Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Venezuela : le communisme à la Mélenchon

Venezuela Absence Produits Basiques

Venezuela : le communisme à la Mélenchon

Télécharger en PDF et imprimer

Au Venezuela, près de 400 personnes ont été arrêtées, le samedi 24 septembre, au cours d’une opération « coup de poing » de l’armée sur un marché alimentaire. C’est un nouvel épisode de l’offensive lancée par le gouvernement Maduro contre les pénuries de produits de première nécessité.

Afflux de Vénézuéliens à la frontière colombienne ce 17 juillet ( San antonio del tachira)

Afflux de Vénézuéliens à la frontière colombienne ce 17 juillet pour effectuer des achats alimentaires ( San antonio del tachira)

Les berceaux sont en carton

Les berceaux sont en carton

Un plat contre 2 litres d'huile

Un plat contre 2 litres d’huile

 

 

 

 

 

 

 

Pas moins d’un millier de soldats ont pris d’assaut un marché alimentaire de Maracaibo dans le nord-est du Venezuela, à la recherche de faits de contrebande ou de marché noir. 387 personnes ont été arrêtées lors de ce vaste coup de filet. Au début du mois de septembre le président Maduro a nommé 18 militaires hauts gradés pour superviser la production, la distribution et la commercialisation des biens de première nécessité. Cette descente est l’un des premiers effets de ce plan d’allure martiale destiné à enrayer la grogne sociale face à la pénurie complète des produits de première nécessité comme le riz, le sucre, les légumes, les produits d’hygiène et les médicaments. Les opposants politiques en appellent à un référendum de destitution du président. Le pouvoir s’y refuse. De nombreux vénézuéliens quittent tout pour rejoindre les pays voisins. Nous avons entendu dans la ville touristique de Cartagena en Colombie les prostituées locales se plaindre de la concurrence déloyale des Vénézuéliennes tout juste débarquées. C’est la  réalité crue du communisme à la Mélenchon : devoir se prostituer pour survivre !

La crise économique qui sévit au Venezuela est liée au manque de devises pour financer les importations, à l’effondrement des cours du pétrole, principale ressource du pays et à l’étatisme.  ML.[29.09]

Répondre