Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Archéologie : un poignard et des crânes… venus d’ailleurs ?

Toutan Masque Funéraire Du Pharaon

Archéologie : un poignard et des crânes… venus d’ailleurs ?

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Ansar ♦

L’ éternel retour de l’origine extraterrestre de nos civilisations

Il est de bon ton de se moquer des archéologues dissidents qui réfutent l’archéologie officielle. C’est vérifié par toutes les moqueries concernant ceux qui évoquent l’origine extraterrestre des civilisations humaines.

Mais hausser les épaules n’est pas suffisant. Il n’y a pas d’explication satisfaisante à l’émergence de certaines civilisations sorties du désert ou de la jungle comme des créations spontanées passant directement de l’état sauvage aux pyramides. De plus les légendes fourmillent de récits sur des civilisateurs venus d’ailleurs et repartis on ne sait où. De récentes découvertes peuvent relancer l’archéologie interdite ou en tout cas forcer à s’y intéresser scientifiquement.

Poignard à lame de fer d'origine météoritique retrouvé sur la dépouille du pharaon Toutankhamon. Longueur: 34,2 cm. © Egyptian Museum in Cairo.

Poignard à lame de fer d’origine météoritique retrouvé sur la dépouille du pharaon Toutankhamon. Longueur: 34,2 cm. © Egyptian Museum in Cairo.

Le magazine Sciences et avenir révèle dans un article les résultats d’une étude de chercheurs de l’Ecole polytechnique de Milan, portant sur la lame du poignard du pharaon Toutankhamon. La pièce, retrouvée dans la Vallée des Rois, près de Louxor, par l’égyptologue Howard Carter en 1922 aurait été forgée à partir d’un métal extraterrestre ! Les taux de nickel, phosphore, cobalt, carbone et soufre présents dans la lame en question « étant typiques d’un fer d’origine météoritique » ont conclu les chercheurs italiens.

On ne doute pas que le pharaon en imposait avec son arme forgée dans un objet tombé du ciel ! Alors bien sûr cela ne prouve rien… sauf que l’on s’est longtemps interrogé sur la volonté des pharaons de se présenter avec des diadèmes ressemblant à des cranes déformés. Comme s’ils se référaient à une autre espèce pour leur origine. Et les crânes déformés se retrouvent dans de nombreuses civilisations.

Une mission archéologique russe a découvert très récemment de nouveaux crânes mystérieux dans le sud de la Russie 

Les restes d’un ancien peuple, dont des crânes aux formes étrangement allongées, ont été découverts par la mission archéologique du musée historique d’État russe dans la nécropole située aux abords du village de Zailloukovo (Karardino-Balkarie, Russie).

Les experts estiment que cette forme extraordinaire est le résultat d’une déformation volontaire du crâne. Cependant, il n’existe pas d’unanimité à l’égard de cette question. La déformation volontaire du crâne est une pratique culturelle chez certains peuples, comme les Burgondes, les Huns ou certains peuples Andins, par exemple. Elle entraîne un développement inhabituel des os pariétaux en hauteur. Rien qu’en Allemagne, on a retrouvé 23 crânes présentant cette déformation, soit 10 % de tous les sujets découverts en Europe. La nécropole du Frauenberg, dans les environs de Leibnitz (Flavia Solva) en Autriche, dont les 400 sépultures sont datées du second tiers du Ve siècle, a révélé cinq squelettes présentant la déformation burgonde : celui d’un homme d’environ 50 ans, et de quatre enfants dont les âges s’étalent entre 2 et 10 ans. Les premiers crânes de ce type découverts en Italie, celui d’un homme âgé et d’un enfant, ont été mis au jour à Collegno.

Des cultures andines précolombiennes déformaient volontairement, pour des raisons esthétiques, sociales ou religieuses, le crâne des nourrissons avec des bandages ou des morceaux de bois fixés afin d’augmenter la hauteur au sommet du crâne : le squelette de l’Homme de Paracas témoigne de cette pratique. La déformation burgonde est une pratique analogue, relevée sur des squelettes de sépultures germaniques du Ve siècle.

Ainsi, après avoir étudié les images d’Akhenaton, l’un des plus mystérieux pharaons de l’ancienne Égypte, représenté avec le crâne allongé, certains experts ont conclu que cette forme de crâne était le résultat de migraines ou de la folie. Pour d’autres c’est une référence à une origine venu d’ailleurs ou à une race disparue.

Il n’y a peut-être donc rien d’extra terrestre dans les crânes d’un peuple disparu ou le poignard venu du ciel de pharaon… mais cela dérange l’archéologie politiquement correcte et c’est déjà ça.