Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Elections américaines : la semaine de tous les dangers

Sondages Us

Elections américaines : la semaine de tous les dangers

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

Le sondage du 28 octobre du Los Angeles Times donnait Donald Trump à  45,8 % et Clinton à 44,1 %. Il n’y a pas eu, pour ce journal, de publication de sondages pour la matinée du 29.  Tout semble s’inverser en défaveur d’Hillary Clinton. A 15 heures, le samedi 29 octobre, le Los Angeles Times donnait  46, 2 % pour Trump et 43, 2 % pour Mme Clinton. La décision du FBI de poursuivre l’enquête sur Hillary Clinton  en est peut-être la raison.

Les dernières révélations du FBI ont changé toute la donne électorale

James Comey, directeur du FBI

James Comey, directeur du FBI

Jusqu’alors, le FBI n’avait pas reçu l’ordre d’examiner les derniers courriels d’Hillary Clinton. Il ignorait  si les nouveaux courriels contenaient des données secrètes, car le département de la Justice ne l’avait pas autorisé à les examiner. Le FBI a décidé de passer outre et de poursuivre l’enquête . De fait, le département américain de la Justice a fortement critiqué le directeur du FBI pour la publication de nouvelles informations sur l’affaire des courriels fuités  et sa décision de rouvrir l’enquête sur l’utilisation d’un serveur privé quand elle occupait le poste de secrétaire d’État. Le directeur de campagne de Clinton, John Podesta est apparu très perturbé par cette nouvelle.

En France, Les médias continuent, sans aucun recul critique, leur propagande en faveur d’Hillary dans une sorte d’unanimisme pro-système quasi militaire.  Le pire aura été atteint par le quotidien Le Monde. Le journal, si l’on peut encore parler de journal, a durant toute la campagne américaine tenu un carnet de bord, une sorte de compte à rebours électoral qui s’est résumé à du pur délire militant. Ses articles  de la campagne électorale américaine  resteront dans les annales des écoles de journaliste comme de véritables tracts électoraux .

Dans le compte-rendu de cette campagne, Le Monde a perdu non seulement tout sens de la mesure mais toute crédibilité à l’international avec tout de même une question que nous ne pouvons nous empêcher de nous poser : à quoi sert-il de transformer son journal en tract électoral quand on n’est plus lu, ni aux Etats-Unis, ni en France ?

  1. Marcus
    Marcus1 novembre 2016

    A propos de la presse en France, il faut bien constater que des gens achètent des journaux
    pour les décrédibiliser, les ridiculiser, bref, pour les anéantir.

  2. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard2 novembre 2016

    Excellente formulation : la semaine de tous les dangers… de manipulation des électeurs pour cette semaine et celle des résultats, ensuite
    1 – scénario possible : des « manifestations spontanées » de colère des peuples de couleur, comme on en a vues lors de la réélection de Chirac, lorsque JM Le Pen est arrivé au second tour… inutile de faire un dessin : tout le monde se souvient de l’hystérie collective et de l’expression de la haine pure où dominait l’élément extra-européen

    2 – Ne pas oublier que, dans le soi-disant pays phare de la démocratie, ce n’est pas le total des voix nationales qui compte, mais le total du poids électoral de chacun des 50 États… un Président peut être élu avec moins de voix, au finale, que son malheureux challenger.
    Enfin, l’on a connu diverses élections où les résultats de divers États (dont la Floride, où règne une puissante mafia) ont été fortement contestés par manipulation frauduleuse possible des urnes

    Finalement, en dépit de ses tares, notre France a encore beaucoup de bon dans ses institutions.

Répondre