c’est une forte réalité multi-séculaire d’un universalisme acharné concurrent et donc un réel danger, alors que dans l’histoire de l’islam, ce ne fut que vœu pieux, un rêve d’universelle harmonie.

L’Oummah s’est, de fait, toujours trouvée limitée, voire engendrant la fitna (scission de l’oummah),d’abord par la force réelle des groupes de solidarité naturelle, nombreux et divers dans le vaste ensemble musulman : (races, ethnies, tribus, clans…). Ces groupes de solidarité limitant la réalité de l’oummah s’appellent : « açàbiyya ».

Pour illustrer l’évocation de ces temporisation de l’oummah, il n’est qu’à signaler les problèmes dans le Maghreb entre pseudo-arabes et Kabyles, Berbères,ou Rifains, ou après les schismes entre sunnisme et chiisme, entre chiismes orthodoxe et ismaélisme.

De même les effets des langues vernaculaires différentes ou ceux des langues de différenciations musulmanes comme l’ourdi dans le sous-continent indien et désormais dans l’immigration musulmane en Grande Bretagne .

L’oummah unitaire subit tout autant les multiples volontés ou nécessités étatiques, la volonté historique de l’hégémonie mongole puis ottomane, l’établissement de l’Iran moderne, le conflit post colonisation entre Irak et Syrie malgré leurs similaires parti Ba’as ….L’oummah, essentiellement universelle donc supra étatique s’est toujours confrontée aux volontés étatiques et aux açabiyya infra-étatiques.

Dans tous les sens modernes proposés, l’oummah n’est qu’une vision, une recherche, un thème de mobilisation, une espérance, une utopie, ou aussi un thème de combat, agité par des intellectuels minoritaires ; et si leurs discours trouvent parfois quelques échos, ils ne sont qu’éphémères et de peu d’audience en général, si ce n’est dans les milieux de délocalisés, de déculturés. Il ne faut pas confondre l’oummah vue par un oulemah fondamentaliste traditionnel, celle utilisée par un islamiste engagé ou encore celle proclamée par un néo-fondamentaliste universaliste.

L’Islam, deuxième religion de France

Aujourd’hui, avec environ cinq millions de musulmans , officiellement reconnus sur l’hexagone, l’islam est la deuxième religion en France par le nombre de croyants ; peut-être même,il arriverait en tête quand on parlerait de religion pratiquée. Des mosquées sont revendiquées, exigées, un peu partout sur des territoires où l’église domina longtemps le village…Dira-t-on cinq million d’Arabes alors que certains de ces musulmans sont des noirs africains, des Turcs, des asiatiques, des Comoriens ?

Néanmoins l’ « Arabe », ce maghrébin, n’est plus une évocation exotique lointaine, un vague sujet de dissertation morale, pour vulgum pécus qui subit, au jour le jour, les effets d’une sorte de marée allogène, de la promiscuité subie avec des comportements, des mœurs non adaptés parfois souvent non adaptables.

Même les laïcistes forcenés de la moraliste école républicaine, parmi les utopistes universalistes, s’insurgeant contre le port du foulard des femmes musulmanes, révèlent une totale incompréhension de ceux qu’ils veulent accueillir, pour qui ils militent, parce qu’ils ne les reconnaissent que travestis extérieurement.

D’un côté comme de l’autre, on s’alarme de risques de dénaturation irréversible, tant pour le droit à la différence de tous que pour les métissages génétiques après les détournements culturels.

Plus le discours devient alarmiste, plus tout est bon pour diaboliser l’ « Arabe ». Passons sur les clichés, les slogans comme ceux d’une invasion programmée, méthodique, à visée colonisatrice, les références à une histoire tronquée pour utilisations spécieuses ! On aimerait tant qu’il n’y ait point d’esprit de conquête chez ces immigrés. Sinon aurions nous besoin d’un nouveau Charles Martel pour arrêter ce déferlement !

Ces perversions marketing noient le vrai et épineux problème qui est, osons le formuler, ethnique et non point religieux : le noir africain, l’asiatique, qu’ils soient immigrants économiques, réfugiés politiques, en situation régulière, ou sans papiers, de nationalité française ou non, au même titre que le vrai Arabe ou assimilé par ignorance, renvoient au même délicat problème, quand il est accepté pour faire souche. Se faire plaisir ne mène à rien : désigner une tête de Turc ou d’ « Arabe » détourne de l’essentiel. Ce n’est pas mieux de s’en prendre à l’islam et inconsciemment dédouaner le christianisme, le reconnaître comme acceptable, et l’affirmer parfaitement adapté… Islam et Christianisme ont pratiquement le même message non européen ; tous deux sont pareillement religions globales, sans différencier public et privé, temporel et spirituel ; ce sont deux religions de la morale autant que des religions morales.

Il faut résolument se garder du contresens d’Europe chrétienne , on doit tout autant vomir la notion d’occident chrétien ; surtout qu’à se leurrer, à se fourvoyer ainsi, on ne cible pas la responsabilité de ce grave problème chez nous, on ouvre sur des erreurs et des fautes lourdes de conséquences.

L’immigré sait profiter, certes ! Mais pourquoi refuserait-il ce qui lui est si complaisamment offert ? Par la suite, comment n’exigerait-il point ce qui lui fut abusivement promis ! Non ! L’immigré allogène que l’on veut indifférencié dans une immigration générale afin de camoufler son fait spécifiquement problématique, ne peut-être le coupable ! Son comportement parfois désagréable, bien contestable souvent, n’est que conséquence regrettable ; la responsabilité ne lui incombe pas totalement. La cause de l’ « Arabe » chez nous, la responsabilité grave de tous les lourds problèmes générés par l’immigration déferlante d’allogènes en Europe, est à l’Europe malade de folles idéologies pernicieuses, aux objectifs pervers que l’on doit à des gouvernants européens, pour leurs lois irresponsables, à des Européens moralisateurs, véritable cinquième colonne en notre bastion. L’universalisme se traduit par une délétère  action qui sape le moral du peuple européen en lui faisant perdre ses référents, en le privant de son identité. L’ennemi n’est pas l’autre, Arabe ou musulman , mais l’ennemi est en nous ; il joue à l’apprenti sorcier ; et comme l’alchimiste voulait changer le plomb en or, il rêve de produire un être sans race, hybride d’hybride, de la même couleur-mixture, qui n’aurait plus aucune origine claire ni d’appartenance déterminante, sans culture particulière, sans tradition, sans histoire.

Le rêve égalitariste est ainsi poursuivi à outrance, sans vergogne ; et le mot « Arabe » pour tout allogène musulman, comme le mot « immigré » pour tout autre d’ailleurs, par leur in-distinction recherchée, en sont révélateurs d’étape vers l’avènement de l’indescriptible, sans retour en arrière possible, selon le postulat aberrant que pour que tous les hommes soient égaux, il faut qu’ils soient identiques.

  1. henri
    henri19 juillet 2016

    Rien compris de l’article de G Sintaud !!

    • Jean-Pierre Toni
      Jean-Pierre Toni19 juillet 2016

      la rédaction : nous demanderons à notre collaborateur de nous faire parvenir un article plus explicatif.

  2. petitjean
    petitjean20 juillet 2016

    il y a plus de 5 millions de musulmans en France !

    arrêtez de reprendre les chiffres de la propagande

    ils sont au moins le double !!

    • fred
      fred29 octobre 2016

      plus du triple !

  3. UnLorrain
    UnLorrain7 août 2016

    Mdrrr..moi j ai compris,un peu,au mot couleur,couleur de peaux,le blanc,le leucoderme,sera diluer dans le melanoderme ça c est une certitude et une question de temps désormais.

  4. le gall
    le gall12 août 2016

    Le problème arabe est d’origine juive, tout comme le coran d’ailleurs

  5. lilypoppins
    lilypoppins10 septembre 2016

    La France crève de tous ses orientalistes, tous ces spécialistes du monde musulman.
    Ce sont ces gugusses avec leurs marottes, qui sont les complices plus ou moins conscients de l’invasion musulmane. BEURK
    Juste envie de Vomir. Au CNRS, dans les Observatoires, Associations, les blogs des grands médias ils sont des milliers de spécialistes de l’islam, payés sur l’argent des contribuables ces pauvres poires qui acceptent de financer le remplacement de population. Ca squatte les plateaux télé, tous ces islamologues, axés sur un même but, faire accepter la lèpre islamique.
    Ras le bol , trop c’est trop.

    • sinikette
      sinikette11 septembre 2016

      Un simple calcul permet de démontrer le mensonge Des estimations démographiques des musulmans en France que le gouvernement affirme être de 4 à 5000000 ceci depuis plusieurs décennies.
      A la sortie de la guerre de 39-45 la population française était de 35 à 40 millions d’individus. à l’époque la population d’immigrés était très faible l’immigration débute dans les années 60 initiée par la demande du patronat qui veut des ouvriers bon marché et sans doute par une alliance secrète de l’islam et de l’axe capitale patronat finance destiné à créer une population servile, ce qui explique la politique de naturalisation absurde, critiquée à l’époque par le roi du Maroc qui nous avertissait de ce qui est en train d’arriver aujourd’hui, à savoir l’invasion de la France par la décendance des anciens immigrés, et qui était également refusé par De Gaulle qui ne voulait pas d’algériens français.
      La croissance démographique de la population immigrée repose sur des familles de 6 à 12 enfants. En comparaison la croissance démographique de la population française de souche repose sur des familles de 1 à 3 enfants en moyenne la plus grande proportion étant de deux enfants les familles ayant plus d’enfants sont rarissimes. il s’ensuit alors que la population immigrée augmente régulièrement de 3 à 6 par génération qui se renouvelle tous les 15 à 20 ans. En comparaison, la population française de souche reste à peu près stable puisque le facteur de croissance est de 1 environ. Aujourd’hui la France compte une population de 60 à 65 million d’habitants il suffit d’en déduire la population française de la guerre avec une croissance de l’ordre de 5000000, soit 40 à 45 million il reste alors 20 millions d’immigrés. L’Allemagne a reçu récemment dans les campagnes d’immigration scandaleuses actuelles 1 million d’immigrés avoués. Quand à la France les chiffres sont soigneusement faussés, et on ne peut rien savoir, mais le camp de Calais est un bon exemple de ce qu’il en est réellement.
      Les gouvernants Ump PS veulent islamiser la France.
      Juppé vient d’offrir des terrains à Bordeau pour la construction d’une mosquée monstrueuse.
      Le cimetière militaire français de Mers En Kebir a été profané par le gouvernement musulman algérien en 2005 croix abattues tombes éventrées ossuaire ouvert emblèmes et hommages militaire dégradés. A cet attentat inacceptable la France n’a rien répliqué, ABC la culotte et procédé à ses frais à la réparation en obéissant au diktat du gouvernement musulman intégriste algérien de ne pas mettre d’emblèmes militaire ni d’hommages, ni de croix, les tombes ayant été remplacées par de simples dalles en béton. Les gouvernements français concernés sont ceux de Chirac Sarkozy et Hollande qui lui honore des goumiers centenaire Nords-Africains, trimballés dans son avion personnel aux frais de la République pour les décorer de la Légion d’honneur en parlant d’oubli à réparer pour la libération de la Corse en 43 Corse qui s’était libérée toute seule depuis belle lurette. Au lieu d’inventer des faits d’armes héroïques Nords-Africains en faveur de la France pendant la Seconde Guerre mondiale Monsieur Hollande ferait mieux  de demander réparation de l’affront fait à la France par la profanation de son cimetière militaire de Mers-el-Kébir. il ferait mieux également d’annuler la loi qu’il vient de faire voter acceptant que le gouvernement musulman intégriste algérien profane les tombes des citoyens français des cimetières d’Alger qui est en train de se faire actuellement violant les droits des propriétaires des concessions éternelles des tombes.
      Seul Jean Marie Lepen, alerte le pays de cette invasion, depuis les années 70.

  6. inikette
    inikette11 septembre 2016

    Effectivement. Il sont entre 15 et 20 millions.
    Ce chiffre correspond aux phases de l’invasion musulmane d’un pays.
    Le processus est rodé. Injection de germes musulmans dans un pays soud forme d’immigrés avec consigne de silence, de multiplication démographique « famille musulmane de 6 à 12 enfants », et d’épouser des femmes du Pays si possible. Une fois un certains niveau démographique atteint, phase de récriminations, d’invasion de l’espace publique, activité de proselitisme, de corruption des politiques gouvernant, prise des postes directeurs, maires et autres, arabisation et coranisation de l’ecole, soumission des femmes, dictature islamiste, éviction et élimination des autochtones résistants, taxe religieuse sur les non convertis, charia, disparition des libertés, application de la charia « amputation excision mariage gamines à 9 ans, exécutions pour prétexte religieux », toute puissance des fatwas lancées par des imams soignant leur intérêt. C’est ce qui se passe dans les pays actuellement 100% musulmans.

  7. sinikette
    sinikette11 septembre 2016

    le christianisme comparable à l’Islam
    un raisonnement de propagandiste islamique tel qu’on les trouve sur les sites islamophile. la réalité est tout autre car le christianisme à 600 ans d’ancienneté de plus que l’Islam et la Révolution à réglé le problème du pouvoir de la religion sur le peuple. Nous en sommes arrivés à un stade d’une liberté de pensée qui n’existe pas avec l’islam et qui n’existait pas avec le catholicisme au temps de sa puissance. Il n’ y a donc pas lieu de comparer le catholicisme et l’islam, mais la situation actuelle de pays laïque et libre comme la France qui est en train de se faire attaquer par l’islam qui veut faire tomber la démocratie en profitant des lois et des libertés qu’il trouve dans notre pays pour les contourner et les abattre.

    – Pourquoi l’immigré refuserait-il ce qu’on lui offre ?
    un peu facile comme raisonnement mais il est curieux de constater que c’est aux immigrés musulman que l’on propose toutes ces facilité à ces immigrés qui refuse de s’intégrer dans le pays, qui se multiplient en nombre et en récriminations, veulent nous imposer leur mode de vie !
    Les immigrés musulmans ne sont pas les seuls immigrés en France, nation généreuse qui a accueilli beaucoup de populations pour diverses raisons qui toutes se sont fait 1 honneur de s’intégrer et de respecter nos coutumes tout en gardant leur attache. Les autres immigrés ne posent pas de problèmes.
    Ce qui n’est pas le cas des musulmans !
    Que tous ces gouvernants qui nous inonde de Tunisiens de marocain algérien se pose la question de ce qui se passera si nous sommes en guerre avec un de ces pays. Tous ces immigrés qui sont plus tunisien plus marocains algériens plus musulmans que français et qui crache sur le drapeau simplement à l’occasion d’un match de foot
    Rappelons-nous de la Pologne attaquée traîtreusement par derrière par ses Allemands Polonisés lors de la réintégration de Dantzig dans la Pologne, et qui était si faussement polonais, qu’ils ouvrirent le feu sur l’armée polonaise en retraite ce qui aboutit à la mort de 250000 polonais massacré par les nazis.
    Les musulmans ne sont pas des immigrés comparables aux autres il ne s’intègrent jamais et n’ont qu’un seul but conquérir le pays et se l’approprier. il n’y a pas de musulmans modéré tous payent la taxe halal « 3 milliards annuel avoué », qui va nourrir le radicalisme via les imams installés dans les mosquées centre de propagande. Pendant ce temps les population maghrébine pondent des enfants en chaîne, profitant des allocations familiales payée sur les impôts des Français qui eux se voit refusés les remboursements SS et les aides certains vivants avec des retraites de 189 € sans aide refusées sous divers prétextes.
    la taxe halal doit être intégralement récupérée et versée à la sécurité sociale. Les familles musulmanes doivent être limités à un enfant par famille. La nationalité française doit être enlevée à tous les immigrés récemment naturaliser et aux binationaux musulmans, puis à toutes les familles musulmanes.
    Les lois doivent être voté par le peuple et non par ces gouvernements corrompus.
    Le droit de vote au seul français de France , c’est a dire francais de souche ou sincèrement intégrés, donc à aucun musulman.

Répondre