Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Sionisme : oui et non mais en Europe, c’est surtout oui

Sionisme Theodore Herzl

Sionisme : oui et non mais en Europe, c’est surtout oui

Télécharger en PDF et imprimer

Un rapport américain recommande au Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) d’éviter d’employer le terme « sionisme » lorsqu’il s’adresse à un public non-juif, selon le Jewish Telegraph Agency (Jta).

Un sondage aurait en effet révélé que le terme « sionisme » est apparenté au djihadisme et au nazisme. Réplique immédiate de l’Organisation juive européenne (Oje) : elle a mis en garde le Conseil représentatif des institutions juives de France  contre toute suppression du terme « sionisme » de ses discours publics. « Le sionisme est une réalité vivante, incarnée par l’existence légitime d’Israël, et effacer son nom prépare à l’effacement de l’État lui-même ! », poursuit l’Oje. ML.

Illustration : un des pères fondateurs du sionisme, Théodor Herzl.
  1. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard12 novembre 2016

    Au final, à chaque fois que des cuistres des USA s’intéressent à l’histoire de l’Europe (car le sionisme est né en Europe : avec Isaac de la Peyrère en France, en Allemagne avec Moses Hess, en Crimée et en terres germaniques avec divers mouvements d’émigration vers la Palestine, avant qu’Herzl n’intervienne dans le débat public)… c’est pour écrire des conn… (des sottises).
    Feraient bien mieux de s’occuper de leurs tares propres : amérindiennes, noires etc.

Répondre