Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Pendant la commémoration la propagande continue : nos martyrs sont des victimes, les leurs des soldats

HOLLANDE 19 NOVEMBRE VICTIMES ATTENTATS

Pendant la commémoration la propagande continue : nos martyrs sont des victimes, les leurs des soldats

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Ansart, journaliste ♦

Assez de commémorations !

Pour les islamistes, les commémorations françaises des victimes de leur guerre sont des preuves de notre faiblesse. Ils ont raison.

Cette France qui pleure sur ses malheurs dans une émotion incontrôlée et parfois exhibée les conforte dans la certitude qu’ils mènent le jeu et que nous subissons. Ils ont raison.

De plus comment ne pas remarquer que ces commémorations sont honteusement exploitées politiquement. Comme par hasard BFM-Tv suit toute la journée un musulman et France 24 met en lumière un discours sur les victimes musulmanes des attentats et donc le pas d’amalgame.

Ces commémorations qui sont d’ailleurs critiquées par certaines victimes servent objectivement, par leur écho médiatique, la propagande des terroristes.

Nous pleurons, ils s’en réjouissent. On est bien loin de terroriser les terroristes.

Ces terroristes, ils tombent par centaines en Irak et en Syrie. Pas un pleur. Les martyrs montent dans leur paradis et le combat continue. Nous avons un mort et nous sommes tous frappés dans les discours officiels.

Tout cela, cette faiblesse évidente encore une fois, serait justifiée par nos valeurs démocratiques et humanistes. Il faut donc tout remettre en cause puis en ordre pour s’endurcir et riposter efficacement. Quand on voit la panique provoquée par une fausse alerte à la bombe à Paris, on se rend bien compte que notre démocratie est au bord de la crise de nerf.

Le ton d’un Donald Trump aux Usa n’a tout de même rien à voir avec les discours du président français des obsèques à répétition. C’est le politiquement correct à la française qui nous désarme, le non amalgame des politiques, le discours biaisé des médias. La gauche craint bien sûr que le terrorisme ne soit au coeur de la prochaine campagne présidentielle, il y sera.

Il faut changer nos lois. Cette constatation s’impose de plus en plus, le futur président devra l’inclure dans son programme. Mais curieusement cette thématique anti-islamiste qui est le moteur principal de l’électorat du Fn est mise un peu de coté par Marine qui préfère parler de souveraineté et de liberté. Elle prend le risque de laisser Nicolas Sarkozy se présenter comme le candidat le plus crédible, le plus motivé en tout cas pour lutter contre le terrorisme. Au nom du peuple certes, mais celui-ci exige avant tout d’être protégé et la sécurité vient peut-être avant la souveraineté et la liberté dans la hiérarchie des motivations.

Les Français ne veulent plus commémorer les victimes des attentats. Ils veulent que les terroristes soient mis hors d’état de nuire et si l’état de droit actuel ne le permet pas, il faut changer notre état de droit.

  1. Lilou35
    Lilou3522 septembre 2016

    Cela ne mérite pas un commentaire !

  2. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard23 septembre 2016

    Excellent article en tous points. Le dernier paragraphe est parfait.
    Clemenceau disait, à propos des anarchistes des années 1890 : « Il faut terroriser les terroristes »… nous en sommes très loin et c’est fort dommage
    Notre Président pleureur est le champion de l’inauguration pataude des chrysanthèmes. Sarkozy n’a rien fait durant 5 ans. Chirac, en voie d’extinction, fut le Président des Blacks et des Beurs.
    Insurrection populaire ou esclavage : il nous faudra bientôt choisir… le « nous » n’englobant que les Français d’origine européenne
    Quant aux autres, ils ont bien tort de s’enorgueillir de l’actuelle mollesse franchouillarde. Les réveils de la Nation française sont volontiers fort rudes.

  3. hyta
    hyta25 septembre 2016

    1/ « R épartir 9.000 réfugiés (sur le territoire) ne doit pas poser de problème déclare Valls
    2/ Il est vomi par le corps électoral.
    3/ Les réfugiés sont discrètement armés.
    4/ Le signal est donné, c’est fini pour les Français.

Répondre