Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Gilles Kepel ravive la fracture à gauche sur l’islam

Kepel Gilles Portrait

Gilles Kepel ravive la fracture à gauche sur l’islam

Télécharger en PDF et imprimer

Eugénie Bastié ♦

L’islamologue a publié une charge virulente contre les « islamo-gauchistes », qu’il qualifie de « charlatans » dans une interview à l’Obs. Une prise de position qui ravive une vielle querelle à gauche, alors que Licra s’oppose à la notion d’« islamophobie ».

gilles-kepel-gamal-abinaPavé dans la mare à gauche. L’universitaire Gilles Kepel, auteur de Terreur dans l’Hexagone, une genèse du djihadisme français, vient de publier La Fracture, un livre où il dénonce la division du pays entre, d’un côté, des groupes communautaristes prônant un islam conquérant et, de l’autre, les groupes identitaires alimentés par l’extrême-droite. Le spécialiste reconnu de l’islam français, qui a publié plusieurs ouvrages sur l’islamisation des banlieues, dénonce également avec virulence les «islamo-gauchistes» qu’il qualifie de «charlatans» dans une interview à l’Obs, où il fustige «ces intellectuels tétanisés par la culpabilité postcoloniale» devenus les idiots utiles de la lutte contre l’islamophobie.

Selon Kepel, ce terme est un leurre. «Les musulmans ne sont pas plus victimes de discrimination que d’autres personnes», a-t-il déclaré lundi sur France Inter. Il accuse notamment le CCIF (Comité contre l’Islamophobie en France) d’être le fruit d’une «stratégie de conquête» pensée et dirigée par les Frères musulmans. Il cible également le Bondy Blog, un média créé à l’occasion des émeutes de 2005 et hébergé sur le site de Libération d’être «totalement repris en main par cette frange frériste qui fait de l’islamophobie son principal slogan». «Pour les Frères musulmans, dans la mouvance de Tariq Ramadan, comme pour Marwan Muhammad (le directeur exécutif du CCIF), il y a une volonté manifeste de mobiliser cette jeunesse musulmane en occultant le phénomène des attentats, en se refusant à le penser», accuse l’islamologue.

la-fractureCe cri d’alarme de Gilles Kepel suscite des attaques virulentes à gauche, dans les rangs de ceux qu’il dénonce comme islamo-gauchistes. Le Bondy Blog a publié un droit de réponse à ses accusations, qualifiées de «délirantes et mensongères». Une indignation soutenue par le fondateur de Médiapart, Edwy Plenel, qui a qualifié les attaques de Kepel d’«ignorantes». Le fondateur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), Pascal Boniface a, lui, évoqué une «dérive inquiétante de l’Obs» et dénoncé le «narcissisme» et la «courtisanerie» du chercheur. L’ex-trader Marwan Muhammad a accusé Gilles Kepel, pourtant bardé de diplômes, d’être un faux universitaire.

Autre illustration récente de cette division à gauche, le refus par l’une des principales associations antiracistes françaises, la Licra, d’employer le terme «islamophobie», réaffirmé par son président Alain Jakubowicz ce week-end. Selon lui, le terme est «une imposture», utilisée «comme une arme contre la laïcité destiné à protéger un dogme religieux». Gilles Clavreul, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra) a affiché son soutien à Kepel et à la Licra.

Tandis que le journaliste Frédéric Haziza a défendu Kepel et Jakubowicz dans leur dénonciation du terme islamophobie, le journaliste Claude Askolovitch écrit dans Slate : «Que cette Licra milite, activement, pour que le mot “islamophobie” soit banni du vocabulaire public est donc une catastrophe notable, politique et idéologique

«Islamo-gauchisme», un mot né dans les années 2000

Ces affaires ne sont que les dernières secousses d’une ligne de fracture qui divise durablement la gauche française, entre les tenants d’une laïcité scrupuleuse, que leurs adversaires qualifient parfois de «laïcards» et ceux qui voient dans les musulmans une minorité stigmatisée, que leurs adversaires qualifient d’«islamo-gauchistes».

L’expression «islamo-gauchiste» a été popularisée à l’orée des années 2000 dans le débat public français. Comme le rappelait Libération, le mot apparaît sous la plume de Pierre-André Taguieff dès 2002. L’auteur de La Nouvelle Judéophobie désignait ainsi «la nouvelle configuration tiers-mondiste, néo-communiste et néo-gauchiste, plus connue sous la désignation médiatique de “mouvement antimondialisation”». Cette alliance se retrouvait notamment dans la défense par l’extrême-gauche du camp palestinien.
Mais depuis les attentats terroristes de 2015, le terme a connu un véritable succès. Il a notamment été employé par plusieurs figures intellectuelles de gauche comme la féministe Elisabeth Badinter, l’éditorialiste Jacques Julliard, la journaliste Caroline Fourest ou encore le mouvement laïque du Printemps républicain, auquel appartiennent Gilles Kepel et Gilles Clavreul. Manuel Valls avait lui-même repris l’expression à son compte sur Radio J en mai 2016, accusant «les capitulations intellectuelles, les ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de cette violence et de cette radicalisation».
Pour les personnalités visées, ce vocable est un néologisme infamant, destiné à empêcher tout débat. L’historien israélien antisioniste Shlomo Sand compare même le terme à celui de «judéo-bolchévisme» employé par les antisémites dans les années 1930.

Débutée après le 11 septembre 2001, la querelle sur l’islamo-gauchisme est loin d’être finie. Un an après le 13 novembre, la fracture n’a jamais été aussi grande entre la «gauche Plenel» et la «gauche Kepel».

La Fracture, de Gilles Kepel, Hors série Connaissance, Gallimard, Essais, 19,00 €.
Terreur dans l’Hexagone. Genèse du djihad français, de Gilles Kepel, Hors série Connaissance, Gallimard, 352 pages.

 

Source

  1. Le Gall
    Le Gall25 novembre 2016

    Gilles K, c’est le Crif personnifié qui commence à avoir la trouille de l’immigration islamique !

  2. Le Gall
    Le Gall25 novembre 2016

    …Immigration organisée par « ses » intellectuels dans les années 70…

Répondre