Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Barbares : le retour

Barbares Le Retour

Barbares : le retour

Télécharger en PDF et imprimer

Une approche historique documentée sur ce couple que constitue civilisation et barbarie

L’islamisme marque le retour de la barbarie, et ceci dans une dynamique croissante après le 11 septembre. Nous avons vaincu les barbares d’autrefois : saurons-nous vaincre ceux d’aujourd’hui ? Ils ne sont plus les marginaux de jadis, car ils viennent du cœur de nos sociétés modernes. Barbarie et civilisation seraient-elles deux images en miroir ? De fait, leurs frontières se sont estompées. Des Occidentaux éduqués partent désormais combattre dans les rangs des terroristes.

Depuis la naissance des grandes civilisations, les hordes qui vivaient dans les steppes ou les forêts ont massacré et pillé villes et villages. La ressemblance entre ces barbares d’autrefois (Hyksos, Scythes, Goths, Vandales ou Mongols) et les djihadistes d’aujourd’hui est frappante. Mais une nuance s’impose : alors que tous ces peuples, errants ou sédentaires, n’avaient d’autre choix que la guerre, les partisans de Daesh ou d’Al Qaida ont fait ce choix individuellement et ils justifient leurs crimes.

Vincent Aucante

Vincent Aucante

Que l’islam soit le terreau de l’islamisme n’explique pas tout. Nos civilisations ont toujours cultivé une barbarie intérieure, plus ou moins refoulée selon les époques. Ce phénomène a culminé avec les barbaries d’État au XXe siècle. Il prend aujourd’hui un nouveau visage. Il ne suffira donc pas de vaincre militairement cet adversaire. Ce dernier n’est que le symptôme d’un mal plus profond, dont il nous faut chercher les causes. Nous pourrons alors peut-être lui trouver un remède.

Vincent Aucante, docteur en philosophie, ancien Directeur du Centre Saint-Louis à Rome et ancien Directeur culturel du Collège des Bernardins à Paris, est spécialiste de Descartes et d’Edith Stein.

Vincent Aucante, Barbares :  le retour, Éditions Desclée de Brouwer , Essai ,18.90€, Parution : 22 septembre 2016

Répondre