Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Après les primaires de la droite… Le recyclage des anciens

Francois Fillon

Après les primaires de la droite… Le recyclage des anciens

Télécharger en PDF et imprimer

Le Blanc et le Noir ♦

Au moins un motif de satisfaction et une surprise

Exit Sarko, voilà pour la bonne nouvelle, d’autant plus que le Sarko version 2016 était strictement le même que celui remercié en 2012. Il n’a RIEN compris. L’autre motif de satisfaction c’est bien sûr le piteux score d’Alain Juppé (« Je me voyais déjà ») qui s’imaginait arriver en 1ère position puis être le candidat officiel de son parti. Même si rien n’est joué, son sort est gravement compromis. Nous n’oublierons pas qu’il fut le ministre des Affaires Etrangères de Sarkozy et à ce titre responsable de l’intervention militaire de la France en Libye. Cela est suffisant pour déconsidérer ce triste personnage indépendamment du fait qu’il fut un premier ministre sans consistance.

Si la victoire de François Fillon est une surprise tant par sa soudaineté que par son ampleur, il faut la replacer dans le contexte décrit ci-dessus. Il s’agit d’une victoire par défaut, une victoire-défoulement d’électeurs désireux de sortir l’agité sans donner pour autant leur blanc-seing au psycho-rigide. Victoire toute relative par conséquent.

A la différence du Président de la République actuel et de son prédécesseur qui ont abaissé la fonction présidentielle comme cela ne s’était jamais vu, il faut reconnaître que François Fillon a l’allure d’un présidentiable et davantage que les autres compétiteurs de la Primaire.

Les positions de Fillon en matière de politique internationale sont intéressantes (et opposées à celles de Juppé) : rapprochement souhaité avec la Russie et son président, idem pour la Syrie, autant de points qui constitueraient une rupture par rapport à l’aplatissement actuel de la France face aux USA.

Nous ne pouvons oublier cependant que Fillon est un homme du Système depuis plus de 30 ans, qu’il a été le Premier Ministre de Sarkozy pendant 5 ans et son bilan de gouvernement ne plaide pas en sa faveur, avec une augmentation considérable du chômage entre 2007 et 2012.

Le programme de Fillon, sur le plan économique, qui a les faveurs du grand patronat, se caractérise par une cure d’austérité à marche forcée (sauf pour les entreprises). Si François Fillon est élu et applique son programme, il faut s’attendre à une augmentation du chômage, un appauvrissement des ménages les plus modestes (augmentation de la TVA).

Fillon se présente comme un libéral musclé. Quand on le compare à Margaret Thatcher, il le reçoit comme un compliment. Pour lui, il n’y a «aucun problème à être comparé à une personne qui a sauvé son pays» (sic). Sur le plan social, ce sera d’une violence inouïe.

Tout un programme de la part de celui qui pourrait devenir le prochain président de la République. Le Fillon nouveau est tout sauf nouveau.

Source

  1. Oblabla
    Oblabla24 novembre 2016

    « Le programme de Fillon, sur le plan économique,se caractérise par une cure d’austérité à marche forcée (sauf pour les entreprises). Si François Fillon est élu et applique son programme, il faut s’attendre à une augmentation du chômage, un appauvrissement des ménages les plus modestes (augmentation de la TVA). »
    Vous n’avez rien compris! La cure d’austérité c’est pour l’Etat, pas pour les citoyens. Bien sûr le chômage baissera puisque les entreprises réinvestiront, les ménages les plus modestes tous largement assistés paieront au moins un peu d’impôts indirects à l’inverse de ce qu’a fait la gauche qui les a déresponsabilisés en les rendant non imposables.

  2. Le peuple d'abord
    Le peuple d'abord25 novembre 2016

    Le but d’une entreprise n’est pas d’investir mais de faire du profit.
    C’est l’évidence.
    Si elle est obligée d’investir pour y arriver elle le fera.
    Sinon elle ne le fera pas.
    Elle augmentera ses marges et préparera sa délocalisation sur des zones à coûts salariaux moins élevés.
    Ou embauchera des travailleurs détachés venant d’Europe centrale.
    Ou prendra des sous traitants qui feront ce sale boulot d’embaucher au noir.

    La seule solution dans un monde libéral, c’est que la main d’oeuvre française soit à terme niveau de coût mondial.

    Pour y arriver il faut supprimer (pas diminuer) les retraites, les allocations familiales, le chômage, les aides diverses, la sécurité sociale, le smic, etc….

    Et ce pour tout le monde que ce soir le privé ou le public.

    Tailler comme un forcené dans les effectifs de pompiers, juges, flics, etc…

    Arrivé là vous serez quasiment au tarif portugais donc encore trop cher.

    Tout ça pour ne pas faire de protectionnisme….

Répondre