Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Théorie du genre: le pape Najat et la papesse Françoise

Theorie Genre

Théorie du genre: le pape Najat et la papesse Françoise

Télécharger en PDF et imprimer

 Jean Ansar, journaliste ♦

La colonisation  idéologique ne s’arrête pas au « genre » .

Il faut tout de même un sacré culot quand on se dit laïque, d’origine musulmane pour sermonner le pape. Certes ce n’est qu’un catholique, mais tout de même. Notre ministre d’une éducation qui est tout sauf nationale et des « droits de la femme à porter le burkini » a pris la mouche.

Le pape a osé blasphémer notre enseignement républicain en dénonçant dans certains manuels une tentative d’infiltration de la théorie du genre. Cette tentation du genre, un moment soutenu par Najat Vallaud-Belkacem très prudemment, a du faire marché arrière, mais se tient en embuscade et parfois sort le bout de l’oreille. Tout se tient. La non distinction des cultures, des peuples, des races et des sexes fait partie d’une idéologie qui nie les différences réelle au nom de l’égalité virtuelle.

Le pape est peut-être infaillible, mais il est contradictoire vis-à-vis de l’idéologie médiatique qui elle, comme notre ministre, l’est. Il est encensé par la sainte église cathodique quand il parait ouvert aux divorcés et homosexuels et renvoyé aux enfers quand il défend la famille de tradition comme les musulmans et les juifs. Il est formidable quand il se présente en défenseur de l’entrée des migrants en Europe, et mal inspiré quand il s’en prend à des manuels ambigus pour le moins.

Najat Valaud-Belkacem précise que ce sont les éditeurs qui sont responsables des manuels, alors pourquoi cette colère? Tout simplement sans doute parce que revient sur le devant de la scène la thématique de la famille et des différences qui démasque la subversion. Pour Héloïse Pamart de La manif pour tous, « expérimentés dans la plus grande opacité, les ABCD de l’égalité, véritable outil idéologique pro-genre, ont finalement été retirés sous la pression des familles à l’été 2014. Mais la ministre de l’Education nationale n’a pas abandonné et cherche à imposer par tous les moyens possibles le genre à l’école. »

«Quelle folie de s’en prendre à des enfants de 6 ans ! Quelle folie d’imposer à des petites filles l’idée qu’elles pourraient être un garçon ! Quelle folie d’imposer à des petits garçons l’idée qu’ils pourraient être des filles ! Quelle folie de remettre en cause l’identité des enfants pour faire avancer les revendications d’un lobby LGBT aussi radical qu’ultra minoritaire. Trop c’est trop : rendez vous le 16 octobre » s’indigne Ludovine de La Rochère.

La mise en garde du Pape contre le Genre et son appel à défendre le mariage et la famille devraient être entendus par de très nombreuses familles, de toutes religions et tendances politiques. « Nous recevons beaucoup de messages et d’encouragements ces derniers jours et plus encore depuis ce matin. La famille est le ciment de l’unité nationale » déclare Albéric Dumont, Coordinateur général de La Manif Pour Tous.

Mais qu’a dit vraiment le pape François ?

Au retour d’Azerbaïdjan, le pape François a précisé devant les journalistes qui l’accompagnaient ce qu’il avait voulu dire, samedi, en parlant de «guerre mondiale contre le mariage» à propos de la diffusion de la «théorie du genre». Une occasion pour lui de raconter une histoire où il a cité le témoignage d’un père de famille «français» qui a constaté que son enfant de dix ans voulait devenir une «fille»: «Ce que j’ai critiqué, a dit François, est le mal qu’il y a dans le fait d’ériger la théorie du genre en doctrine. Un papa français m’a raconté qu’un soir, en famille (…). Il demande à son fils de 10 ans: ‘que veux-tu faire quand tu seras grand?». «Etre une fille!» lui répond l’enfant. Le papa s’était alors rendu compte que dans les livres du collège, on enseignait la théorie du genre. Ceci est contre les choses naturelles! Pour une personne, une chose est d’avoir cette tendance, cette option, et même de changer de sexe, autre chose est de faire l’enseignement dans les écoles sur cette ligne, pour changer la mentalité. C’est cela que j’appelle la colonisation idéologique

Dommage que le saint père ne soit pas aussi lucide sur toutes les « colonisations idéologiques » notamment celle autour de l’immigration et de l’Islam.

 

  1. Robert41
    Robert415 octobre 2016

    La sœurette de l’ineffable Ségo dénommée Najat, Becafoin, n’a de cesse de défendre le nonosse de ses maîtres; ceux-ci ont très vite compris, qu’elle était parfaite pour la propagande du chaos civilisationnel programmé, afin d’aboutir à un gouvernement mondial … Pour cela, il faut détruire ce qui reste d’humain : – La famille. Cette cellule qui greffe toute civilisation humaine ; alors quoi de mieux que de placer une marocaine francisée en lignarde, pour accomplir la perfidie de ses maîtres. Vaillante gardienne, voir intolérante comme la chienne à sa mémère, elle tend la chaîne de sa niche et affiche son œil noir menaçant, typique de son pedigree d’origine. Elle jappe de façon incongru contre l’homme élu. Celui qui porte la robe d’un autre genre. – Misérable servante ! Tu oses aboyer à la place de tes maîtres pour garder une boutique en faillite. Mauvais dressage, mauvais chien, nous y sommes avec Becafoin qui ferait mieux de couvrir sa bouche lorsqu’elle montre ses dents et agite sa langue.

    • Trankilou
      Trankilou5 octobre 2016

      Mais quelle horreur ce commentaire. Le racisme est un crime et ce message est raciste. En quoi les origines de Najat Vallaud Belkacem menaceraient elles la famille? Vous écrivez n’importe quoi.
      Madame la ministre ne défend pas ses maîtres mais l’Education Nationale dont elle est l’une des meilleures ministres. Elle a créé 60 000 postes après que le gouvernement précédent en supprimait à tour de bras, elle augmente les enseignants que tout le monde s’accorde à reconnaître comme mal payés.
      Quant à la théorie du genre, elle n’est pas enseignée.On apprend seulement l’Egalité à l’école, qui est le coeur de la devise républicaine. Les hommes et les femmes sont égaux et ont accès aux mêmes études et aux mêmes métiers. Cette évidence dérangent certains qui font courir des rumeurs pour discréditer l’école.

      • Robert41
        Robert416 octobre 2016

        Il n’y a aucun racisme dans mon billet d’humeur vis à vis de « dame Becafoin ». Elle est française avec des origines marocaines content ou pas. Ce qui a motivé mon écrit c’est l’outrance de cette sœurette qui parle à la place de celui qui devrait répondre. C’est un dialogue entre chefs d’État qu’on attend et non entre une supplétive et le Saint-Père.

      • Robert41
        Robert417 octobre 2016

        Extrait de publication :  » Un livre est en préparation pour les enfants de 9-13 ans dans le cadre de l’Education Affective et sexuelle dispensée à l’école. Ce livre a été présenté lors d’une conférence, en mai 2015, à la mairie de Paris, par madame Elise, Devieilhe, docteur en sociologie, est destiné aux personnels de l’Education nationale. Il a pour objet de normaliser les LGBT auprès des élèves et par le fait d’inclure tout, c’est à dire transsexualité, inter-sexes, homosexualité, et par degrés dans l’inévitable questionnement de l’enfant, toutes sexualités déviantes abordables par internet (pédophilie, sado-maso, zoophilie etc) en attendant peut être votre principe d’égalité pour ce monde clos bien évidemment … En conséquence, vous mentez quand vous dites que la théorie du genre n’est pas enseignée à l’école.. Mes petits-enfants ne mentent pas des termes techniques employés par leurs professeurs lors de ces cours. D’ailleurs, on se souvient de votre précieuse sœurette, qui se rendait dans un collège pour expliquer que le mariage pour tous offrira plus d’épanouissement, plus de liberté et d’égalité ! Où est la neutralité laïque ? Même Jules, Ferry, respectait les consciences. Si problème il y a sur une provocation déstabilisante pour l’enfant, celui-ci en parle comme le font mes petits où l’esprit critique est privilégié même si parfois c’est difficile. Dans cette dualité enfants-parents il faut un tiers neutre, un spécialiste comme son médecin par exemple, qu’en attendre une comptine politique d’un enseignant assujetti. La Liberté c’est choisir et non subir une politique qui se veut morale et fabrique les idiots utiles au système idéologique carcéral qu’on nous prépare.

  2. lhomme
    lhomme5 octobre 2016

    Les propos du Pape avaient reçu lundi le soutien de François Fillon, candidat à la primaire à droite soutenu par les opposants au mariage homosexuel. L’ancien Premier ministre s’en était pris à la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, pour sa réponse musclée au pape.
    Le candidat du Parti chrétien-démocrate (PCD, Jean-Frédéric Poisson, dirigé auparavant par Christine Boutin) à la primaire lui a emboité le pas, lundi soir dans « 24 Heures en questions », sur LCI. Interrogé sur la sortie du pape à propos des manuels scolaires, Jean-Frédéric Poisson a estimé que le pape François est « dans son rôle de chef de l’Eglise » en intervenant dans le débat public français. « Les mêmes qui le critiquent trouvent que c’est très bien lorsque le pape se préoccupe des migrants », a relevé le député des Yvelines, proche de la Manif pour tous. « Heureusement, le pape n’a pas besoin de Najat Vallaud-Belkacem pour penser », a ajouté le candidat à la primaire, tout en reconnaissant que la théorie du genre n’est pas enseignée actuellement dans les manuels scolaires validés par l’Education nationale. Pour le député, le message du pape est justifié par un simple risque de voir cette « théorie » s’installer dans l’Education. Même si la ministre affirme ne pas porter la fameuse théorie du genre, il assure qu’elle « fait partie de son univers intellectuel ». « Il est dangereux de faire miroiter aux enfants dans leur classe que la nature ne fait pas bien les choses, que l’on peut changer tout, et qu’il n’y a pas de limite à la volonté de l’être humain ». Ce simple « danger », estime le candidat chrétien-démocrate, « suffit » à justifier « l’admonestation du pape sur le sujet ». ML.

Répondre