Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le Front National : un parti sous cellophane

FN Parti Sous Cellophane

Le Front National : un parti sous cellophane

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

Pour le système, la seule opposition demeure le FN. Mais est-elle une opposition crédible ? N’est-ce pas un FN fantasmé, un FN « spectaculaire » au sens de Guy Debord,  un « simulacre » au sens de Jean Baudrillard ?  Ne nageons-nous pas en pleine fiction politique ?

debord-la_societe_du_spectaclejean-baudrillardLe slogan de campagne du Front National a été dévoilé : c’est La France apaisée. Il y a mieux. On a même entendu parler de « l’islam laïcisé par les Lumières ». On aura donc eu trois mois de silence de Marine Le Pen pour écouter, quelque peu médusé, le discours de Brachay , à savoir un discours assimilationniste sur l’immigration, la ressucée putride d’un ancien discours chevènementiste, qui nous renvoie en fait à ce que la France n’est déjà plus et qui n’est tout simplement plus réalisable en raison du clivage définitif du pays entre France périphérique et France urbanisée, cette France malheureuse et ravagée, déformée et laide, si bien décrite et analysée par Christophe Guilluy. Florian Philippot nous servant en quelque sorte les fiches jaunies de son mentor Paul-Marie Couteaux jamais remises à jour.

La France attend pourtant du Front National non des larmes mais des poings, non l’assimilation mais l’expulsion des réfugiés. Marine s’entête à croire encore le multiculturalisme possible, à rêver d’une patrie réconciliée avec elle-même et elle refuse les slogans radicaux. On nous rétorquera qu’il faut toujours atténuer le discours pour conquérir le pouvoir. C’est faux : Sarkozy le bateleur de Neuilly le sait bien qui a  presque été plus loin dans sa campagne des primaires dans la surenchère identitaire que le Front National lui-même.

Alors on peut s’interroger : le Front national prépare-t-il vraiment les Présidentielles pour les gagner ? Prépare-t-il d’ailleurs les Législatives qui suivront en sélectionnant son personnel ? En validant la nouvelle France (le mariage gay et le burkini), le Front National ne devient-il pas un faux parti de rupture dont on pressent déjà qu‘il se couchera devant le bloc de constitutionnalité  ou la laïcité positive ( l’interdiction de la croix dans l’espace public) ?

la-france-apaiseele-crepuscule-de-la-france-den-hautLe Front National est devenu un parti sans nom propre : c’est le « Rassemblement Bleu Marine » ou « les Estivales de Marine » qui de plus, malgré des propositions intéressantes de la société civile comme le club Croissance Plus  ne présente rien de concret comme programme économique.

Il faudrait, nous suggère-t-on, choisir le « social » contre le capital alors que le peuple français est justement ruiné par le social et l’assistanat. L’élection se jouera sur l’identité mais qui veut l’emporter haut la main devrait aussi proposer des réformes ambitieuses en remettant tout à plat.

Il y a dans le programme non renouvelé du Front National, une autre cause d’échec prévisible, c’est le maintien de l’idée d’une sortie de l’Euro ? Marine après le Brexit la croit plus que jamais possible et nécessaire. Sauf que c’était avant Visegrad et l’espoir, à savoir cette possibilité nouvelle qui est apparue de changer l’Europe de l’intérieur . Višegrad, c’est en effet en Europe centrale (Tchéquie, Slovaquie, Hongrie, Pologne mais aussi Croatie et demain l’Autriche), la possibilité d’une réouverture de puissance et d’autonomie au sein de l’Europe, l’accouchement d’une nouvelle Europe qui ne sortirait pas de l’Union mais la changerait et la transformerait.

Avec Višegrad , il y a l’urgence immédiate pour le Front national d’infléchir son discours nationaliste et jacobin vers un discours européen alternatif et non bassement souverainiste celui de l’Europe des patries. Le salut français ne viendra pas du Brexit, mais d’une nouvelle alternative européenne se moulant dans les institutions déjà construites.

On doit en tout cas en faire à l’heure présente le pari. Il faut pour cela définitivement sortir à la fois du nationalisme gaullien et de l’atlantisme pour penser qu’on puisse agir dans l’Europe au-delà de la sécession ce qui effectivement n’était pas possible avant la crise des réfugiés. L’Europe parce qu’elle est envahie et instrumentalisée par l’Otan, est de nouveau en marche et cette Europe là ne se contentera pas d’assimiler l’inassimilable.

  1. Robert41
    Robert4127 octobre 2016

    Il y a plus d’idées dans plusieurs têtes que dans une seule. Le tord c’est de croire que les choses sont arrivées, qu’elles sont acquises, qu’elles sont gagnées. Le billet de Michel, Lhomme, nous incite à réfléchir sur le sens politique que l’on veut donner à notre destin national. Rassembler ou Composer. C’est un choix crucial. L’un exige des devoirs et l’autre s’accommode de droits. Nous le savons pertinemment, nous sommes dans une urgence à deux réalités dangereuses qui grandissent … L’une dans les ventres et l’autre les têtes. Qui dominera l’autre ? De prime abord, la chaude colère peut nous conduire à une situation pire que celle réfléchie de la colère froide. Ce qui a été défaillant pendant des décennies, ne peut se réparer du jour au lendemain. Il faudra du temps au temps comme disait l’autre et c’est là le piège politique, de ceux qui veulent nous faire croire au YAKA salvateur … Nous devons recouvrer la raison et le bon sens à travers une concorde nationale et nous méfier de cette emprise des droits à n’importe-qui et de cette compassion exhibitionniste exubérante. Ces deux idéologies nous conduisent à une surenchère intenable. Nos anciens le disaient avec sagesse : – Aide-toi et le ciel t’aidera ! J’ajouterai peut être … Notre Peuple ne peut éternellement être responsable de fautes et de crimes historiques dont les responsables sont morts depuis des décennies et des siècles. Notre Peuple ne peut être encadré par des directeurs de conscience harceleurs, qui ne sont pas des modèles eux-non plus, surtout lorsqu’il s’agit de la Tolérance. Qu’elle soit politique, médiatique voir communautaire, notre société est malade de cette litanie de minarets et d’une omniprésence de procureurs de la sémantique qui s’estiment juge et partie et peuvent insulter ceux qui ne pensent pas comme eux. Une minorité a sapé par le chantage nos élites corrompues. Notre liberté nous donne le droit d’Être et non de devenir un non-être ; d’autant quand notre système démocratique se voit de plus en plus régressif dans sa liberté d’expression avec un certain Valls. Cette métastase idéologique est née avec la Gôche mitterrandienne et poursuivie par ses greffons y compris collatéraux avec la Droite imbécile d’un Chirac et catastrophique d’un Sarkozy. La France est dans une impasse mortelle de son sens, permettant une embuscade économique et sociale insatiable, qui détruit à satiété son corps et son âme. Cette politique de voyous a crée une nausée existentielle désastreuse sur la vie des français. Tout comme les policiers, nous sommes entrés dans le devoir de la légitime défense sinon c’est la fin de nous-mêmes. Pour qui voter ?

Répondre