Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Onu : un machin inutile et nuisible. Et si on parlait de faire la guerre mondiale au califat

ONU

Onu : un machin inutile et nuisible. Et si on parlait de faire la guerre mondiale au califat

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Bonnevey, journaliste ♦

L’Onu a écouté les futurs ex-présidents Obama et Hollande parler de la Syrie, soulignant le désaccord complet de la prétendue communauté internationale. L’Onu a été par ailleurs d’un silence étourdissant sur la création de l’État islamique et personne n’a demandé une autorisation pour mobiliser les puissances contre l’entité terroriste. Sur l’Irak, la Syrie, la Libye, c’est apparemment plus facile que contre l’islamisme. Mais qui menace vraiment les équilibres et la paix du monde ?

L’Organisation incapable de mobiliser contre l’État Islamique, préfère pleurer sur le sort des réfugiés. Le président américain, Barack Obama, a salué aux Nations unies, l’engagement d’une cinquantaine de pays à accueillir 360 000 réfugiés sur l’année à venir, un doublement par rapport aux chiffres actuels. Il n’a en revanche pas donné de précisions sur la répartition de ces derniers entre les différents États. La Maison Blanche a également annoncé une hausse de 4,5 milliards de dollars par rapport à 2015 des contributions financières de l’ensemble de ces pays, réunis en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York.

On verra ce qu’il adviendra de ces promesses de don de ce téléthon migratoire.

Un peu plus tôt, à la tribune onusienne, Barak Obama avait appelé les États, « en particulier [les] pays riches », à « faire plus pour aider » les réfugiés. « Nous devons nous imaginer ce que cela serait si cela arrivait à nos familles, à nos enfants », a-t-il fait valoir, appelant à « aller de l’avant, même quand c’est difficile d’un point de vue politique ». Rejeter certains d’entre eux car ils sont musulmans reviendrait à « renforcer la propagande terroriste », a-t-il ajouté dans une allusion à une proposition de campagne du candidat républicain Donald Trump.

Faire campagne présidentielle américaine du haut de la tribune onusienne , ce n’est pas forcément une bonne idée. L’Onu est discréditée depuis des lustres et les américains ne veulent plus payer pour cette vitrine aussi coûteuse qu’inutile. Ils sont plus préoccupés par les terroristes de l’intérieur, les naturalisés de papiers que par les discours de dirigeants incapables d’assurer la sécurité non pas du monde, mais simplement de leurs propres concitoyens.

La trêve en Syrie a été ruinée par l’attaque des Américains contre l’armée syrienne. Comme par hasard le lendemain des humanitaires étaient victimes de bombardements imputés à la Russie. Même quand ils tuent, les Américains veulent avoir le dernier mot de la bonne conscience. L’Onu leur ressemble, c’est leur créature, c’est le Babel de la bonne conscience à l’américaine érigée en gouvernance mondiale de l’hypocrisie.

Le machin est nuisible mais il est surtout de plus en plus inutile car qui a peur des résolutions de l’Onu… certes pas l’islamisme qui fait la guerre à la communauté internationale et certainement pas non plus et depuis plus longtemps Israël.

Les échecs et les impuissances de l’Onu auraient du inspirer au président hollande un autre «  ça suffit ».

Répondre