Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Harkis : certains n’ont jamais oublié

Harkis

Harkis : certains n’ont jamais oublié

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Ansar, journaliste ♦

On remarquera la multiplication de prétendus magazines historiques présentés par des journalistes pour éclairer l’actualité. Quand on voit la manière sectaire et idéologique dont les mêmes journalistes traitent l’actualité on ne peut que s’exclamer «  pas ça, pas eux ! ».

Les jeunes téléspectateurs qui, peu nombreux, auront suivi l’hommage aux harkis n’y auront rien compris. Ils doivent penser que la France, ayant déclaré la guerre à l’Algérie, certains algériens ont combattu du coté français.

Ils ne savent rien, malgré l’insupportable idolâtrie gaulliste du moment, des « Français à part entière », ni de l’abandon par le général, pour des raisons sinon racistes au moins de civilisations, de nos départements algériens. Les harkis étaient donc non pas des Algériens, mais des Français musulmans combattant pour l’Algérie française.

La reconnaissance de l’abandon par la France est une promesse de François Hollande qui lui permet de flatter un électorat, sans oublier celui des pieds-noirs proche du Fn ou de la droite Sarkozyste. C’est électoraliste et un peu gênant tout de même. Car l’amour de la gauche pour les partisans de l’ Algérie française est très relative. Quand à Sarkozy, encore une fois les harkis font partis de ses promesses non tenues.

Hollande aime les commémorations mais n’a pas parlé de Mitterrand qui a envoyé le contingent pour défendre les départements et les populations civiles menacées par des terroristes égorgeurs. On n’est pas rentré dans le détail du lâche abandon de ceux qui avaient cru en la France. Il n’y a pas eu un mot sur ceux qui ont sauvé l’honneur, ces officiers désobéissant aux ordres et qui ont ramené dans l’hexagone leurs soldats voué au massacre.
Bien sûr qu’il faut une loi et qu’il faut dire la vérité sur le comportement du pouvoir, des officiers complices par carriérisme et des justes qui sont allé au bout de leur promesse quitte à en être brisés.

Les médias ne peuvent rien comprendre à l’amour porté aux harkis par le peuple français d’Algérie en entier et par ceux qui, en métropole, ont considéré leur combat comme le leur. Les harkis n’ont jamais été oubliés par les méchants d’extrême-droite islamophobes et racistes. Pas facile à expliquer pour les incultes à carte de presse.

Ils sont vite revenus à leurs chers musulmans, les migrants. Voilà des gens qui méritent la compassion médiatique, vite oublions ces harkis trop français pour être aimés par les cosmopolites de presse.

Soldats oubliés, disait je ne sais quelle présentatrice clonée… pas par tout le monde chère amie, pas par tout le monde.

  1. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard28 septembre 2016

    Quitte à faire hurler tout le monde (ce qui m’est totalement indifférent), je propose la réflexion suivante :
    1 – Certes, jusqu’en 1962, l’Algérie est composée (Sahara exclu) de 3 départements français. Donc, il est logique que des Algériens, se sentant attachés au colonisateur-civilisateur, pacificateur et bienfaiteur, s’engagent dans l’Armée française, notamment pour former une partie de l’Armée d’italie (devenue ensuite Ière armée), puis pour se battre et fort bien en Indochine. RAS : héroïsme au service de la patrie au sens large

    2 – Tout change ensuite. Quelle doit être l’attitude d’un autochtone d’Algérie (Arabe, Kabyle, Turco), lorsqu’est agitée de façon intense (soit à partir de 1956) la question de l’indépendance ? Les Algériens fidèles à la France et à son Armée ne peuvent-ils être logiquement considérés comme des collaborateurs d’un colonisateur devenu l’ennemi à chasser (les yankees et les soviétiques aident les indépendantistes, comme le font les Tunisiens de Bourguiba et les Égyptiens de Nasser)
    Fidèles à la France ET traîtres à leur race, à leur patrie d’origine, voire à leur religion (l’islam est alors plutôt assoupi) : tel est le problème insoluble.

    Ce problème est tellement complexe que l’on comprend l’hébétude des Français : on leur a tellement vanté les mérites de la Résistance face à l’Occupant germanique, la gloire des « combats de Libération nationale », qu’il est logique qu’ils passent à la trappe les Harkis – excellents combattants au service de la France, mais devenus anachroniques à partir de l’insurrection de 1956.

    Tout oppose les partisan inconditionnels de l’Armée et de son prestige aux antimilitaristes. De ce fait, l’opposition gauche-centre mou et affairistes versus nationalistes se retrouve naturellement dans cette épineuse question.

    Héros de la fidélité à la France ET traîtres à la cause de la Nation (composite) algérienne. Le problème confine à l’aporie.

  2. Aresky M
    Aresky M18 octobre 2016

    RECEMMENT DANS LA REVUE « MARIANNE »
    Excellent article du professeur Renard dans cette revue présumée à gauche ;il a raison d’avancer des difficultés de secourir les supplétifs musulmans loin de la date d’indépendance et les mesures devaient etre prises dés cette date!comme l’avait fait la Marine Nationale en embarquant tous ces harkis présents par le port de Nemours (Oranie) sans se prèocuper des directives de Paris ! Maintenant pour les « prémonitions » comme nous l’avions signalé dans « EXTRAITS DE NOTES SUR ORAN de notre GROUPE de RECHERCHES HISTOIRE »
    Emissions pirates et tracts de l’OAS 6 semaines avant l’indépendanc ( mais idéologiquement très occulté et pas politiquement correct LE MASSACRE DES HARKIS ETAIT PREVISIBLE ET ANNONCE » Directive de la Willaya FLN V (ORANIE)
    Dans certaines archives ,il existe un tract significatif de l’OAS Oranie référence T 649 texte d’une émission pirate du 26 Mai 1962 qui révélait une directive secrète du FLN avec un commentaire très explicite à propos du sort réservé aux harkis après l’indépendance. Ce document de la Willaya V ( Oranie ) avait été remis par des correspondants placés dans les services de renseignement de l’ Armée qui faisaient bien leur travail même si leurs efforts n’étaient plus utilisés contre le FLN . Ces directives interceptées par l’Armée Françaises sont classifiées dans les archives à Vincennes mais on ne signale pas que l’OAS Oranie les avait fait connaitre alors qu’elles étaient tenues cachées . Donc les plus hautes autorités étaient au courant des crimes qui se préparaient et contrairement à 1941 où aucun tract de la résistance, aucune émission radio n’avaient évoqué la « solution finale » , Ce drame algérien était prévisible . Refèrences : Recueil de Méssages , Directives et Commentaires de l’OAS Zone III Par Guy Pujante ex resp OAS Diffusés par voie de Tracts et émissions pirates Radio et Télévision Citation de la Directive secrète FLN « Archives inédites de la Politique Algérienne » « interceptée par l’Armée Française » et classifiée Général Maurice Faivre P137 Extrait  » ces valets du régime ne trouverons le repos que dans la tombe »POUR CEUX QUI TRAITENT LES HARKIS « DE COLLABOS »nous disions : voir HISTOIRE DE L’ALGERIE
    NOTRE HISTOIRE DE L’ALGERIE PAR UN GROUPE DE RECHERCHES INDEPENDANT
    La France à fait l’Algérie ,Rien à voir avec l’Allemagne occupante 3 ans ! La France présente depuis 130 ans dans ce pays Berbére occupé par les Arabes (800 ans en Espagne)puis sous tutelle Ottomane (pas un seul dirigeant local !) de ce fait des autochtones Algériens ont pu « légitimement » se sentir « Français » et choisir la France ;comme d’autres aussi « légitimement »furent partisans de l’Indépendance ;Alors certains termes sont impropres de pure propagande ; aujourd’hui que direz vous des nombreux originaires d’Algérie musulmans et Français qui sont bien en France qui malgré ses défauts et les exactions (réciproques) n’a eu rien à voir avec l’idéologie Nazie ;plutot à gauche et gaulliste de 54 à 62 ; »les recalés de l’histoire  » sont plutot dans les rangs de certains partisans de certaines idéologies qui ont fait plus de victimes que le nazisme et ceux collabos directs où indirects d’un islamisme dévoyé qui a fait aussi plus de victimes apres la fin de la guerre d’Algérie que pendant !

Répondre