Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Jean-Pierre Chevènement: « L’Europe des nations est la seule qui peut renouer avec les peuples »

Chevenement

Jean-Pierre Chevènement: « L’Europe des nations est la seule qui peut renouer avec les peuples »

Télécharger en PDF et imprimer

Jean-Pierre Chevènement ♦

Entretien accordé au quotidien suisse Le Temps, lundi 7 novembre 2016.

Le Temps: Votre intervention, à Genève, sera consacrée à «La Russie et l’Europe». Vos sentiments pro-russes sont connus et suscitent la controverse, compte tenu des agissements de Moscou en Syrie et en Ukraine. Cela ne vous perturbe pas?
Jean-Pierre Chevènement: L’Europe doit impérativement sortir de cette atmosphère russophobe qui imprègne les relations avec Moscou. Cessons de regarder l’avenir avec les lunettes du passé: la Russie n’est pas l’URSS. Dois-je rappeler que le parti de Vladimir Poutine vient de remporter les élections législatives avec plus de 55% des voix et que cette majorité n’est pas contestée? On ne peut plus continuer à caricaturer notre grand voisin européen de l’Est et à entretenir avec lui une pomme de discorde durable. La Russie demeure une puissance. Et l’Europe ne s’en sortira pas si elle reste prostrée dans cette attitude biaisée à son égard. Va-t-on longtemps continuer d’ignorer le sentiment majoritaire de la population russe? Peut-on rester sans réaction devant la constitution d’une nouvelle bipolarité entre les États-Unis et la Chine, ce fameux G2? Mon attachement à la Russie résulte de ma conviction que l’Europe doit absolument s’organiser comme un pôle indépendant, pour répondre à la nouvelle donne stratégique du XXIe siècle. Arrêtons de voir partout l’espionnite russe. Agissons pour préserver nos intérêts face au condominium sino-américain. On ne doit pas être aveugle et ignorer l’arrangement entre les multinationales et le pouvoir chinois depuis plus de trois décennies. Trouver des coopérations avec la Russie est le seul moyen pour l’Europe d’exister encore au XXIe siècle.

Cette Europe unie, vous l’avez longtemps combattue. Alors?
L’Europe doit tirer le bilan de ses échecs si elle veut continuer de peser. Or la méthode communautaire est aujourd’hui en échec. Incapable de dépasser l’économicisme pour développer une identité stratégique, elle nous handicape dans la compétition mondiale. Je crois en l’Europe des nations, de l’Atlantique à la Russie pour paraphraser le général de Gaulle. Elle est la seule qui peut renouer avec les peuples, car seule la nation offre un sentiment d’appartenance assez fort pour permettre l’acceptation du fait majoritaire et, donc, le fonctionnement de la démocratie. Je suis de ce point de vue très admiratif de la Suisse, ce pays que je connais assez bien, y compris sur le plan familial. Ma mère était une Garessus. Sa famille venait de Suisse. Je connais bien les problématiques frontalières. La réalité est que l’Europe communautaire se déconstruit d’elle-même. Le Brexit en est la dernière illustration. Cela ne marche pas. Je suis de l’avis de l’ancien ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine: nous avons besoin d’une grande conférence refondatrice, qui permettrait de repenser l’Europe au long cours à partir des nations.

Il faut donc tout changer, tout repenser?
Je ne propose pas de sortir des institutions communautaires. Je propose d’en déplacer le centre de gravité de la Commission vers le Conseil des chefs d’État, lieu de la légitimité démocratique. Pourquoi? Parce que cette Europe communautaire qui ne marche pas aboutit à la résurgence tant redoutée des nationalismes, car elle crée des inégalités de développement génératrices de frustrations. Ne jetons pas le bébé européen. Acceptons juste de tirer les conséquences des changements survenus dans le monde. Le capitalisme a changé. Le terrorisme djihadiste nous menace. La destruction des États, au Moyen-Orient, a nourri l’émergence de Daech et du terrorisme. L’Europe doit en tirer les conséquences.

Vous évoquez la question du terrorisme. Elle pose aussi celle de l’islam radical en Europe. Du côté français, un an après les attentats parisiens du 13 novembre, la Fondation pour l’islam de France que vous présidez peut-elle changer la donne?
J’ai été pressenti pour cette tâche. C’est le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui m’a sollicité et nous attendons, pour démarrer nos travaux, de réunir notre premier conseil d’administration. J’ai posé une condition: éviter tout financement étranger. On ne transformera pas l’islam de France si l’on continue de s’appuyer sur des capitaux venus d’ailleurs, surtout du Golfe. Ma priorité sera ensuite de mettre très rapidement sur pied des actions en direction de la jeunesse. Cette fondation à but purement profane (éducatif, culturel et social) n’a nullement pour objectif d’interpréter le Coran. Mais elle doit relever le défi de la connaissance de l’islam en France, en particulier à travers la création d’instituts d’islamologie, favorisant une formation profane des imams. La création d’une association culturelle exclusivement animée par des musulmans pourvoira aussi à la construction de mosquées.

La gauche française est-elle mieux équipée que la droite pour affronter ces défis de l’islam, compte tenu de sa tradition laïque?
Nous devons éviter le «choc des civilisations» et la guerre civile que Daech veut précipiter en France et dans le reste de l’Europe. Cette tâche n’est ni de gauche, ni de droite. Bien sûr, la gauche, face à la globalisation aveugle, a une mission particulière à remplir. On sent que le modèle de développement actuel, générateur de tant d’inégalités, est aujourd’hui à bout de souffle. J’en reviens donc à l’Europe des nations, solidement ancrée à un môle franco-allemand. Il faut redonner un contenu réel au traité de l’Elysée. Nous ne pouvons pas devenir une banlieue éloignée de l’empire américain alors que Washington regarde de plus en plus vers le Pacifique. Quand à la laïcité, elle n’est nullement tournée contre les religions. Au contraire, elle est protectrice pour une religion minoritaire comme l’islam.

Et l’Amérique de Donald Trump, elle vous inquiète?
Je répondrai en puisant dans mes souvenirs. Je fus l’un des premiers, au Parti socialiste français, à rencontrer Ronald Reagan alors qu’il n’était pas encore candidat à la présidence des États-Unis. J’étais sorti de l’entretien plutôt rassuré. Je préfère évidemment voir Hillary Clinton accéder à la présidence. Mais reconnaissons aussi que Trump a l’avantage de ne pas être interventionniste.

L’interventionnisme américain, celui des deux présidents Bush, père et fils, a fait d’énormes dommages au Moyen-Orient. C’est la destruction de l’Irak qui a offert les populations sunnites de l’ouest irakien à Daech. Ne l’oublions pas.

Source

 

  1. Lilou35
    Lilou359 novembre 2016

    M. Chevènement est un rêveur il espère le changement dans l’islam, il ne sait pas que l’Islam fait l’apologie du mensonge et de la haine, comment s’allier avec des peuples qui ont de tels principes.
    L’Europe fonctionnera lorsque les Européens pourront s’exprimer dans une langue unique, commençons par faire l’union entre la France, la Belgique, le Luxembourg, la Suisse et Monaco.

    • costaz
      costaz10 novembre 2016

      Enfin du bon sens !

      D’abord , c’est juste de souligner , ce que J-P. Chevènement n’ envisage pas un instant , l’Islam
      est bien plus qu’une religion et englobe autant le culturel que le politique et sous-tend le polémique.

      Ensuite , parler « une seule langue  » , en diplomatie d’ abord , mais ensuite unifier l’ Espéranto
      au niveau d’ une langue spécifiquement européenne a à l’ usage des peuples de l’ Europe et
      tout apparaitra plus clair à tous !…

  2. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard9 novembre 2016

    Il doit lui rester des séquelles de son coma prolongé : « La loi de laïcité protège l’islam religion minoritaire » !!!
    Mais, c’est la Nation française qui doit être protégée de l’islam rétrograde et dangereux.
    En outre, la pratique chrétienne est nettement minoritaire (le nombre de baptisés est infiniment supérieur à celui des pratiquants) comparée à la pratique religieuse des mahométans ; les juifs ni les bouddhistes ne comptent guère au plan numérique.
    Il a raison de se réclamer de la gauche : ses réflexions témoignent de son irréalisme. Qu’il reste sagement à la retraite et n’oublie surtout pas qu’en tant que ministre de Mitterrand, il fut un acteur de l’introduction en France de l’économie globale et de l’immigration-invasion.

  3. Franck
    Franck9 novembre 2016

    Il est par contre très réaliste quand il dit qu’il faut reprendre langue avec la Russie. Cette bagarre entre le parti démocrate US et la Russie n’est pas la nôtre. Qu’ils se partagent l’Irak et la Syrie, je m’en fiche. Que les USA veulent virer Assad parce qu’il ne veut pas laisser passer le gazoduc qatarien et préfère laisser passer le gazoduc iranien, je m’en fiche aussi. Qu’importe d’où vient le gaz que je brûle! Tous nos ennuis viennent de là! C’est nous (les USA et ses toutous) qui avons mis le feu. Quand Poutine et Trump auront fait la paix, vous verrez que par miracle l’islam se calmera!

Répondre