Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Ligne jaune : les Philippines prêtes à des exercices militaires avec les maudits

Rodrigo Duterte

Ligne jaune : les Philippines prêtes à des exercices militaires avec les maudits

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, politologue, philosophe ♦

Rodrigo Duterte, le président philippin de plus en plus contesté, en particulier pour sa main de fer contre le vice à Manille (drogue, prostitution) ne vient-il pas de franchir la ligne jaune pas seulement pour avoir fait l’éloge de Hitler dans un discours mais pour déclarer être ouvertement disposé à des exercices militaires conjoints avec la Chine et la Russie, et pire en répétant même qu’il n’y aurait plus de jeux de guerre avec les Etats-Unis.

Le très controversé président philippin s’exprimait lors d’un entretien avec la chaîne hongkongaise Phoenix Télévision avant sa visite de quatre jours à Pékin cette semaine visant à améliorer des relations bilatérales dégradées par les prétentions contradictoires de Manille et Pékin en mer de Chine méridionale. Comme on lui demandait s’il envisageait des exercices militaires conjoints avec la Chine et la Russie, il a répondu : «Oui, je l’envisage. J’ai donné suffisamment de temps aux Américains pour jouer avec les soldats philippins». Ce temps est révolu et il ne permettra plus – dit-il – d’exercices conjoints avec les Etats-Unis, principal allié en matière de défense et fournisseur d’équipements militaires des Philippines.

Les exercices américano-philippins qui se sont achevés la semaine dernière seraient donc les derniers et il semble qu’il se soit passé quelque chose d’humiliant ressentie par les soldats philippins sans doute liée à l’arrogance de plus en plus bête et stupide de l’armée américaine en manœuvre . Disons le tout net, les Américains perdent la main. L’armée américaine est en plein désastre matériel et moral. Il ne reste plus vraiment que les soldats privatisés dans les compagnies de mercenaires pour avoir encore un minimum d’éthique guerrière et surtout de cerveau.

En tout cas, c’est un sacré coup dur pour les Etats-Unis et son nouveau pivot stratégique, le Pacifique.

Depuis son entrée en fonctions fin juin, M. Duterte s’est d’ailleurs employé à modifier radicalement la politique étrangère de son pays pour la tourner vers la Chine et la Russie au détriment de Washington, son allié traditionnel. De plus, il s’est montré de plus en plus irrité par les critiques américaines contre sa guerre antidrogue meurtrière, une Amérique qui tire sur ses nègres à bout portant mais est toujours prêtre à donner des leçons aux autres surtout quand cela touche à ses trafics.  En fait Rodrigo Duterte, répète à l’envi  : les Etats-Unis sont une puissance sur le déclin, une puissance finissante.

Notons que durant sa visite en Chine qui commence cette semaine, M. Duterte sera accompagné de centaines d’hommes d’affaires et d’après les médias philippins, des accords pesant des milliards de dollars devraient être annoncés à cette occasion. Le président philippin a ajouté qu’il chercherait aussi à acquérir du matériel militaire chinois.

 Il est fort probable qu’il y ait ces jours-ci, malgré la campagne électorale, une réaction du côté de Washington et surtout du Pentagone, les Philippines étant, comme la Syrie pour Poutine en Méditerranée, non négociable du point de vue de la puissance militaire américaine dans le Pacifique.

 

  1. petitjean
    petitjean22 octobre 2016

    « Le très controversé président philippin »

    controversé par qui ? une minorité et des intérêts extérieurs !

    que je sache, il a été élu

  2. lhomme
    lhomme23 octobre 2016

    Le  »très controversé » s’entendait bien sûr ici pour les médias aux ordres. ML.

Répondre