Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Erdogan sauvé par ses amis Américains

Turquie

Erdogan sauvé par ses amis Américains

Télécharger en PDF et imprimer

Lilia Ben Rejeb ♦

Dans la nuit de vendredi à samedi, la panique s’est emparée d’Istanbul et d’Ankara, après la tentative de renversement du régime islamiste, menée par des soldats nationalistes qui avaient annoncé vendredi la prise du pouvoir par l’armée en raison de l’alliance implicite entre Erdogan et les terroristes de Daech dont il recyclait le pétrole volé en Irak et en Syrie, ainsi que de la dérive dictatoriale de ce Frère musulman en costume cravate.

De nombreux Turcs sont sortis dans les rues pour manifester leur satisfaction de se débarrasser de leur tyran, alors que les affrontements faisaient rage entre les militaires nationalistes-kémalistes et les loyalistes aux Frères musulmans.

Après 18 heures d’affrontement et d’incertitude, le basculement s’est produit avec l’intervention de l’aviation de l’OTAN qui a bombardé les positions des rebelles nationalistes. Au moins 100 personnes, dont 17 policiers à Ankara, ont été tuées durant ces affrontements. Des tirs depuis des hélicoptères ont été rapportés, et des bombes ont touché le Parlement.

Des tirs et des explosions ont été également entendus dans la capitale Ankara durant toute la nuit du vendredi à samedi, alors que les grandes artères d’Istanbul et les ponts enjambant le Bosphore ont été bloqués par les militaires nationalistes.

Un total de 1563 militaires ont été arrêtés en lien avec cette tentative de renversement du régime islamiste. En outre, cinq généraux et 29 colonels ont été démis de leurs fonctions. Le chef de l’armée, qui était pris en otage, a été libéré des rebelles nationalistes et conduit dans un lieu sûr, selon un haut responsable Turc.

Rassuré par ses amis Américains, Recep Tayyip Erdogan, qui était en vacance, a atterri à Istanbul juste avant l’aube et a déclaré que le gouvernement restait maître de la situation. De sources bien informées, Rached Ghannouchi et ses acolytes n’ont pas dormi de la nuit, la chute du régime islamiste turc signifiant leur propre fin en Tunisie dont ils ont pris le contrôle depuis 2011 grâce à la Turquie, au Qatar et aux Etats-Unis.

Le boucher d’Istanbul se savait menacé d’où sa récente tentative de rapprochement de Poutine, son opération de charme à l’égard d’Israël et sa tentative de réconciliation avec l’Egypte à laquelle le président Abdelfattah Al-Sissi a répondu par une fin de non recevoir.

Le renversement du régime islamiste que les Américains ont installé en Turquie il y a près de quinze ans a certes échoué. Mais le Frère musulman Erdogan est incontestablement fragilisé et ses jours à la tête de la Turquie sont désormais comptés…comme les jours du terroriste « modéré », Rached Ghannouchi !

Source

  1. Guillaume
    Guillaume19 juillet 2016

    Ce n’est pas l’impression que cela donne. Avec 9000 arrestations (militaires, à commencer par le commandant de l’armée de l’air turque et son propre aide de camp, procureurs et juges, présumés opposants, etc) il a les pleins pouvoirs pour agir à sa guise et épurer aussi bien l’armée (qui l’était déjà largement depuis des années) que tous ceux qui osent s’opposer au Sultan. Du coup, il dit que la peine de mort pourrait même être rétablie (l’histoire des sultans ottomans et leur férocité doivent l’inspirer), avant peut-être de transformer Saint Sophie à nouveau en mosquée (quand on a tous les pouvoirs …).

    Le plus étonnant est ce « coup d’état » qui semble avoir été organisé par des Pieds Nicklés. Même le b-a-ba n’a pas été respecté : arrêter le chef de l’Etat, le premier ministre et tout le gouvernement. Pourtant, l’armée turque a l’habitude des coups d’état. Le précédent était celui du général Evren (mort l’année dernière) qui, lui, n’avait pas rater son coup. Il a été tellement mal organisé que sur le web on voit des interrogations sur le fait de savoir s’il n’était pas carrément factice (pour que Erdogan sorte renforcé), trop précipité (ils ont quand même attendu la fin du Ramadan …), etc.

    Mais n’est pas Franco, Pinochet, Videla, Papadopoulos, Metaxas (sans même parler de l’Afrique où il faudrait écrire plusieurs pages tant la pratique est courante) qui veut. Souvenons-nous du colonel Tejero qui avait bien pris le contrôle des Cortes mais avait, lui aussi, fait la bêtise ne pas commencer par la tête (le Roi) alors que Papadopoulos en Grèce avait commencé par là (le roi Constantin) … et gagné (il a ensuite instauré la République).

    • Emellina
      Emellina19 juillet 2016

      Putsch d’amateur ou putsch inventé, les purges d’Erdogan et les Turcs de la rue montrent, au cas où tout le monde n’aurait pas compris, le vrai visage d’un sultanat fanatique et médiéval. Cela est important car nous pourrons, quelques années encore, retarder l’entrée officielle de la Turquie en Europe. En cas de victoire des rebelles qui parlaient de démocratie, de laïcité et des droits de l’homme, nous n’aurions bientôt pas tardé à ouvrir notre porte à 80 millions de musulmans supplémentaires.

  2. petitjean
    petitjean20 juillet 2016

    « le basculement s’est produit avec l’intervention de l’aviation de l’OTAN qui a bombardé les positions des rebelles nationalistes »

    l’OTAN serait intervenue ?

    d’où sortez vous cette info ?

    vos sources svp ??…………

  3. petitjean
    petitjean21 juillet 2016

    qui a fomenté ce coup d’état…..raté ??

    réponse : les USA !

    si, si :

    Alexandre Douguine : le putsch vu d’Ankara

    http://www.dedefensa.org/article/alexandredouguine-le-putsch-vu-dankara

  4. Yagmur
    Yagmur5 août 2016

    Tout en mettant de côté la subjectivité de l’article, les faits relatés sont FAUX! Je vous conseille vivement de relire les faits qui se sont déroulés le 15-16 juillet 2016 ainsi que de lire un peu plus sur Erdogan. C’est une aberration de la part d’une journaliste que de ne pas transmettre une information claire et vrai!

Répondre