Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Électricité : Mégawatts éoliens un mensonge planétaire

Eolienne St Jean D’Angély Charentes – Abbaye Royale St Jean Baptiste Patrimoine UNESCO

Électricité : Mégawatts éoliens un mensonge planétaire

Télécharger en PDF et imprimer

Jean-Louis Butré, responsable de la Fédération Environnement Durable ♦

Depuis plus de 15 ans, le lobby international de l’industrie éolienne laisse croire au grand public, aux politiques, aux médias, que 1000 mégawatts de capacité d’une usine électrique éolienne (un « parc » éolien) sont égaux à 1000 mégawatts de capacité d’une usine électrique classique, c’est à dire barrage hydraulique, centrale thermique à gaz ou charbon, centrale nucléaire.

Or, un mégawatt éolien, sans autre précision, ne correspond pas à une production, car une éolienne produit de l’électricité intermittente avec un rendement fluctuant, en fonction du vent. En France 1000 mégawatts éoliens correspondent très exactement à 230 mégawatts classiques, soit moins du quart.

Depuis des années, les médias reprennent mot à mot les argumentaires des industriels qui mettent en avant les performances de leurs éoliennes en parlant exclusivement de « puissance installée » et non de la quantité annuelle d’électricité produite. (à titre d’exemple, l’article des Échos daté du 26/10/2016 avec une éolienne en Une, titrant que le charbon aurait été dépassé mondialement par les énergies renouvelables.)

Le martèlement de ces inexactitudes concernant les lois physiques fondamentales de l’électricité a conduit certains dirigeants à prendre des décisions stratégiques erronées, surestimant par un facteur quatre, la capacité et la fiabilité de l’énergie éolienne. C’est probablement le cas de la France avec le programme actuel de transition énergétique de François Hollande, axé vers la fermeture de la moitié des moyens classiques de production d’électricité qui seraient remplacés majoritairement par de l’éolien terrestre et en mer.

Dans la réalité, les centrales éoliennes actuelles et à venir, éparpillées sur le territoire et raccordées au réseau produiront une électricité de mauvaise qualité et même rien du tout lorsqu’il n’y aura pas de vent.

Le courrier de Madame la Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, Ségolène Royal adressé au Président du groupe EDF Jean-Bernard Levy le 21 octobre dernier, dévoile brusquement l’inquiétude extrême du gouvernement concernant ces orientions. Si l’hiver est rigoureux, l’absence de moyens de production puissants et fiables pourrait plonger la France dans un black out électrique et mettre en péril la sécurité du territoire, confirmant que ce ne sont pas les 7000 éoliennes terrestres actuelles qui pourraient faire face !

Rappelons que les 7000 éoliennes terrestres actuelles ne parviennent à assurer que 4% de la production d’électricité française, de manière intermittente et aléatoire !

Fédération Environnement Durable

Illustration : Des centaines de sites classés, des milliers  de petits villages historiques , des parcs naturels sont en cours de destruction   par 20.000 éoliennes géantes
  1. Robert41
    Robert415 novembre 2016

    Encore un déni de réalité, on baigne dans le mensonge avec le concours d’une politique corrompue.

  2. FufuLaFusée
    FufuLaFusée5 novembre 2016

    Vous enfoncez des portes ouvertes…
    On parlera toujours de la puissance maximum… pour votre voiture, votre aspirateur, votre centrale à charbon ou bien même votre grille pain.

    Il me semblait évident que:
    Si le vent ne souffle pas => les éoliennes ne tourne pas => donc la puissance de 30 milliard de Megawatt produisent 0 megawatt. MENSONGE INTERPLANETAIRE!!!!!

    De plus que vienne foutre la politique corrompue la dedans?
    Je t’ai pas compris Berbert41?

    Au pire les lobbies interplanétaires ont sous évalué ( ça veut dire bricoler et mentir pour les fadas des complots ) les chiffres de rendement promis…

    Mais bon…

    Autres scoops :
    – Les panneaux solaires ne produisent pas la nuit!!!
    – Les barrages électriques ne produisent pas sans eau.

    • Robert41
      Robert416 novembre 2016

      Votre vue d’esprit est inégalable … Je reconnais volontiers boire du brutal avec votre indiscutable démonstration. C’est comme avec les portes ou fenêtres ouvertes, cela appelle le plus souvent le courant d’air qui éparpille les précieux papiers du bureau et referme parfois vivement les portes et fenêtres d’un claquement insupportable. Mais avec vous, nous ne désespérons pas, car nous verrons sans doute la mise en place dans l’encadrement de la fenêtre et de la porte, des dispositifs éoliens de récupération d’énergie … Pourquoi pas ? – Enfin à votre question truculente sur une vue personnelle volontiers taquine, d’une corruption politique avec le capitalisme ultra libéral et les lobbys, c’est évident nnooon … ! – La magie est passée par-là, elle a fait d’un mec qui se disait normal à un mec très particulier. C’est pas nous qui avons changé c’est lui, l’opportuniste individualiste hédoniste qui oublie très vite ce qu’il disait il y a peu. C’est le propre des hommes et des femmes politiques, ils trahissent en permanence. – Avez-vous compris comme dirait un certain Jean-François, Zygel ?

    • amike
      amike7 novembre 2016

      Les barrages, on les remplit et on ouvre les vannes à la demande.
      La réaction à la demande, voila ce qui différencie l’éolien ou le solaire du reste des productions d’énergie !

      Quel est l’intérêt d’une énergie « gratuite » quand elle n’est pas là face à une demande impromptue ?
      Quel est la valeur d’une énergie qui impose pour chaque unité de capacité, son équivalent en fossile ?

      La surcapacité pour répondre au problème de l’intermittence est pire que ne rien faire, car elle contraint à multiplier les lignes et les sécurités en cas de chute ou de hausse brutale de production.

      Le pire reste que cette politique a été décidée en dépit du problème connu de stockage de l’électricité et de l’option d’une meilleure utilisation ou optimisation de la production actuelle, sans oublier les milliards qui auraient pu simplement être utilisé pour sécuriser le nucléaire.
      Un vrai travail de gribouille et d’amateurisme. Ou pire.

    • maxbra
      maxbra7 novembre 2016

      Tout à fait d’accord avec FufuLaFusée cet article n’a pas de sens…

      Sachez que l’unité de mesure de la puissance électrique c’est le Watt-heure et non le Watt une fois que vous aurez compris cela et compris la différence entre les deux vous comprendrez le non-sens de votre article…

      Tout comme l’ADSL et ses 20MB quand pour 3/4 des gens 1MB = 1 Mo alors qu’il faut en réalité 8MB pour faire un mo….

  3. Sandrine
    Sandrine7 novembre 2016

    Bonjour,

    Puis-je me permettre une question : quelle est la solution alors selon vous ?
    – Le nucléaire que l’on sait extrêmement dangereux, polluant par les déchets qu’il produit et cher si on prend bien tout en compte,
    – Arrêter d’utiliser de l’électricité dans un monde où tout est de plus plus électronique,
    – Continuer d’utiliser des énergies fossiles, charbons, fioul, et donc les émissions de CO2 et le réchauffement climatique jusqu’à épuisement des ressources. On réfléchira une fois qu’on n’aura plus rien et que le tiers des pays ne seront plus vivables mais au moins pas de lobby …

    Si une éolienne est si nulle que ça, pourquoi plusieurs régions ont réussis à obtenir l’indépendance énergétique grâce aux EnR ?

    • bibi
      bibi7 novembre 2016

      Aucune région n’a acquis l’indépendance énergétique avec des énergies renouvelables, tout au plus nous avons des régions ou la totalité de l’électricité consommé est renouvelable, mais je vous rassure ces gens là ne se chauffe pas avec des radiateurs électriques.
      Mis à part l’Islande gorgé de géothermie d’aucun n’a réussi a produire plus de 20% de l’énergie consommé avec des énergies renouvelables.
      Dans 1 L d’essence il y a 11.63 kWh c’est pas demain la veille que l’on va remplacer le pétrole pour faire avancer nos véhicules.

      Le nucléaire c’est tellement dangereux que c’est la source d’énergie la plus sure, il y a plus de mort chez les mineurs, les foreurs ou les installateurs d’éoliennes et de panneau photovoltaïque par quantité d’énergie produite que dans toutes la filière nucléaire, mais ça forcément ça fait moins peur car ce sont des morts isolés.
      Mais on préfère se faire peur avec le nucléaire c’est plus fun que de regarder les chiffres, et c’est pareil avec la dangerosité des déchets.

      La pollution pour l’extraction des terres rares ou du lithium là tout le monde s’en fout puisque par définition les énergies renouvelables c’est propre.

  4. stipus
    stipus7 novembre 2016

    D’ici quelques années, on ajoutera une grosse batterie à chaque éolienne, et cela résoudra ce problème d’intermittence. Dès aujourd’hui certaines centrales électriques commencent à installer des batteries afin d’adapter la demande aux heures de pointe (Exemple SCE avec une batterie de 80MWh en Californie, ou 120MWh chez San Diego Gas & Electric), et si elles le font, c’est que cela commence à devenir rentable. En France à la Réunion, une batterie capable de délivrer 1MW pendant 7 heures à été installée dès 2010, et cela permet d’utiliser au mieux les énergies solaires et éoliennes.

    Autre point important concernant les éoliennes: si on regarde localement il est indéniable qu’il n’y a pas toujours du vent, mais tout comme le soleil, le vent est toujours quelque part sur la planète. Donc globalement et avec l’amélioration constante des interconnexions à hautes puissances entre les pays, les éolienne permettent de produire de l’énergie d’une façon non dangereuse et non polluante, qui idéalement pourrait être répartie de l’endroit où les vents soufflent, aux endroits où elle est utile.

    • René-Pierre Samary
      René-Pierre Samary7 novembre 2016

      C’est vrai qu’avec des éoliennes au Cap Horn, des panneaux solaires dans l’hémisphère sud et quelques centaines de milliers de kilomètres de câbles blindés, ça le fera… Les pertes en ligne ? Kézaco ?

  5. John Wayne
    John Wayne8 novembre 2016

    Europe écologie les verts, ces médiocres ,(c..s!) , ont été virés par cet autre médiocre ( c.. !) de Hollande , c’est vous dire …. !! Ce pouvoir socialiste corrompu est une honte …. Comment ces imbéciles d’écologistes peuvent-ils haïr le nucléaire qui ne pollue pas et ne RIEN dire sur le thermique au charbon ?? ! Bonne nouvelle , on semble s’orienter vers une destitution de l’andouille de l’Elysée !! Il faudra lui sucrer sa retraite à celui-là , comme De Gaulle , mais pas pour les mêmes raisons !!!

Répondre