Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La Russie se prépare-t-elle à la guerre ?

Russie Tanks1

La Russie se prépare-t-elle à la guerre ?

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, philosophe, politologue

Les néoconservateurs du Congrès américain affirment ne pas vouloir de guerre avec la Russie mais pourquoi alors l’OTAN (Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord) poursuit-elle son expansion dans plusieurs pays européens qui bordent la Russie?

Les ministres des Affaires étrangères des 28 pays-membres de l’OTAN se sont rencontrés début juillet à Bruxelles pour un sommet de deux jours, et ils en avaient d’ailleurs profité pour incorporer une « grande puissance » le Monténégro dans l’organisation. Qu’a fait en réalité l’OTAN, lors de cette réunion ? Elle a d’abord discuté de ses échecs : l’Afghanistan, guerre que l’OTAN a en effet honteusement perdu (de nombreux soldats français y sont donc morts pour rien) ; de l’Irak (guerre que cette fois-ci le Pentagone a honteusement perdu)  et de la Libye (nation que l’OTAN avec la France de Sarkozy en tête a transformé en État en déliquescence dévasté par les milices). Puis elle a abordé du dur, du chaud : c’était la Syrie et là, la France était particulièrement excitée. La Syrie c’est une nation que l’OTAN, à travers la Turquie, aimerait envahir pour assurer la sécurité d’Israël et s’approprier pas mal de gaz. C’est déjà un État dévasté.

Mais qu’a-t-on décidé au juste dans cette réunion ?

Pour l’Afghanistan, l’envoi d’une mission d’aide ridicule et le « soutien financier aux forces afghanes » . Nom de l’opération : Liberté Immuable. Ce ne sont pas quelques bataillons rachitiques qui empêcheront les Talibans de dormir. Pour la Libye ? Le secrétaire général de l’organisation Jens Stoltenberg a assuré que les membres de l’OTAN étaient « prêts à soutenir le nouveau gouvernement d’union nationale en Libye ». Il croit aux revenants.

Alors l’essentiel était où ? L’essentiel, c’était bien sûr les «mesures contre la Russie», le soutien indirect à Daesh en Syrie, le renforcement de la présence de l’Otan dans la partie orientale de son alliance. Et puis la grande mesure, la « bonne mesure », l’« inévitable mesure », c’est le déploiement du système de défense balistique Aegis en Roumanie qui doit être suivie par la Pologne en 2018. Or, Moscou s’y est fortement opposée depuis les années 2000. A propos de l’Aegis,  l’argument très rationnel de l’OTAN pour justifier ces installations est la menace de missiles balistiques iraniens ! Or répétons-le d’abord : l’Aegis n’est pas un système de protection mais un système offensif. Il change donc la donne stratégique en délocalisant les capacités nucléaires des États-Unis en Europe de l’Est. Les actions de l’OTAN et de la France qui en est partie intégrante visent donc à saigner à mort la Russie à la fois par l’embargo économique toujours en vigueur et par le nucléaire militaire.

Moscou l’a en tout cas compris. Moscou se prépare donc à la guerre. Les néoconservateurs vous diront qu’ils ne veulent pas d’une guerre avec la Russie et que Poutine est un nouveau Hitler et L’Express le confirmera ! Ils parient tous sur la mise au tapis financier de la Russie par l’embargo et la crise pétrolière mais ils se tromperont car ils auront eu le tort de raisonner en purs économistes en termes de coûts rationnels ignorant la loi historique des embargos (voir Napoléon et l’Angleterre) et la réaction de la Chine  observant avec attention depuis la violation du mandat de l’ONU en Libye de manière critique l’attitude des Occidentaux. Washington et ses alliés seront perdants.

Si l’on est donc certain qu’un conflit ouvert serait perdu, c’est qu’on ne le cherche pas. On cherche donc autre chose, on cherche à piéger la Russie dans une guerre de proximité, pour la mettre de nouveau à genoux. Or que ce soit en Syrie ou en Ukraine, ni Vladimir Poutine, ni l’armée russe ne sont dupes et ne céderont.

  1. Robert41
    Robert4118 octobre 2016

    Il faudrait rappeler à notre président casqué, que la France a été libérée du joug nazi, grâce aux Russes avec l’opération Bagration qui sur plus de 1000 km ont démoli les meilleurs divisions allemandes avec une vaillance exceptionnelle. Sans les Russes, l’opération Overlord aurait été bien compromise à l’Ouest. Alors assez de ces redondances françaises de serre-files, vis à vis de Poutine le Souverain, qui comme DE Gaulle est le mal-aimé de cet empire américain. L’Europe a un avenir à l’Est et une soumission à l’Ouest ! – Il faut choisir et vite.

Répondre