Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Les asiatiques victimes du racisme… mais duquel ?

Asiatiques Manifestation Paris

Les asiatiques victimes du racisme… mais duquel ?

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Ansar, journaliste ♦

On parle d’agressions, mais on ne désigne jamais les agresseurs.

Les médias adorent les manifestations antiracistes. Certaines sont cependant plus faciles à traiter que d’autres.

Comment ne pas se poser des questions, quand à longueurs de reportages télévisés, les asiatiques de Paris dénoncent les agressions mais que jamais un journaliste ne demande de désigner l’agresseur ?

Les asiatiques sont-ils victimes de néo-nazis, de touristes suédois ou d’aliens ? mystère ! On s’en prend à eux car ce sont des proies faciles réputées avoir de l’argent dans les poches.

Après l’agression mortelle mi-août d’un couturier du gigantesque Chinatown d’Aubervilliers (93), plusieurs associations de la communauté chinoise ont organisé une grande manifestation dimanche à Paris entre République et Bastille, pour réclamer des mesures de protection.

Un appel a été signé dans la presse. « Conscients que pour lutter contre le racisme et les discriminations, protester et manifester ne suffisent pas, nous appelons  nos élus locaux, à des initiatives pour réconcilier les Français en améliorant le dialogue entre les citoyens et le lien social dans nos villes. Nous demandons plus de moyens donnés aux enquêteurs, une fermeté accrue de la politique pénale du parquet vis-à-vis de ces actes abjects et une plus grande implication des maires et des citoyens dans la gestion de la sécurité locale. »

Avant de quitter la place de la République, le cortège – 15 500 personnes selon la police, 50 000 selon les organisateurs – a observé une minute de silence en mémoire de Zhang Chaolin, un couturier de 49 ans mort le 12 août après avoir été agressé à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Trois jeunes, soupçonnés d’avoir voulu voler le sac de son ami, ont été incarcérés mercredi.

Les manifestants ont défilé dans un cortège organisé au cordeau : t-shirts frappés du slogan du collectif à l’origine de la mobilisation – « Sécurité pour tous » – distribués par milliers, imposant service d’ordre, défilé mené par des groupes de jeunes juchés sur des camions.

Tout cela est bien joli comme la référence à un racisme qui serait toléré vis-à-vis des asiatiques en France et qui échapperait au politiquement correct.
C’est sans doute vrai. Mais qui passe à l’acte, ceux qui plaisantent sur les yeux bridés ou les jaunes, des nostalgiques de l’Indochine française ? Bien sûr que non.

Mais pour le moment aucune statistique sur l’origine des agresseurs d’asiatiques de Paris . Bizarre vous avez dit bizarre !


  1. Robert41
    Robert417 septembre 2016

    Comme c’est bizarre … Tenez, je vous parie mon billet qui s’y l’agressé avait été un porteur de kippa l’affaire aurait eu une autre tournure médiatique … Vous ne croyez pas ? – En attendant, il est vivement conseillé à la communauté chinoise de ne pas devenir le veau gras ! – Ne rien dire mais agir c’est mieux que manifester et attendre les secours avec sa fanfare médiatique, politique et judiciaire. L’esprit de Marseille est pertinent sur ce sujet, au moins 30 têtes de trafiquants ont été envoyés auprès du Père éternel. Merde quand-même, il faut bien se défendre non ?

  2. Lilou35
    Lilou358 septembre 2016

    Ne pas désigner les agresseurs c’est laisser planer le doute sur les Musulmans qui nous ont donnés l’habitude d’être pratiquement toujours les instigateurs des agressions plus ou moins graves !

  3. Laulan Yvew Marie
    Laulan Yvew Marie8 septembre 2016

    Les coupables des aggressions contre les Asiatiques sont évidemment les Chrétiens Orient. Cela tombe sous le sens.A moins que ce ne soit comme d’hab ces jeunes d’origine maghrébine ou africaine. Mais chut. Pas de racisme. Pa d’amalgame. La Licra ou la ligue des Droits de l’homme veillent. C’est le procès assuré.devant la 17° chambre/

Répondre