Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Présidentielles US : Trump, Clinton, les derniers chiffres et le poids des minorités

Minorites Americaines

Présidentielles US : Trump, Clinton, les derniers chiffres et le poids des minorités

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Guiart, anthropologue, ethnologue ♦

Le Los Angeles Times du 27 octobre donnait en intention de vote pour les présidentielles américaines 45.3% pour Donald Trump et 44.2% pour Hillary Clinton. On peut cependant s’attendre à un grand nombre d’abstentions du fait de la campagne anti-Trump qui ne déplace pas les voix du côté de Clinton, ce qui est habituel aux Etats-Unis où le président peut être élu par une minorité d’électeurs. Les chiffres viennent donc de s’inverser en faveur de Trump. Ils avaient été la veille en faveur de Clinton dans les mêmes proportions. Cela peut devenir un jeu jusqu’au dernier jour, avec des inversions quotidiennes.

Sociologiquement, Trump est majoritaire chez l’électorat blanc, chez les hommes tout court et dans les générations âgées. Clinton, qui tend à être majoritaire dans les jeunes générations, l’est actuellement chez les femmes et chez les minoritaires. Ces chiffres sont stables, d’où une variation qui joue sur les pourcentages. Les derniers documents livrés au public montrent la corruption chez les Clinton. Trump vient de nuancer intelligemment son projet de révision de « l’Obamacare » qui restera sans doute la grande réforme intérieure de Barack Obama.

Le résultat électoral reposera sans doute sur le nombre des électeurs des minorités qui se déplaceront pour voter en faveur d’Hillary Clinton. En ce qui concerne les noirs, la  situation est tellement tendue qu’il n’est pas certain qu’ils se déplacent pour celle qui n’a jamais rien fait pour eux, et leur vote sera plutôt pour rechercher à augmenter le facteur général de pagaille. Les latinos sont plutôt déçus par Barack Obama  qui a réussi à atteindre les plus grands chiffres d’expulsions d’illégaux des derniers présidents américains en exercice. Les noirs et les latinos se fichent éperdument de la campagne contre le sexisme de Trump puisque ce genre de langage est tout aussi courant chez eux. En plus les relations entre les latinos, et les noirs ne sont pas bonnes. Ces derniers ont l’impression que tout se ligue contre eux alors qu’ils estiment avoir des droits historiques à l’égal de ceux des blancs. La police américaine dans la Sun Belt (en français la « ceinture du Soleil qui se compose des États du Sud et de l’Ouest des États-Unis)  a ainsi réussi à faire que la classe moyenne noire se pose des questions quant à sa survie physique. Elle sait qu’elle n’a rien à attendre d’Hillary Clinton qui, une fois élue, prendra le parti des forces de l’ordre.

Au cours du mois d’octobre, les intentions de vote des noirs américains en faveur de Trump sont passés de 9 à 19 %. Il s’agit là d’un vote de protestation avant tout. Trop de noirs estiment que le système politique libéral Wasp traditionnel les a trompés . Il n’intervient jamais avant les drames de sang, mais après, pour calmer provisoirement les choses. Cet establishment leur a selon eux constamment menti.

Il ne faut pas oublier qu’un des enjeux majeurs de cette élection est le rétablissement de l’ordre dans toute l’Amérique.  Sous la pression des noirs tout dépendra de la manière avec laquelle Donald Trump négociera. Or, il est très habile, a du doigté et son art, malgré les accusations, est celui d’un négociateur hors-pair.

  1. Franck
    Franck30 octobre 2016

    Curieux cette propension des médias français à annoncer régulièrement une confortable avance pour HC. Vieux réflexe pour influencer les électeurs français mais totalement inutile pour les US.

Répondre