Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Énergies renouvelables : le monstrueux gâchis d’argent public

Gaspillage Argent Public

Énergies renouvelables : le monstrueux gâchis d’argent public

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Gay ♦

Selon la délibération de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publiée le 13 juillet 2016, plus de 5,6 milliards d’euros d’argent public seront nécessaires en 2017 pour subventionner uniquement les énergies renouvelables. L’augmentation sera de plus de 10% par rapport aux prévisions pour 2016 (5,1 milliards d’euros) et de plus de… 34% par rapport à 2015 (plus de 4,2 milliards d’euros).

En trois ans, 15 milliards d’euros ( !) seront partis en fumée pour subventionner principalement (plus des deux tiers) des éoliennes et des panneaux photovoltaïques qui produisent de manière aléatoire et intermittentes moins de 10% de notre électricité. Et cela, juste pour satisfaire un chantage électoral d’une frange verte de la représentation nationale soutenue par des affairistes et des idéologues sans scrupules. Quelle erreur stratégique pour les Français qui vont payer pendant au moins 20 ans cette immense bêtise.

Mieux encore, selon la CRE, le total des subventions appelées « charges de service public pour l’énergie » (de 2015 à 2017) s’élèvera à plus de 22 milliards d’euros en trois ans !

Enfin, si on y ajoute la « mise à jour de la prévision des charges pour 2016 » (0,4 milliards d’euros) et un retard de paiement appelé « déficit de compensation d’EDF » (1,3 milliards d’euros) dus aussi aux énergies renouvelables, la facture s’élèvera à près de 24 milliards d’euros, dont plus de 70% seront dus uniquement aux énergies renouvelables.

Pour faire bonne mesure, il faudrait aussi ajouter les coûts conséquents du nécessaire renforcement des réseaux électriques et les subventions complaisantes pour soutenir des études fumeuses sur les énergies renouvelables et le stockage d’énergie.

Une spirale infernale de dépenses folles et inutiles a été magistralement engagée par le lobby des énergies renouvelables.

Qui saura arrêter cette hallucinante gabegie ?

  1. Olivier
    Olivier16 septembre 2016

    Et combien de subventions pour le nucléaire ? Combien coûte le dernier réacteur toujours pas opérationnel ?

    • MICHEL LEBRUN
      MICHEL LEBRUN26 septembre 2016

      Comprenez un instant que l’énergie contenue dans la matière présente une densité qui est la seule à répondre aux besoins de l’humanité. Les progrès pour accéder à cette énergie sont devant nous, comme les centrales au Thorium et sels fondus, les générateurs de 4ème génération qui nous affranchissent des problèmes de sécurité et de déchets. Chine, Inde, Russie, US ne s’y trompent pas, la France gérée par des incompétents a abandonné Superphénix en 1997 pour faire plaisir aux verts. Le nucléaire se développe sur la planète et nous nous enfonçons.

  2. Franck
    Franck16 septembre 2016

    Heureusement que nous avons de l’électricité nucléaire.

  3. Marc Carston
    Marc Carston21 septembre 2016

    Il ne s’agit pas d’opposer nucléaire et renouvelables !..Soyons sérieux !

    D’abord, il est impossible de remplacer le nucléaire (77% de la production) par des machines à hélices (3,9% de la production) ou par du photovoltaïque (1,1%) sauf à installer des centaines de milliers de ventilateurs qu’il faudra doubler par des centrales à charbon et à gaz pour les jours sans vent et sans soleil. Excellent pour le CO2 et le Réchauffement Climatique qui a fait l’objet du Grand Cirque de Paris en décembre 2015 l…

    Ensuite, le vent souffle quand il veut et pas selon les besoins. Et les centrales thermiques vont fonctionner 24h/24 en soumettant les turbines à des modifications permanentes de régime pour s’adapter aux fluctuations du vent et du soleil. Résultat : pollution aggravée !…

    Enfin, on subventionne une énergie naissante. Or les éoliennes ont atteint « leur maturité » depuis plus de 15 ans mais on continue à remplir des poches privées avec de l’argent public.
    En outre, cette électricité imprédictible et inutile (la France est largement exportatrice) doit être évacuée au risque d’accident sur le réseau. D’où, vente à perte, souvent à tarif négatif. Et le consommateur paie plein tarif pour la poche du promoteur qui n’a cure des fluctuations des prix du marché (mais qui s’inquiète plutôt des fluctuations du vent qui lui font perdre de l’argent).
    Au final, le consommateur trinque pour une électricité qui n’a rien de vert, qui doit être doublée par une capacité thermique similaire et que l’on va donc payer 2 fois ( vent + combustible fossile) alors qu’elle ne sert à RIEN !…
    Maintenant si on pouvait remplacer le nucléaire par une autre énergie PROPRE et FIABLE, alors je suis preneur. Peut être le Thorium, si on a la volonté de financer la recherche (de subventionner dans ce cas ) plutôt que de jeter l’argent par les fenêtres et d’enrichir les sociétés éoliennes sur notre dos.
    En attendant mieux, on doit faire pour le mieux avec ce que notre science et nos technologies nous offrent.
    En tous les cas, pour le vent, je dis NON MERCI !…

Répondre